Après les résultats du 23 avril, je me suis permis un rêve

Après les résultats du 23 avril, je me suis permis un rêve

Retrouvez ma chronique publiée dans le Travailleur Alpin

Le scrutin du 23 avril a changé la donne. Notamment en démontrant les possibilités offertes à une gauche de transformation sociale rassemblée.

Qui aurait imaginé il y a encore quelques mois que quatre candidats seraient au coude à coude pour jouer la qualification pour le second tour, que Jean-Luc Mélenchon figurerait parmi eux et que le vote utile prendrait cette tournure pour le moins inattendue… ?

Je me rappelle des discussions que nous avions en novembre dernier, la dispersion des forces de gauche était à son comble… Tout semblait préparer un retour inévitable de la droite seule à même d’arriver au second tour face à l’extrême droite.

Depuis lors, on a assisté à un véritable chamboule-tout avec, dans l’ordre, la victoire de François Fillon aux primaires de la droite, puis l’annonce de la candidature d’Emmanuel Macron, la non-candidature de François Hollande, la victoire de Benoît Hamon lors des primaires du PS et enfin le Pénélope Gate. Le paysage politique français en sortira sans doute profondément chamboulé et d’une façon irréversible.

Après les résultats du 23 avril, ce dont je suis sûre, c’est que les institutions de la Ve République en ont pris un sacré coup et que l’idée d’une alternative à gauche – sociale, écologique, démocratique et solidaire – a grandi dans le pays d’une façon que nous ne pensions même pas imaginable il y a quelques semaines. Le niveau atteint par Jean-Luc Mélenchon est riche de promesses pour un futur à construire.

Aujourd’hui, nous avons un premier défi à relever, celui de la mobilisation pour rejeter la haine, la division et l’inhumanité que représente Marine Le Pen. Nous aurions, et de beaucoup, préféré un autre candidat que Macron pour cela : il faudra faire avec ce qu’on a.

Mais un second défi nous attend, tout aussi essentiel pour l’avenir : celui du rassemblement le plus large possible de cette gauche alternative à laquelle nous sommes si nombreux à espérer, avec une première échéance, celle des élections législatives. Car, après l’élection du président de la République, c’est la construction d’une majorité à l’Assemblée nationale qui est aujourd’hui à l’ordre du jour.

Les résultats du 23 avril autorisent un rêve : celui d’une gauche rassemblée autour d’un programme de transformation sociale, avec des candidatures fortes, représentatives de toutes les composantes qui ont fait naître et grandir l’espoir. Ces candidatures peuvent arriver en tête au premier tour dans de nombreuses circonscriptions et former une majorité à l’Assemblée. Chiche ?

 

Fichier attachéTaille
p24_ta.pdf101.53 Ko
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche