SNCM : une décision de la Commission qui vise à libéraliser de manière détournée

SNCM : une décision de la Commission qui vise à libéraliser de manière détournée

Communiqué de Marie-Christine Vergiat députée européenne Front de Gauche - 2 mai 2013
En tant que députée européenne de la circonscription Sud-Est (Corse, PACA, Rhône-Alpes) et en tant que vice-présidente de l'intergroupe Services Publics, je ne peux que m'insurger contre cette décision de la Commission européenne de demander le remboursement de 220 millions d'euros à la SNCM.
Toutes les attaques contre les aides d'Etats en cours actuellement au niveau européen n'ont qu'un but : imposer de manière détournée une libéralisation des services de transport.

Cette division arbitraire entre services publics "de base " et services publics "complémentaires " conduit en pratique à une privatisation des lignes rentables et un financement public (ou pire une suppression) des lignes déficitaires.
Une fois de plus la Commission européenne vise à appliquer une privatisation des profits et une socialisation des pertes.
Comment soutenir une telle logique, en particulier lorsqu'il s'agit de la continuité des Services publics vers une zone insulaire.
Il serait temps d'arrêter de vouloir absolument aligner les délégations (concessions) de services publics sur les marchés publics.
Au nom de la concurrence libre et non faussée la Commission risque de mettre en péril une entreprise publique au bénéfice d'une société low-cost qui pourrait à terme d'avoir le monopole de la desserte de la Corse avec les conséquences que l'on sait, tant pour les voyageurs que pour les salariés.
Il serait grand temps que la Commission se décide à faire une proposition législative comme elle en a le devoir, en vertu du nouvel article 14 des Traités afin de clarifier la notion de services d'intérêt général et de services publics et de faire respecter les principes de subsidiarité en la matière. 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche