Petite cuisine entre ami(e)s - chronique pour le Travailleur alpin

  • strict warning: Declaration of date_handler_field_multiple::pre_render() should be compatible with content_handler_field_multiple::pre_render($values) in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/date/date/date_handler_field_multiple.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter_term_node_tid_depth::operator_options() should be compatible with views_handler_filter_in_operator::operator_options($which = 'title') in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/views/modules/taxonomy/views_handler_filter_term_node_tid_depth.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /var/www/vhosts/eurocitoyenne.fr/httpdocs/sites/all/modules/contrib/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 0.

Drôle d’ambiance au Parlement européen en ce moment. On a plus que jamais l’impression d’être dans une bulle.

Il n’y est question que des auditions des commissaires européens et les couloirs bruissent du nom de ceux (ou de celles) qui n’auraient pas l’agrément du Parlement européen alors qu’à l’extérieur, tout le monde pensent que la nouvelle Commission est installée depuis que Jean-Claude Junker en a donné la liste et que celle-ci a été approuvée par le Conseil européen (celui des chefs d’Etat et de gouvernement).

Or, les commissaires (un par Etat membre) doivent avoir l’imprimatur du Parlement européen ce qui sera fait, au mieux, lors de la plénière du Parlement européen fin octobre.

D’ici là, les jeux de rôles s’organisent. Chaque candidat pressenti par Jean Claude Junker doit passer un grand oral devant la ou les commissions parlementaires compétentes. C’est assez formel mais certains y réussissent mieux que d’autres. Ainsi le commissaire grec, Dimitris Avramopoulos, proposé pour " migration et affaires intérieures " nous a fait un grand numéro. Bien briefé et vieux briscard de la politique (ancien maire d’Athènes et plusieurs fois ministre), il a dit exactement ce qu’il fallait dire pour éviter un rejet du Parlement européen. Peu importe que la Grèce soit un des pire pays de l’UE en ce qui concerne les conditions de rétention des migrants en situation irrégulière, un de ceux qui les refoulent vers la Turquie au mépris du droit d'asile et qu’il soit pleinement responsable de ces politiques, étant actuellement ministre de la Défense après avoir été ministre des Affaires étrangères de son pays.

A l’inverse,  Věra Jourová, la libérale tchèque a très mal résisté à l’épreuve, sans doute pas à la hauteur d'un portefeuille très large et pour le moins hétéroclite : "Justice, consommateurs, et égalité des genres". C’est elle qui serait chargée des droits fondamentaux et notamment la question des Roms. On craint le pire...

A chaque renouvellement de la Commission, il est de bon ton, que le Parlement européen montre son importance et pousse vers la sortie un ou deux commissaires.
Aujourd’hui, les deux plus menacés sont deux PPE (Parti populaire européen), l’Espagnol, Miguel Arias Cañete et le Hongrois, Tibor Navracsics.

Le 1er censé être chargé de l’énergie et du climat est un pro nucléaire avéré, qui vient de vendre ses parts dans deux entreprises pétrolières, d’où un conflit d’intérêt avéré. 300 000 citoyens dont 76 député(e)s européens et notamment ceux et celles de la GUE/NGL ont signé une pétition contre sa nomination. Et en prime, c'est un macho tout aussi avéré. Durant la campagne européenne, il a osé dire qu’il était toujours compliqué pour un homme de débattre avec une femme car, en montrant sa supériorité intellectuelle, on peut paraître sexiste.

Quant au Hongrois, Tibor Navracsics, proche de Orban, c'est le ministre qui a porté les réformes les plus liberticides du FIDEZC dont les lois sur la presse et les ONG, le portefeuille qu'on voudrait lui confier comprend "Culture, éducation, jeunesse et citoyenneté" et intègre le suivi de l'audiovisuel. C’est une vraie provocation.
La droite européenne est donc en 1ere ligne. Au moment où j'écris ces lignes, six commissaires sont mis en cause et puisqu'il fallait sacrifier un socialiste, Pierre Moscovici est en 1ère ligne.

Au final, tout ceci n'a pas grand intérêt, même si le Parlement européen peut jouer sur les marges en tentant d'exclure les plus contestables, cela ne change en rien la logique de cette Commission plus que jamais orientée sur le marché que l'on retrouve dans nombre de portefeuilles.
Pour la GUE/NGL ce sera non en bloc.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche