Tribune "La présence d'Emmanuel Macron à Ouvéa serait un affront"

 Tribune "La présence d'Emmanuel Macron à Ouvéa serait un affront"

Au moment où Emmanuel Macron se rend en Kanaky - Nouvelle-Calédonie en pleines commémorations des 30 ans du massacre d'Ouvéa, j'ai co-signé la tribune adressée à Macron pour l'appeler à respecter la mémoire des Kanak morts pour la lutte indépendantiste, à reconnaître officiellement les crimes commis à Ouvéa et à s'abstenir de toute prise de position sur le processus de décolonisation.

Retrouvez l'intégralité de cette tribune sur le site de Mediapart.

Emmanuel Macron se rend en Kanaky - Nouvelle-Calédonie en pleines commémorations des 30 ans du massacre d'Ouvéa. Les signataires de cette tribune collective appellent le président de la République à respecter la mémoire des Kanak morts pour la lutte indépendantiste, à reconnaître officiellement les crimes commis à Ouvéa et à s'abstenir de toute prise de position sur le processus de décolonisation.

 

Alors que les commémorations des 30 ans du massacre d'Ouvéa ont débuté le samedi 22 avril et à l'approche du référendum d'autodétermination, Emmanuel Macron sera en visite officielle en Kanaky - Nouvelle-Calédonie du 3 au 5 mai. Dans ce contexte, les organisations et personnalités signataires soutiennent les appels collectifs adressés au président français à respecter la mémoire des Kanak morts pour la lutte indépendantiste, nombre d'entre eux ayant été tués par l'armée française. Elles rappellent également que le référendum sur la pleine souveraineté de Kanaky concerne avant tout les Kanak et les descendants des « victimes de l'histoire »1 et que la puissance coloniale et ses représentants ne doivent pas fausser ce processus.

Le 22 avril 1988 des militants kanak indépendantistes lancent une occupation de la gendarmerie de Fayaoué sur l'île d'Ouvéa. Prévue pour être pacifique, l'action dérape : 4 gendarmes sont tués et 27 pris en otage. Une partie des otages est libérée très rapidement et l'autre maintenue dans la grotte d'Ouvéa. Alors que des négociations sont en cours, le gouvernement français décide dans l'entre-deux tours de la présidentielle de lancer un assaut militaire contre la grotte le 5 mai, au cours duquel 2 militaires et 19 militants indépendantistes sont tués, certains exécutés d'une balle dans la tête. Il est également avéré qu'avant l'assaut, les militaires français ont commis des mauvais traitements sur la population locale de Gossanah (un village à proximité), mais aussi ailleurs, afin d'obtenir des informations et de localiser la grotte2.

Chaque année les familles des victimes et les habitants d'Ouvéa commémorent cette tragédie du 22 avril au 5 mai, désormais aux côtés des gendarmes de Fayaoué dans une démarche de réconciliation. Le « Comité des 30 ans des événements de Iaai »3 qui participe à l'organisation des commémorations a fait savoir dès le 16 avril puis à plusieurs reprises que la présence d'Emmanuel Macron sur la tombe des 19 militants tués n'était pas souhaitée le 5 mai et serait considérée comme une « provocation »4, de même que le « Comité Vérité & Justice », qui juge que ce déplacement « n'est pas acceptable s'il n'est pas accompagné d'un geste dans le sens de la vérité et la justice »5. Pourtant à l'heure actuelle la visite officielle à Ouvéa est maintenue. La tragédie d'Ouvéa s'inscrit dans la terrible lignée des crimes coloniaux et néo-coloniaux commis par l'Etat français, qui présentent des similitudes inquiétantes : impunité pour les responsables, vérité soustraite aux victimes, secret défense appliqué aux archives. La présence de la puissance coloniale aux commémorations d'Ouvéa sera vue à juste titre comme un affront et comme la négation de la parole des Kanak habitant sur place.

La visite d'Emmanuel Macron a également pour contexte la fin du processus de décolonisation dans lequel Kanaky - Nouvelle Calédonie est engagée depuis 30 ans. Le dernier Comité des signataires des accords réuni à Paris en mars a fixé la date du référendum sur la pleine souveraineté et l'accession à l'indépendance au 4 novembre prochain. Lors de la campagne présidentielle française, Emmanuel Macron avait déclaré qu'il souhaitait que la Nouvelle-Calédonie reste « dans la communauté nationale ». D'autres représentants français, tels que Manuel Valls et Christian Jacob en déplacement dans l'archipel au sein de la mission d'information parlementaire sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie, se sont également permis de déclarer officiellement leur préférence personnelle pour le maintien de la tutelle française. Aujourd'hui la position du chef de l'Etat, comme de tous les représentants français, doit être impartiale. Une impartialité certes factice puisque la France est la puissance coloniale, mais indispensable désormais dans les discours et dans les actes afin de ne plus interférer dans le choix et les débats des premiers concernés.

 

A l'approche de cette visite officielle, les organisations et personnalités signataires appellent donc le président français et sa délégation :

    - à respecter la demande des Kanak d'Ouvéa de ne pas se rendre sur la tombe des 19 militants tués à Ouvéa à cette date symbolique ;
    - à reconnaître officiellement les crimes commis à Ouvea et à ouvrir les archives les concernant ;
    - à respecter le droit à l'autodétermination du peuple kanak et le processus de décolonisation engagé, et donc à s'abstenir de toute prise de position sur l'avenir de Kanaky - Nouvelle-Calédonie et de toute forme de pressions ou manipulations qui viseraient à influencer le résultat du référendum pour maintenir la tutelle française.

 

Notes

1. Les personnes déportées vers la Nouvelle-Calédonie
2. Cf les récits des exactions commises relatées notamment dans Mourir à Ouvéa, Alain Rollat et Edwy Plenel (Éditions La Découverte-Le Monde, 1988), ou le rapport de la LDH « Enquête sur Ouvéa: rapport et témoignages sur les évènements d'avril-mai 1988 »
3. Ouvéa dans une des langues de l'île
4. Voir le communiqué de presse du « Comité des 30 ans » du 16 avril 2018 et les déclarations dans la presse fin avril (par exemple « Gossanah : "NON au recueillement de Macron sur la tombe des 19"», francetvinfo.fr, 30 avril)
5. dans un courrier adressé par ce comité à Emmanuel Macron le 18 avril. Ce comité est une initiative des familles des leaders indépendantistes assassinés qui souhaitent connaître la vérité sur ces assassinats , il revendique le droit à la vérité et à la justice pour les familles des assassinés, comme pour l'ensemble du peuple kanak.

 

Organisations signataires :

Les organisations membres du collectif Solidarité Kanaky :
- Association Survie,
- Mouvement des jeunes kanak en France (MJKF),
- Union syndicale des travailleurs kanak et exploités (USTKE),
- Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak (AISDPK),
- Fasti,
- CNT
- Union syndicale Solidaires
- Collectif de Défense de l'Intégrité et la Souveraineté des COMores (CDISCOM)

Alternative libertaire
Collectif ni Guerre ni Etat de Guerre
Réseau Sortir du colonialisme
Comité vérité et justice pour Adama Traoré
Fondation Frantz Fanon
Revue Mouvements
Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP)

 

Signataires individuels :

Vincent Charbonnier, philosophe, syndicaliste (SNESUP-FSU)
Sergio Coronado, ancien député écologiste
Laurence De Cock, historienne
Mireille Fanon Mendes France, Ex UN expert, Consultante juridique
Eric Fassin, sociologue, Paris 8
Nacira Guénif, sociologue, Professeure Université Paris 8
Jean Malifaud, universitaire
Pierre Khalfa, économiste
Silyane Larcher, chargée de recherche au CNRS en science politique
Olivier Lecour Grandmaison, politologue, Université d'Evry-Val d'Essonne
Seloua Luste Boulbina, philosophe, université Paris Diderot
Christian de Montlibert, sociologue professeur émérite à Strasbourg
Hélène Nicolas, maîtresse de conférences en anthropologie du genre, Paris 8-Vincennes-Saint-denis
Willy Pelletier, coordinateur général de la Fondation Copernic
Olivier Roueff, sociologue, chargé de recherche au CNRS
Catherine Samary, économiste
Omar Slaouti, militant antiraciste
Françoise Verges, politologue
Marie-Christine Vergiat, euro-députée Gauche européenne

 

Avec le soutien de :
EELV
Ensemble!
NPA
Parti Communiste des Ouvriers de France
PIR

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche