Vote sur le semestre européen

Bruxelles, le 25 février 2016: Sous couvert de coordination européenne des politiques économiques et budgétaires, le semestre européen, mis en place après la crise financière de 2008, doit, nous dit-on, permettre de surveiller la mise en œuvre des réformes dites structurelles et la réduction des déficits budgétaires, on sait ce que cela veut dire.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les conséquences dramatiques des politiques d'austérité déployées sur le continent européen, sont une nouvelle fois largement occultées par ce rapport annuel du Parlement sur le semestre européen.

Symptomatique de cette hypocrisie, plusieurs paragraphes reconnaissent que les États membres, dont les budgets sont amputés par l’austérité, ne sont plus en mesure de protéger et de promouvoir des secteurs primordiaux tels que l'éducation, la santé, la recherche ou encore l'innovation, mais sans s'interroger sur les causes de ces constats navrants.

Il est grand temps d'arrêter ces politiques austéritaires mortifères et de promouvoir des politiques alternatives basées sur une autre répartition des richesses et d'autres priorités répondant aux besoins des populations et non de ceux de la monnaie et de la finance.

J'ai voté contre les différents rapports portant sur ce sujet comme l'ensemble des membres de mon groupe.

Résolution du Parlement européen sur le Semestre européen: emploi et aspects sociaux dans le cadre de l'examen annuel de la croissance 2016

Résolution du Parlement européen sur le semestre européen : examen annuel de la croissance 2016

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche