Solidarité avec les "5 de Roanne"

Voir la vidéo

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - députée européenne Front de Gauche élue du Sud-Est - Strasbourg 21 mai 2013

Actuellement en session plénière du Parlement européen à Strasbourg, je ne peux malheureusement pas être présente au rassemblement de solidarité prévu le mercredi 22 mai à 9h devant la bourse du travail de Roanne, pour protester contre la demande de prélèvement ADN faite aux 5 de Roanne.
Après la décision de la Cour d'appel de Lyon qui a exempté de peines les 5 de Roanne, cette demande de prélèvement ADN est un véritable acharnement judiciaire.
Pour avoir fait quelques tags sur la préfecture, lors des manifestations des retraites, les 5 syndicalistes ont été accusés et condamnés pour dégradation de bâtiments publics et traité comme des criminels de haut vol.

Les 5 de Roanne auraient dû bénéficier de la loi d'amnistie sociale qui fait partie de notre tradition républicaine après l'élection de chaque président de la République. Nicolas Sarkozy y a renoncé et François Hollande lui a emboité le pas.

Le Front de Gauche a bataillé pour faire adopter une proposition de loi d'amnistie des syndicalistes au Sénat mais même réduite à son minimum, l'Assemblée nationale n'en a pas voulu et a renvoyé le texte en commission parlementaire.

Il est temps de rappeler à madame Taubira sa promesse de modifier l'article 706-56 du code de procédure pénale pour que de telles aberrations judiciaires n'aient plus lieu.

Nous continuerons à batailler aux côtés de tous les syndicalistes qui défendent leurs emplois, leurs droits sociaux, leur outil de travail, pour qu'ils ne continuent pas dans ce pays d'être traités comme des délinquants, comme des criminels qu'ils ne sont pas.

Cette criminalisation de l'action syndicale est insupportable dans un pays qui se dit la patrie des droits de l'Homme.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche