Système d’information sur les visas : Non à la logique sécuritaire et au fichage de masse

Voir la vidéo

Je me suis exprimée le 12 mars 2019 au sujet du rapport sur le Système d’information sur les visas (VIS). Non à ce texte, comme à tout le paquet «Frontières». Non à la logique du tout sécuritaire, du tous fichés au coût exorbitant.

Retrouvez cette intervention sur ma page YouTube.

"Monsieur le Président, j’ai l’impression que je vais me sentir un peu seule. Créé en 2004, entré en vigueur en 2014, le VIS (système d’information sur les visas), comme le code des visas, avait pour objectif de faciliter les visas.

Depuis 2014, nous avons assisté à une regrettable évolution. En effet, il n’est plus question que de contrôle généralisé et de fichage systématique.

Je salue le travail de notre rapporteur, qui nous a permis de retirer quelques points parmi les plus problématiques, comme la TDAWN d’Interpol, qui permet à certains pays de rattraper leurs opposants en fuite, comme on l’a vu récemment dans le cas de Saoudiens. Cependant, nous refusons les indicateurs de risque qui mélangent sécurité, immigration irrégulière et risque sanitaire. Bonjour le principe de finalité! Nous refusons l’intégration des visas de long séjour, qui ne relève pas de la compétence de l’Union. Bonjour la subsidiarité! Nous sommes scandalisés par le relevé des empreintes digitales des enfants et surtout par son abaissement de 12 à 6 ans, quels que soient les motifs mis en avant. Bonjour la proportionnalité!

Nous disons non à ce texte, comme à tout le paquet «Frontières». Nous refusons la logique du tout sécuritaire, du tous fichés aux coûts exorbitants. Un projet pour lequel l’argent coule à flots!"

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche