Entretien pour le Nouvel Obs : GRECE "Un coup d'Etat sur les médias"

Entretien pour le Nouvel Obs : GRECE "Un coup d'Etat sur les médias"

12-06-2013 "L'Union européenne est en pleine dérive anti-démocratique", s'inquiète la députée européenne Front de gauche Marie-Christine Vergiat. Interview.

Marie-Christine Vergiat est députée européenne du Front de gauche, membre de la commission Culture et Education au Parlement européen.

Le gouvernement grec vient de fermer la télévision publique grecque ERT. Vous condamnez cet acte ?

- Bien sûr. Sur le fond et sur la forme, fermer ainsi des médias publics par un acte gouvernemental, du jour au lendemain, sans se préoccuper du sort de quelque 3.000 salariés, c'est scandaleux. Si cela arrivait dans le privé, on parlerait de patrons-voyous.

Je condamne également la réaction du Commissaire Olli Rehn, qui s'est exprimé ce matin au Parlement européen, soutenant la décision du gouvernement grec. A minima le commissaire aurait pu critiquer la méthode qui a été employée. C'est un choix politique.

La troïka, actuellement en déplacement en Grèce, est-elle responsable de cette décision ?

- Entre les lignes, le commissaire Rehn laisse lui-même entrevoir le rôle joué par la troïka. Avec ses coupes dans les dépenses publiques, elle a précipité la Grèce dans la récession, même le FMI commence à le reconnaître !

Le parti d'opposition Syriza, de la gauche radicale, qualifie la fermeture de la télévision de "coup d'Etat". Reprendriez-vous à votre compte cette comparaison ?

- C'est un coup d'Etat sur les médias. Le signal d'une dérive autoritaire. Je suis inquiète pour la démocratie grecque. Mais j'ai confiance dans la capacité de résistance du peuple grec, sa capacité à réagir. Les témoignages sur place attestent du développement d'initiatives locales, de coopératives, pour faire face aux mesures iniques prises par le gouvernement grec sous la pression de la troïka. L'Union européenne est en pleine dérive anti-démocratique. Tous les démocrates, progressistes européens doivent réagir. Dire que ça suffit.

Que comptez-vous faire ?

- Je fais partie de la commission Culture et Education du Parlement européen, en tant que coordinatrice pour mon groupe. Au sein de cette commission nous défendons le pluralisme des médias et la nécessité d'avoir des médias publics dans tous les pays de l'UE. Nos positions sont claires et quasi-unanimes sur ce point.

Je vais saisir la présidente de la commission pour lui demander une réaction collective. Nous pourrions organiser une protestation commune, et saisir la commissaire Neelie Kroes, qui serait sensible à cette question de la liberté des médias.

Propos recueillis par Laura Fernandez Rodriguez, le mercredi 12 juin - Le Nouvel Observateur

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche