Système EES : Sous couvert de sécurité, l'Europe bafoue ses valeurs

Voir la vidéo

Retrouvez mon intervention en séance plénière, le 25 octobre 2017 sur le système d'entrée/sortie (EES).

 

Retrouvez la vidéo de cette intervention ici

Madame la Présidente, ce texte est le premier volet du paquet «Frontières intelligentes», tout un programme. Cette nouvelle gestion des frontières, ce sont de nouveaux fichages numériques, de nouvelles connections et plus de données et, notamment, désormais, des empreintes palmaires et des images faciales.

Au départ, ces textes devaient faciliter le passage des frontières pour les 50 millions de ressortissants des pays tiers qui se rendent chaque année dans l’Union européenne. Au final, c’est d’abord et avant tout, comme viennent de nous l’écrire les autorités françaises, un outil pour repérer les personnes en situation irrégulière, via un système d’alerte automatique signalant tout dépassement du séjour autorisé. Il s’agit de favoriser les retours et donc les expulsions.

Je ne suis pas satisfaite de la façon dont nous avons travaillé sur ce texte qui, sous des apparences très techniques, cache une réalité politique lourde.

Sous couvert d’un droit à la sécurité, bien légitime, on va multiplier les accès des forces répressives à des données sensibles, y compris en coopération avec les pays tiers, et peut-être avec le Soudan, comme on vient de l’apprendre du gouvernement français.

Certes, quelques garde-fous ont été posés, mais ils sont insuffisants et très en deçà des principes de proportionnalité et de nécessité tels que définis par la Cour de justice de l’Union européenne.

Sur ces bancs, nous refusons cette Europe bunkerisée, qui bafoue ses propres valeurs, qui joue avec les peurs, et fait d’une toute petite partie de ceux qui migrent vers l’Europe des boucs émissaires, au mépris des textes internationaux.

Cette fuite en avant liberticide ne résoudra rien. Elle sert des intérêts industriels bien précis et elle fait, comme nous le voyons, élection après élection, le lit des nationalismes, des populismes et de l’extrême-droite. Après le Conseil et la Commission, le Parlement s’y enfonce. Le réveil risque d’être brutal.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche