Sûreté alimentaire : mettre fin à l'influence des lobbys et exiger la transparence

Sûreté alimentaire : mettre fin à l'influence des lobbys et exiger la transparence

Explication de vote sur le rapport sur la transparence et durabilité de l'évaluation du risque au niveau de l'UE dans la chaîne alimentaire adopté par le Parlement européen le 11 décembre 2018.

À la suite de l’initiative citoyenne « STOP glyphosate » et des « Monsanto Papers », de lourds "disfonctionnements" ont été mis à jour dans les évaluations et les autorisations concernant les pesticides et autres produits phytopharmaceutiques. La Commission a donc fait une proposition pour "renforcer la transparence, la fiabilité, l'objectivité et l'indépendance des études utilisées par l'autorité européenne de sûreté des aliments (EFSA)". Cette proposition est très en deçà de ce que l’on pourrait attendre. L’influence des différents lobbys à l’œuvre depuis des années dans ce processus est bien connu.

Une majorité s'est cependant dégagée au sein du Parlement européen pour exiger que toutes les données scientifiques présentées par l'industrie soient rendues publiques et qu'un registre européen commun des études soit créé pour empêcher les dissimulations.

La droite a essayé d’affaiblir ces demandes, sous couvert de « propriété intellectuelle » pour protéger le secteur industriel. En vain, ce dont je me félicite. La rapporteure a fait retirer son nom du rapport au motif que le résultat final était trop favorable aux citoyens et le résultat d'un vote électoraliste et populiste. Il fallait oser. Pour ma part, je me félicite de ce résultat et espère que le parlement saura tenir tête au Conseil dans le cadre des négociations à venir.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche