Chronique d'une eurodéputée n°22 - C’est à partir de maintenant que nous pouvons vraiment construire

Chronique d'une eurodéputée n°22 - C’est à partir de maintenant que nous pouvons vraiment construire

2012-05-15 - L’arrivée à la tête de l’Etat d’un nouveau Président de la République nous fait pousser un immense « Ouf » de soulagement.  La réélection de Nicolas Sarkozy aurait été une véritable catastrophe. Nous savions comment il aurait poursuivi sa casse des services publics, de la fonction publique et plus généralement de l’ensemble des acquis sociaux. Son bilan comme son programme était clair. Austérité, austérité, toujours pour les mêmes. Mais la tournure de la campagne du 2ème tour dans laquelle le Président candidat est délibérément parti à la chasse aux voix du Front national nous laissait augurer des choses bien pires encore. Haro sur les syndicalistes, les chômeurs et bien sûr les immigrés. A défaut de pouvoir défendre son bilan et de pouvoir présenter un programme crédible, Nicolas Sarkozy a multiplié les boucs émissaires.

Depuis 10 ans et surtout bien sûr depuis 5 ans, nombre de principes républicains ont été largement bafoués et la Patrie des droits de l’Homme avait bien souvent bien piètre figure à l’étranger. Cette lepénisation des esprits, dont la droite est largement responsable, a fait beaucoup de dégâts et explique en grande partie le score du Front national. Au final, les électeurs préféreront toujours l’original à la copie. D’autant plus que l’illusionniste de 2007 avait rapidement montré son vrai visage.

Donc exit Nicolas Sarkozy et saluons la victoire de François Hollande à laquelle nous avons participé de façon non négligeable. Pour autant rien n’est acquis. Tout reste à faire. Mais nous ne partons pas de rien. Le Front de gauche est le seul mouvement politique à avoir sorti la campagne présidentielle de sa torpeur. Tous les observateurs l’ont salué. Nous avons fait plus de 11 %, soit près de trois millions de voix supplémentaires qu’en 2009, pour les élections européennes, moment où le Front de gauche est apparu pour  la première fois dans une campagne électorale. C’est un score sur lequel peu d’entre nous aurait parié en début de campagne, ni même au début de cette année 2012 où les sondages ne décollaient pas des 5 à 6%.

Ne négligeons pas non plus notre apport aux thèmes de campagne. Sans la dynamique du Front de gauche, François Hollande n’aurait sans doute pas parler de taxation des plus riches, de réforme des retraites, de coup de pouce au SMIC ou de modification du statut de la BCE. Alors, il faut pousser encore plus fort et pour le Front de gauche, la bataille des législatives sera tout aussi importante que celle de la présidentielle. Il nous faut continuer à construire cette dynamique citoyenne qui a soulevé tant d’espoirs, être à la hauteur des enjeux et porter à l’Assemblée nationale le plus grand nombre possible de députés pour peser sur les choix politiques des cinq années qui viennent.
Les résultats de nos amis grecs vont dans le même sens et montrent que la gauche que nous représentons est l’alternative aux politiques d’austérité qui échouent partout en Europe.

Alors haut les cœurs et plus que jamais vive la Gauche européenne, vive le Front de Gauche !

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche