Chronique d'une eurodéputée n°27 - Bonne année 2013

Chronique d'une eurodéputée n°27 - Bonne année 2013

14/01/2012 - Au seuil de cette nouvelle année, je voudrais d’abord vous présenter à tous et à toutes mes meilleurs vœux pour 2013. D’abord sur le plan personnel pour vous et vos proches car quel que soit les engagements des un(e)s et des autres, il importe que chacun(e) puisse se réaliser pleinement sur le plan personnel et bénéficier d’un environnement serein. Sur le plan politique, cette année 2013 sera d’abord et avant tout une année sans échéance électorale. Chose assez rarissime qu’il convient de relever. Ce sera aussi la première fois depuis la création du Front de Gauche et cela mérite aussi d’être souligné. Il est en effet beaucoup plus facile de faire vivre une formation politique en période électorale et depuis sa création le Front de gauche a été confronté à une séquence électorale allant crescendo depuis les élections européennes de 2009 aux élections législatives et présidentielles en passant par les élections cantonales et régionales de 2010 et 2011.

C’est donc un nouveau défi qui s’ouvre devant nous compliqué par le fait que nous avons participé à la victoire de François Hollande et que, depuis lors, le désenchantement gagne pour le moins une partie croissante de l’électorat de gauche.
Nombre d’entre nous n’avait pas beaucoup d’illusions mais quand même : le choc est rude et ce, dans de nombreux domaines qui ne relève pas tous de ce qu’il est convenu d’appeler le réalisme économique, terme assez pratique il faut en convenir car il sert le plus souvent à habiller l’absence de propositions alternatives quand ce n’est pas le renoncement pur et simple à toute volonté de transformation sociale.
Comment oublier avec quelle rapidité le nouveau Président de la République a renié ses engagements sur la renégociation du Traité budgétaire ? Comment ne pas réagir face aux pirouettes en matière fiscale et sociale dont le pacte de compétitivité et les réactions (ou plus exactement l’absence de réactions) gouvernementales face à la multiplication des plans de licenciement ne sont que les exemples les plus significatifs ?
Mais quand on voit le ministre de l’intérieur se couler dans les habits de ses prédécesseurs pour poursuivre les mêmes  politiques sécuritaires, reprendre les mêmes objectifs chiffrés vis-à-vis des immigrés ou continuer le démantèlement des camps de Roms, on ne peut que s’interroger sur la motivation de ces choix. Et il en va de même vis-à-vis du renoncement  relatif au droit de vote des étrangers non communautaires.
Au moment où, surfant sur les conséquences économiques et sociales de la soit disant crise financière, l’extrême droite dresse la tête dans de nombreux pays européens, il serait temps que ceux et celles qui se réclament des valeurs de gauche tirent les leçons de l’histoire et cessent de gouverner avec comme seul horizon politique un électoralisme de mauvais aloi.
Les justifications de ces reculs sont pour le moins curieux dès lors que les mêmes assument les politiques austéritaires européennes qui démantèlent les acquis sociaux et les services publics sans tenir compte des résistances croissantes que leur opposent notamment les organisations syndicales et qui creusent chaque jour davantage un fossé entre institutions et citoyens européens.
En 1981, François Mitterrand et Robert Badinter avaient eu le courage d’abolir la peine de mort. Le combat était autrement plus difficile vis-à-vis de l’opinion publique. Si l’opinion publique semble aujourd’hui hostile à la citoyenneté de résidence, c’est d’abord et avant tout le résultat de 10 ans de dérapages politiques menés par les plus hauts dirigeants de notre pays. La recherche de boucs émissaires a toujours été l’apanage de la droite. Il serait temps qu’en ce domaine comme dans beaucoup d’autres, le président de la République et sa majorité parlementaire tiennent leurs engagements.
C’est pour les y « aider » que nous devons plus que jamais faire vivre le Front de Gauche dans toutes ses dimensions. J’espère donc que cette année 2013 sera riche en mobilisations citoyennes.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche