L’Union européenne est-elle en train de s’autodétruire ? - chronique pour le Travailleur alpin

L’Union européenne est-elle en train de s’autodétruire ? - chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, mai 2016 : Où va l’Union européenne ? Est-elle en train de se désagréger ? Certains penseront tant mieux. Pourtant dans un monde de plus en plus multipolaire, le repli national ne peut être la solution.

Les décisions absurdes économiquement et mortifères sur le plan humain tant en matière sociale que « migratoire » s’accumulent. Les « valeurs européennes » telles que décrites dans la Convention européenne des droits de l’Homme et dans la Charte européenne des droits fondamentaux ne sont plus que des chiffons de papier.

Aucun dirigeant européen ne semble plus avoir la moindre vision d’avenir pour l’Europe.

Les mesures prises sont court-termistes et guidées uniquement par la volonté de satisfaire l’intérêt des multinationales ou ce que l’on prétend être la volonté du plus grand nombre.
C’est vrai avec la directive « Secrets des affaires en plein scandale « Panama papers » au mépris du droit à l’information.
C’est vrai avec la prolongation de l’autorisation du glysophate, pourtant déclaré cancérigène par l’OMS au mépris du droit à la santé.
C’est vrai pour les politiques migratoires avec l’accord UE/Turquie, que l’on veut étendre à d’autres pays d’origine et de transit, dont le seul objet est le renvoi le plus rapide possible des réfugiés au mépris du droit international et du droit à la vie avec un nombre croissant de personnes mourant en Méditerranée.
C’est vrai de la directive PNR (sur le fichage des passagers aériens) qui est un texte mensonger, liberticide et inutile, sommet d’un iceberg constitué de multiples mesures dont l’obsession est de ficher tous ceux qui arrivent sur le territoire de l’Union pour mieux les repérer quand ils seront en situation irrégulière.

Les citoyens ont droit à la sécurité et c’est normal qu’ils aient peur dans le contexte actuel et oui, le rôle des pouvoirs publics est de prendre des mesures les plus efficaces possibles pour lutter contre les terroristes mais cela passe d’abord par des moyens humains pour la police et la justice et par des coordinations tant au niveau national qu’européen ce que les Etats continuent de refuser au nom de la protection de leurs compétences régaliennes.

Résultat la droite nationaliste et l’extrême droite ne cessent de gagner du terrain comme on vient de le voir récemment en Pologne et en Autriche au détriment des grands partis de gouvernement qui se font littéralement éliminer.

Alors oui, il est temps de réagir : la gauche européenne a un long travail devant elle. Il est temps pour elle de construire un vrai projet politique alternatif.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche