Un rapport peu critique sur les droits de l'Homme et la démocratie dans le monde en 2017

Voir la vidéo

Je suis intervenue au Parlement européen en session plénière le 12 juin 2018 au sujet du rapport annuel sur les droits de l'Homme et la démocratie dans le monde en 2017. Un rapport qui à mon sens manque sérieusement d'esprit critique !

Marie-Christine Vergiat, au nom du groupe GUE/NGL. – Madame la Présidente, la lecture de ce rapport est toujours un grand moment tant il illustre «satisfecit» et «deux poids, deux mesures».

Loin de moi l’idée de dire que l’Union européenne ne fait rien, mais nous savons tous ici que globalement les droits de l’Homme vont mal et que nombre d’entre eux régressent y compris, cela a été dit, dans l’Union européenne. Quelques exemples, parlants me semble-t-il.

Entreprises et droits de l’Homme: on sait combien les entreprises européennes bafouent les droits de l’homme dans le monde, combien il a été difficile pour l’UE de participer aux travaux de l’ONU sur la création d’un outil contraignant dans ce domaine, combien elle fait tout pour en minimiser la portée.

pour les dialogues politiques sur ces questions avec l’Asie et l’Amérique du Sud. Ce sont les pays où les entreprises européennes sont en première ligne pour accaparer les terres et déforester. Le Brésil est cité en exemple, là où un tiers de la forêt amazonienne a été détruite, sans parler des populations locales déplacées, voire assassinées.

En quoi l’Union européenne a-t-elle fait évoluer les choses?

Il en est de même pour les efforts de soutien à la CPI. On cite une déclaration de la Haute Représentante de novembre 2017 sur la visite de M. El-Béchir en Ouganda, en Russie et au Tchad. Mais l’UE coopère avec le Soudan et le légitime au niveau international grâce au processus de Khartoum.

Et que dire du cynisme sur les politiques migratoires: on se félicite des vies humaines sauvées en oubliant les morts en Méditerranée, près de 15 000 en trois ans, dans le désert mais aussi sur le sol de l’Union européenne. Des personnes refoulées, expulsées, y compris vers des dictatures, telles que le Soudan.

Même chose encore quand on se félicite d’une déclaration de Mme Aung San Suu Kyi sur les Rohingyas et, plus drôle oserais-je dire, du dialogue sur les droits sociaux avec Cuba.

Tout cela manque de modestie, de réalisme et pour le moins d’un minimum de sens critique.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche