Une ascension continue

Une ascension continue

L'article publié dans la Marseillaise suite aux élections cantonales. "Essai transformé pour les candidats du Front de gauche. Les candidats du Front de gauche progressent dans un très grand nombre de cantons. Au total, l’avancée est de 1,71% dans le département et de 1,89% à Marseille."

La Marseillaise - 22-03-2011
 
C’était l’élection de la confirmation pour le Front de gauche (FDG) dans les Bouches-du-Rhône et à Marseille. Même si le niveau sans précédent de l’abstention conduit à nuancer toutes les analyses électorales, cette tournée 2011 des cantonales apporte la preuve par neuf de l’utilité de « cet objet politique » né en 2009 pour la construction d’une alternative au libéralisme et à la droite.
En trois échéances – européennes, régionales, cantonales -, cette alliance stratégique lancée par le PCF, le Parti de gauche et la Gauche unitaire n’a cessé d’élargir son influence dans tout le pays (lire pages précédentes) mais aussi en Provence et à Marseille. Les chiffres sont sans appel. Aux européennes, la liste FDG conduite par Marie-Christine Vergiat obtenait 8,72% des suffrages dans les Bouches-du-Rhône et 7,84% à Marseille. Résultat équivalent aux régionales pour la liste animée par Jean-Marc Coppola (7,97% dans le département et 7,19% dans la cité capitale).

L'esprit FDG fait avancer
Dimanche, les candidats qui portaient les couleurs du Front de gauche ont totalisé 10,61% des suffrages dans les Bouches-du-Rhône et 8,35% à Marseille, soit une progression respective de 1,89% et de 1,71% par rapport aux scores réalisés par le PCF lors des cantonales de 2004.
Cette avancée est d’autant plus significative qu’elle concerne 20 des 28 cantons où le FDG présentait des candidats*. Dans huit d’entre eux, ils rassemblent plus de voix qu’en 2004 alors que l’abstention a explosé.

La situation est particulièrement encourageante à Marseille pour les tenants de la gauche radicale. A l’exception des cantons des Olives et de Saint-Barthélémy – où le FDG était concurrencé par le représentant de Rouges Vifs -, tous les autres affichent des scores en progrès. C’est notamment le cas dans les quartiers où les équipes du FDG ont trouvé des accords avec le NPA, démonstration que son élargissement rencontre l’assentiment d’un grand nombre d’électeurs anti-libéraux. : les Cinq-Avenues : +4,71% pour Gilles Aspinas ; Notre-Dame-du-Mont : +3,73% en faveur de Marie Batoux ; le Camas où Philippe Blache fait progresser le FDG de 5,42%. A noter que Gilles Aspinas est PCF, Marie Batoux du Parti de gauche et Philippe Blache porte-parole de la Gauche unitaire. C’est donc « l’esprit » Front de gauche qui fait avancer, au-delà des étiquettes partisanes.

Record de progression à Saint Just
Mais le record de progression est détenu à Marseille par la jeune candidate Haouria Hadj-Chikh (sans parti) qui dans le canton de Saint-Just double l’étiage de 2004, portant le FDG à 15,36% (+7,1% et 95 voix).
Dans le reste du département, malgré un recul dans 6 cantons, expliqué le plus souvent par des spécificités locales, ce mouvement à la hausse s’applique au plus grand nombre des communes. La palme revenant au maire de Port-Saint-Louis et conseiller général sortant Jean-Jacques Charrier. Sa progression de 10,41% et de 348 voix lui offre un socle solide pour l’emporter lors du second tour face au candidat de toutes les droites.
A noter encore, des percées significatives dans des cantons où l’influence communiste a toujours été relativement faible comme dans les cantons d’Aix Sud-Ouest (+1,97%), d’Eyguières (+1,8%), de Pélissanne (+1,89%) et de Peyrolles (+2,22%) ou dans le nord du département, Tarascon (+2,35%) et Saint-Rémy (+3,11%).
Si le chemin reste encore long et sans doute escarpé pour le Front de gauche, ces cantonales lui ouvrent de nouvelles responsabilités qui lui restent à assumer. La réélection, dimanche prochain, d’Hervé Schiavetti Arles-Ouest et de Jean-Jacques Charrier est la prochaine étape.

CHRISTIAN DIGNE
* Dans le canton d’Aubagne-Est, le Front de gauche n’était pas représenté en tant que tel. Un accord avait été passé entre les fédérations socialiste et communiste pour une candidature commune.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche