Utilisation des fonds prévus pour la relocalisation des réfugiés vers les hotspots et les opérations de retours : une honte !

Utilisation des fonds prévus pour la relocalisation des réfugiés vers les hotspots et les opérations de retours : une honte !

Explication de vote sur le rapport du Parlement européen concernant la réaffectation des fonds non utilisés prévus pour la relocalisation adopté le 11 décembre 2018

Les États membres n’ayant pas rempli leurs engagements dans le cadre du mécanisme d'urgence dit de relocalisation au profit des migrants arrivés en Grèce et en Turquie au moment du pic de la crise de l'accueil des réfugiés (moins de 35 000 de relocalisations pour 160 000 annoncées au départ), les financements prévus n’ont pas été totalement utilisés (567 millions encore disponibles sur les 843 millions d’euros engagés en 2016).
 
La Commission a donc proposé que les États membres puissent utiliser ces fonds soit pour continuer des relocalisations dans un esprit plus large, soit pour d’autres actions du fonds "asile/migration" y compris le financement des hotspots et pire, des opérations de retour et ce, y compris par les Etats qui comme la Hongrie et la Pologne ont refusé toute relocalisation au départ. Ce qui est un comble.

Le Parlement européen avait clairement débloqué ces fonds pour le mécanisme d'urgence. Si l'on peut admettre qu'ils soient utilisés pour des réinstallations dans le cadre des programmes du HCR depuis des pays tiers, il n'est pas acceptable de donner des chèques en blanc aux Etats qui pourront y compris les utiliser à des fins contraires au droit international.
 
En outre, la procédure au sein du Parlement a été particulièrement inacceptable puisque la Commission a fait pression sur la rapporteure, les rapporteurs fictifs et même le Président de la commission des libertés civiles pour faire adopter cette proposition sans amendement au motif, qu'à défaut, cet argent serait « perdu ».
 
Je ne peux que regretter que le Parlement ait cédé à cette pression, une fois n'est pas coutume, mais j'ai, comme l'ensemble des membres de mon groupe, voté contre cette manipulation qui se fera pour l'essentiel au détriment des droits des migrants.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche