Chronique d'une eurodéputée n° 14 - Difficile rentrée

Chronique d'une eurodéputée n° 14 - Difficile rentrée

Ecrire une chronique de rentée n'est pas l'exercice le plus facile qui soit. Je vais donc me garder de m'y atteler pour rendre compte d'une mesure européenne qui me parait symbolique parmi d'autres du climat politique qui règne actuellement. Un mot quand même sur le sujet du mois : la fameuse « règle d'or » qui vise à constitutionaliser la rigueur budgétaire: Rien que ce mot montre avec quel cynisme les gouvernants européens, et notamment les français, trouvent des noms pour faire avaler aux peuples européens leurs mesures d'austérité.

Nicolas Sarkozy en a annoncé de nouvelles fin août allant  jusqu'à taxer les sodas !!! José Luiz Zapatero fait la même chose en Espagne au moment même où il déclenche des élections anticipées et la Grande Bretagne a du faire face cet été à des émeutes sociales d'une rare violence qui ont fait plusieurs morts. Partout on démolit les retraites, on diminue le salaire des fonctionnaires et on casse les services publics. L'Europe s'enfonce dans la crise et ses dirigeants continuent à tergiverser y compris pour verser les aides âprement négociées au bénéfice de la Grèce. Une seule chose semble sure : ils ne sont toujours pas prêts taxer les transactions financères refusant de tirer la moindre leçon de ce qui se passe depuis la fin 2008.

Et coup sur coup, on nous annonce de nouveaux profits records pour le CAC 40 et une augmentation sans précédent de la pauvreté notamment en France : 5 % de plus qu'en 2008. 8,2 millions de personnes vivent  dans notre pays avec moins de 773 euros mensuels.

Et c'est ce moment que choisit l'Union européenne pour quasiment détruire son programme d'aide alimentaire.

De quoi s'agit-il ? Du programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD), instauré en 1987, qui permettait de donner aux grandes associations de solidarité dont le Secours populaire et les Restos du cœur, les surplus agricoles européens. 18 millions de bénéficiaires en Europe dont 4 millions en France.

Ce programme avait été intégré dans la politique agricole commune (PAC) et l'Allemagne, adversaire de toujours de ladite PAC, a fait un recours devant la Cour de justice qui lui a donné raison au printemps sur le plan juridique. De fait, les surplus sont désormais quasiment inexistants du fait des politiques de quotats et les denrées alimentaires distribuées aux associations sont désormais achetées sur le marché. Le PEAD est donc peu à peu devenu un programme social classique qui devrait donc relever des politiques du même nom.

La Commission n' a pas fait appel de cette décision et, en bonne gardienne des Traités a immédiatement proposé une diminution des 3/ 4 des crédits Si le dispositif est illégal, on se demande d'ailleurs pourquoi ce n'est pas la totalité des crédits qui est concernée. On a connu la Commission plus prompte à trouver des solutions juridiques aux problèmes  notamment pour venir au secours des banques.

Cette décision est insupportable et, à l'initiative de la GUE/NGL, le Parlement européen s'est prononcé lors de sa session de juillet dernier contre toute diminution de cette aide. Pour le moment, aucune solution n'a encore été trouvée. Ou alors peut-être dans le cadre de la prochaine programmation budgétaire en 2013. De qui se moque-t-on ? Comment peut-on avoir une telle absence d'humanité ?

Comment peut-on laisser spéculer tout un tas des gens qui ne savent pas quoi faire de leur argent alors que l'on refuse d'en aider d'autres simplement à se nourrir.

La GUE/NGL continuera à se mobiliser pour que, cet hiver, les associations retrouvent les moyens que l'on avait pris l'habitude de leur concéder pour réparer les dégâts sociaux des politiques publiques. Un autre monde est possible si on a le courage politique de faire des propositions alternatives. Il nous faut en convaincre un nombre maximum de personnes avant les prochaines échéances électorales.

Marie-Christine Vergiat

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche