Chronique d'une eurodéputée N°9

Chronique d'une eurodéputée N°9

Au moment où vous lirez ces lignes, nous aurons franchi le cap d'une nouvelle année, je commencerai donc par vous présenter tous mes voeux pour 2011, des voeux personnels pour vous et vos proches mais aussi des voeux pour le renforcement du Front de Gauche et de cette alternative à gauche à laquelle nombre de nos concitoyen(ne)s aspirent mais dans laquelle ils peinent encore à croire.

Je nous souhaite donc que 2011 serve au mieux cette construction, soit riche en débats et nous épargne des querelles personnelles stériles qui font tant de mal à la crédibilité de ceux et celles qui veulent encore croire en la Politique.
Je suis plus que jamais décidée à mettre toute mon énergie dans cette construction et c'est ce que j'ai voulu faire avec la conférence débat que j'ai organisée à Paris en décembre dernier sur le thème de la citoyenneté.

Tout d'abord pourquoi une telle initiative à Paris, moi qui suis députée européenne du Sud Est ? Simplement parce que j'ai voulu profiter du congrès du Parti de la Gauche européenne pour permettre à un certain nombre de mes amis européens de nous apporter leur éclairage.
Je n'en n'oublie pas pour autant le Sud Est et compte bien y organiser les prochaines (car il y aura des suites). Je veux d'ailleurs en profiter pour remercier ceux et celles qui ont fait le déplacement depuis les quatre coins de cette très (trop) grande circonscription.

Ensuite, pourquoi la citoyenneté ? D'abord parce que j'ai voulu partir de ce que je connais le mieux, de ce qui fait partie de mes combats de toujours et que, pour moi, c'est un combat fondateur y compris pour le Front de Gauche. Encore faut il bien nous entendre sur ce que signifie ce terme ?

En effet, la citoyenneté et d'ailleurs la démocratie ne se limitent pas à l'exercice du droit de vote. Limiter le rôle des citoyens à celui d'électeurs, c'est, surtout dans le contexte actuel, renforcer l'abstention. C'est au contraire en les associant à la définition des politiques que nous voulons mettre en oeuvre, que nous leur redonneront l'envie de s'intéresser à la vie politique. Nous ne pouvons pas concevoir un autre modèle de développement sans remettre les citoyens au coeur des politiques et sans les associer en permanence aux processus de délibération. C'est d'ailleurs la démarche engagée par le Front de Gauche avec le programme partagé.

De même, la citoyenneté ne se confond pas avec la nationalité. D'abord parce qu'elle ne se décréte pas et que ce ne sont pas les gouvernants qui choisissent les citoyens mais l'inverse. Les citoyens  se sont tous ceux et toutes celles qui participent à la vie de la cité, quelle que soit ler situation sociale ou juridique, qu'elle que soit leur nationalité.  Quand les tavailleurs sans papier défendent leurs droit au travail et à être régularisés de ce fait, ils agissent en citoyens. C'est pourquo nous devons faire de la citoyenneté de résidence un de nos combats majeurs.

De même, la citoyenneté ne se limite pas à la citoyenneté politique, elle est aussi sociale. C'est d'ailleurs cette conception de la citoyenneté que nous défendons quand nous sommes aux côtés de tous ceux qui sont en lutte. Et c'est aussi pourquoi les hommes et les femmes de gauche se sont toujours battus pour que les droits ne s'arrêtent pas aux portes des entreprises.

Tout ceci est un peu rapide et mériterait nombre de discussions mais si vous souhaitez participer à cette discussion, je vous invite à venir écouter le compte rendu vidéo de nos débats sur mon nouveau site www.eurocitoyenne.fr et à surtout à y faire part de vos commentaires.

A très bientôt donc

Marie Christine VERGIAT

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche