Un nouveau projet basé sur la solidarité et la confiance - tribune dans l'Humanité

Un nouveau projet basé sur la solidarité et la confiance - tribune dans l'Humanité

L'Humanité de ce 18 mai 2016 m'ouvrait ses colonnes "Débats-tribunes" sur le thème "À quelles conditions « un nouvel humanisme européen » est-il envisageable ?". Voici ma contribution :

Les dirigeants européens ont pour habitude de se gargariser des valeurs de l’Union européenne pour donner des leçons au monde entier. Il est donc important de les rappeler telles que définies par l’article 2 des traités européens : « L’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes. » Le pitoyable spectacle que nous donnent les dirigeants européens depuis 2008 et leur incapacité à réagir collectivement face aux « crises » que traverse notre continent ne font que renforcer, voire attiser la montée des nationalismes et de l’extrême droite, comme viennent de nous le démontrer les élections en Pologne, en Slovaquie et en Autriche.

Face à ce désastre qui voit les partis dits de gouvernement s’effondrer à droite comme à gauche, on pourrait espérer une réaction salutaire. Mais c’est tout le contraire qui se produit, une véritable fuite en avant mortifère faite de replis sur soi, d’égoïsmes nationaux et de refus de toute solidarité européenne. Toutes ces « crises » auraient pu être gérées autrement, qu’il s’agisse de la crise financière, de la Grèce ou du drame des réfugiés. Quand il a fallu trouver une solution pour sauver le soldat Cameron, on en a trouvé une au détriment des citoyens européens. Un tant soit peu d’efforts auraient donc pu être faits pour respecter la démocratie grecque plutôt que de lui faire payer le choix d’un gouvernement de gauche radicale…

Il est donc urgent de refonder l’Europe en s’appuyant sur ses fondamentaux, ou du moins ceux que l’on a prétendus tels auprès des citoyens européens. Cela commence par faire vivre la démocratie européenne en s’adressant aux citoyens européens au-delà des frontières, en engageant des campagnes d’opinion avec la société civile européenne qui défend justement les valeurs d’humanisme, en dénonçant le double jeu de nos dirigeants nationaux qui se retranchent derrière les institutions européennes dès que quelque chose va mal alors qu’ils sont eux-mêmes les principaux responsables des politiques conduites ou non par l’Union européenne. Tel est le cas par exemple dans des domaines divers et variés comme la taxation des transactions financières (bloquée par le gouvernement français), le TTIP et son petit frère le Ceta (négociés par la Commission européenne sur la base de mandats larges donnés par les États membres), la directive « secrets d’affaires » comme toute réponse aux lanceurs d’alerte de LuxLeaks ou des Panama Papers, le refus de faire face aux drames des réfugiés avec la honte de l’accord UE-Turquie.

Ses valeurs devraient être le socle de l’Union en lieu et place des dogmes de la concurrence libre et non faussée et du diktat de la dette et des déficits publics, et les États qui bafouent ces valeurs comme la Hongrie de M. Orban ou la Pologne de M. Duda devraient être sévèrement sanctionnés. Et plutôt que de chercher des boucs émissaires et d’alimenter les haines contre l’étranger, l’autre, le soi-disant différent, on devrait tendre la main à ces hommes et de plus en plus ces femmes et ces enfants qui cherchent refuge sur le territoire européen parce qu’ils fuient les zones de guerre. Un million de personnes ont traversé la Méditerranée l’année dernière pour atteindre l’UE et ses 500 millions d’habitants, le même nombre qu’au Liban, pays de 4,5 millions d’habitants. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Oui, il faut faire vivre un nouvel humanisme européen, construire un nouveau projet européen basé sur la solidarité et la confiance dans nos concitoyens.

 

source : http://www.humanite.fr/quelles-conditions-un-nouvel-humanisme-europeen-e...

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche