Les eurodéputés de la GUE / NGL condamnent les nouvelles propositions sur l’accord de la honte avec la Libye sur les réfugiés

Les eurodéputés de la GUE / NGL condamnent les nouvelles propositions sur l’accord de la honte avec la Libye sur les réfugiés

Les eurodéputés GUE / NGL ont condamné les propositions présentées hier par la Commission européenne

(English version below)

Les actions proposées (que l'on pourrait appeler un « accord UE-Libye ») se concentrent principalement sur le contrôle des frontières et l'interception des réfugiés et des migrants. Elles devraient coûter environ 200 millions d'euros.

Aujourd'hui et demain, les ministres nationaux de la justice et des affaires intérieures tiennent une réunion informelle du Conseil à Malte pour discuter de ces propositions.

La Coordonnatrice GUE / NGL de la Commission LIBE, Cornelia Ernst, fait remarquer que: "La Commission lance un nouvel accord de la honte pour empêcher les réfugiés de venir se mettre en sécurité en Europe".

"Concrètement, cela signifie que davantage de réfugiés vont être enfermés en Afrique du Nord avec les risques élevés de tortures, de viols et d'autres formes de mauvais traitements que cela suppose."

"En termes légaux, cela revient à une inversion de la charge de la preuve pour les réfugiés - qui devront désormais prouver que chaque pays traversé n'était pas sûr", ajoute la députée allemande.

L’ eurodéputée italienne Barbara Spinelli explique qu' "un rapport récent de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye et du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme montre que la dégradation du système de justice en Libye a conduit à un état d'impunité dans lequel Les groupes armés, les bandes criminelles, les trafiquants et même les fonctionnaires publics contrôlent le flux de migrants à travers le pays de manière absolument arbitraire et cruelle."

"Les migrants sont détenus arbitrairement dans des centres de détention - dirigés principalement par le Département de lutte contre la migration illégale - et soumis à la torture et autres mauvais traitements dégradants et inhumains par les gardiens de DCIM."

"Malgré les recommandations du rapport - qui considère la Libye comme un pays peu sûr et rappelle qu'il n'a même pas souscrit à la Convention de Genève sur les réfugiés - les États membres et la Commission sont disposés à renforcer la coopération de l'UE avec la Libye. Cela va grtavement à l’encontre, comme dans le cas de l'accord UE-Turquie, des droits des migrants que l'Union prétend aider ".

Marie-Christine Vergiat, eurodéputée française, s'exclame: "cette proposition est un scandale! Il y a quelques jours, le commissaire Avramopoulos a expliqué à la commission des libertés civiles du Parlement qu’il n’était pas question de reproduire l'accord entre l'Union européenne et la Turquie en Libye et pourtant maintenant c’est exactement ce qu'il propose!"

"Depuis des mois, toutes les organisations internationales et les ONG nous alertent sur la situation des migrants en Libye. Il est inacceptable que la Commission propose de s’allier à un État défaillant qui est devenu un centre de trafic d'êtres humains."

"C'est du pur cynisme ! Aucune coopération avec la Libye n'est possible à ce stade. La Commission se souvient-elle de l’existence du droit international? Comment osent-ils dire que ces propositions visent à sauver des vies?"

L’ eurodéputée suédoise Malin Björk conclut: "Le financement de la garde côtière libyenne pour arrêter les réfugiés en mer et les ramener à des conditions horribles d'incarcération, d'exploitation - et pour de nombreuses femmes et filles, de violences sexuelles - est tout simplement inacceptable."

"C'est une politique inhumaine qui a cours au niveau de l'UE, et elle est incompatible avec le droit international".


 ----------------------------------------------

 

 

 

GUE/NGL MEPs condemn new proposals on dirty deal with Libya on refugees

 

GUE/NGL MEPs have condemned the proposals presented yesterday by the European Commission and the High Representative on new actions in cooperation with Libya that aim to block people from reaching Europe.  

The proposed actions (which could be called an EU-Libya deal) focus mostly on supporting border control and interception of refugees and migrants, and are expected to cost around 200 million euros.

Today and tomorrow, national justice and home affairs ministers are holding an informal council meeting in Malta to discuss these proposals.

Meanwhile, GUE/NGL Coordinator on the LIBE Committee, Cornelia Ernst, remarks: "The Commission is initiating yet another dirty deal to keep refugees away from safety in Europe."

"In practical terms, this means that even more refugees will be locked up in North Africa under high risk of torture, rape and other forms of ill treatment."

"In legal terms, this amounts to a reversal of the burden of proof for refugees – who will now have to prove that every country they passed through is not secure" adds the German MEP.

Italian MEP, Barbara Spinelli, explains: "A recent report by the United Nations' Support Mission in Libya and Office of the UN High Commissioner for Human Rights demonstrates that the breakdown in the justice system in Libya has led to a state of impunity in which armed groups, criminal gangs, traffickers and even public officials control the flow of migrants through the country in the most arbitrary and cruel way."

"Migrants are held arbitrarily in detention centres – run mostly by the Department for Combatting Illegal Migration – and subjected to torture and other degrading and inhuman ill-treatment by DCIM guards."

"Despite the recommendations of the report – which considers Libya an unsafe country and recalls that it hasn't even subscribed to the Geneva Convention on refugees – the member states and the Commission are willing to enhance the EU's cooperation with Libya. This move would severely infringe, as the EU-Turkey deal does, the rights of the migrants that the Union pretends to be helping."

French MEP, Marie-Christine Vergiat, adds: "The  proposals are scandalous. A few days ago, Commissioner Avramopoulos explained in the Parliament's Committee on Civil Liberties that there was no question over replicating the EU-Turkey deal in Libya, yet that is exactly what he now proposes."

"For months all international organisations and NGOs have been alerting us to the situation of migrants in Libya. It is unacceptable that the Commission proposes to deal with a failed state which has become a hub for trafficking human beings"

"It is pure cynicism. No cooperation with Libya is possible at this stage. Does the EU still understand international law? How dare they say these proposals are about saving lives!"

Swedish MEP, Malin Björk, concludes: "Financing the Libyan coast guard to stop refugees at sea and bring them back to horrific conditions of incarceration, exploitation – and for many women and girls, sexual violence – is just unacceptable."

"It is an inhumane policy-in-process at EU level, and it is also incompatible with international law."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche