"Donner le Prix Sakharov à Lorent Saleh, ce n’est pas digne du Parlement européen"

Voir la vidéo

J'étais l'invitée de La Midinale de Regards ce mercredi 13 décembre 2017. 


J'ai notamment dénoncé l'attribution du Prix Sakharov à la soi-disant opposition vénézuélienne dans laquelle il y notamment des militants d’extrême droite et l’un d’entre eux a été aux côtés des paramilitaires colombiens. 

 

Cette interview a été aussi l'occasion pour moi de m'exprimer sur l'inaction des Etats membres et des institutions de l'Union en matière d'aide aux réfugiés et de rappeler leur responsabilité en la matière.

 

Retrouvez l'article de Regards ici et la vidéo de cette interview ici

 

Les morts des réfugiés comme les mots des responsables européens se succèdent en Méditerranée mais toujours aucune solution à court comme à moyen terme. Que peut encore l'Europe ? L'attribution du Prix Sakharov n'est peut-être pas la meilleure des réponses pour démontrer son progressisme... Petit tour d'actualité avec la députée européenne membre de la GUE/NGL, Marie-Christine Vergiat. 

 

Sur le Prix Sakharov 

« Je suis profondément choquée voire malheureuse du Prix Sakharov tel qu’il a été délivré cette année. » 

« Cette année, c’est la première fois qu’on délivre le Prix Sakharov à des opposants politiques. » 

« L’opposition récompensée par le Prix Sakharov est très disparate, dans laquelle il y notamment des militants d’extrême droite et l’un d’entre eux a été aux côtés des paramilitaires colombiens. » « Donner le Prix Sakharov à Lorent Saleh, ce n’est pas digne du Parlement européen et ce n’est pas digne de l’histoire du Parlement européen en matière de droits de l’homme. » 

 

Sur les traversées Afrique-Europe par des migrants 

« Les responsables européens, tant les dirigeants des Etats-membres que de l’Union européenne, ont une responsabilité en la matière. » 

« La soi-disant crise des migrants est avant tout une crise de l’accueil des réfugiés. » « 90% des réfugiés sont accueillis dans les pays en voie de développement. » 

« L’obsession, c’est empêcher les gens de venir vers l’Union européenne quelque soient les outils. » 

« On a formé 100 à 150 garde-côtes libyens. C’est rien 150 garde-côtes… »  

« Les témoignages continuent de dire que des gardes en uniforme pointaient des armes sur les migrants pour qu’ils montent dans les bateaux. » 

« La Libye n’est pas un pays normal, c’est un pays dans lequel il n’y a plus d’Etat. » 

 

Sur la responsabilité de l’Union européenne quant au sort des migrants 

« L’Union européenne ne devrait pas utiliser tous les moyens pour empêcher les migrants de venir. » 

« Contrairement à ce qui est dit, on ne sait pas ce qui se passe une fois que les migrants sont refoulés. » 

« Il faut trouver des voies légales, donner des moyens pour le sauvetage en mer. » 

« Il y a des milliers et milliers de morts chaque année en Méditerranée. » 

« On se félicite aujourd’hui de refouler de la Libye au Niger, c’est-à-dire vers le désert. Or il y a de plus en plus de morts dans le désert » 

« Il y a autant sinon plus de morts dans le désert qu’en Méditerranée. » 

« Oui, l’Union européenne est responsable quand elle refuse de permettre à des personnes de fuir des situations de guerres et de conflits. » 

 

Sur la responsabilité de la France quant au sort des migrants 

« La France n’est pas à la hauteur de ses engagements, de ce que devrait faire la soi-disant patrie des droits de l’homme, la soi-disant terre d’asile qu’elle se vante d’être. » 

« La très grande majorité des migrants arrivés sur le sol européen a été accueillie en Allemagne. » « On peut penser ce que l’on veut de Madame Merkel ou des raisons pour lesquelles l’Allemagne a accueilli mais c’est une réalité : l’Allemagne est le pays qui a accueilli le plus de ces personnes qui ont traversé la Méditerranée.» 

« En Allemagne, il y a 7 à 800 000 réfugiés accueillis alors qu’en France, 15 000 de plus. » 

« On n’accueille pas toute la misère du monde comme on entend parfois : la misère du monde, elle reste au sud. » 

 

Sur les réfugiés climatiques 

« Il faut se préoccuper véritablement des enjeux du changement climatique : on en est très loin. » « La pays du sud payent la facture du comportement des Européens et notamment des multinationales européennes. » 

« Il y a d’ores et déjà des déplacements massifs dus au changement climatique. » 

 

Sur la gauche européenne 

 

« Quand on mène des batailles ensemble, on a plus de poids et d’influence sur les décisions du Parlement européen. » 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche