Tolérance zéro sur les mutilations génitales féminines : Pour une ratification de la Convention d’Istanbul dans tous les Etats de l'UE

Tolérance zéro sur les mutilations génitales féminines : Pour une ratification de la Convention d’Istanbul dans tous les Etats de l'UE

Explication de vote sur la résolution adoptée par le Parlement européen le 7 février 2018 concernant la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines

Cette résolution dénonce la situation de millions de femmes toujours victimes de mutilations génitales, ou plus justement sexuelles, dans le monde.
 
Alors que cette pratique est légalement interdite dans la plupart des pays du monde, l’UNICEF estimait en 2016, à 200 millions, le nombre de femmes et de filles ayant subi ce type de mutilations qui entrainent souvent de lourdes souffrances physiques tout au long de la vie. Trois millions de jeunes femmes seraient menacées chaque année dont 180.000 européennes.
 
Aujourd’hui, les mutilations génitales sont reconnues comme un problème mondial et le Programme de développement durable des Nations Unies les recensent comme des pratiques néfastes à éradiquer avant 2030.
 
Ces phénomènes de violences à l’égard des femmes s’inscrivent pleinement dans la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes et ne pourront réellement reculer qu’à travers des politiques globales et une réelle coopération dans la lutte contre toutes les inégalités.
 
Cette résolution demande notamment à l’Union et à ses États membres notamment d’inclure ces pratiques dans leurs politiques de lutte contre les inégalités tout en pourvoyant à la ratification rapide de la Convention d’Istanbul y compris pour l’ensemble des États membres de l’UE.
 
J’ai donc évidemment voté pour.

 

Retrouvez le texte adopté ici

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche