Système de sanctions pour violations des droits de l’Homme : Le deux poids deux mesures prévaut déjà et les droits de l’Homme servent parfois de prétexte pour l'UE

Système de sanctions pour violations des droits de l’Homme : Le deux poids deux mesures prévaut déjà et les droits de l’Homme servent parfois de prétexte pour l'UE

Explication de vote sur le régime de sanctions européen pour les violations des droits de l’Homme adopté par le Parlement européen le 14 mars 2019

Le Parlement européen a adopté une résolution proposant l'instauration d'un régime européen de sanctions pour violations des droits de l’Homme.

Je suis a priori favorable aux sanctions ciblées contre des personnes ayant gravement violé les droits de l’Homme mais la généralisation d'un tel système, hors ONU, m'interroge en l'absence notamment de voies de recours. De surcroît, il risque d'être instrumentalisé à des fins purement politiques pour cibler certains pays.

Je suis bien placée pour voir combien le deux poids deux mesures prévaut déjà actuellement et combien les droits de l’Homme peuvent ou non servir de prétexte dans le cadre de la politique étrangère de l'UE.

Il faut dénoncer les violations des droits de l’Homme en Russie mais mentionner exclusivement ce pays est une illustration de la façon dont de ce système européen de sanctions peut être utilisé.

La droite européenne a d’ailleurs tenté, sans succès, de changer le titre du débat pour faire référence au « Magnistky act » américain adopté en 2012 interdisant aux responsables russes soupçonnés d'être impliqués dans la mort de l’avocat russe Sergueï Magnitski d'entrer aux États-Unis et d'utiliser son système bancaire.

J’ai donc préféré m’abstenir.

Lien vers le texte adopté : http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&language=FR&refere...

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche