Tribune pour le Patriote - Budget européen : Le Parlement européen prendra-t-il ses responsabilités ?

Tribune pour le Patriote - Budget européen : Le Parlement européen prendra-t-il ses responsabilités ?

Après des mois de discussions, le Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement a adopté le 8 février dernier un budget, ou plus exactement un cadre financier pluriannuel, historique. Qu'en est-il ? Tous les 7 ans, les institutions européennes décident des grandes orientations budgétaires de l'UE. Ce rythme de 7 ans est pour le moins étonnant car il ne correspond strictement à rien au regard du fonctionnement de l'Union européenne. En effet, le rythme des institutions européennes est plutôt quinquennal puisque les élections européennes ont lieu tous les 5 ans et c'est après ces élections que les commissaires européens sont nommés ou renouvelés dans leur mandat.

Mais passons, pourquoi ce budget est-il historique ?
Parce que c'est la première fois que le Conseil adopte un cadre budgétaire en diminution par rapport aux années précédentes (908 milliards d'euros comparés aux 925 milliards lors du précédent cadre pluriannuel) et ce, alors même que la Commission avait présenté un budget en légère augmentation. Cela fait moins de 130 milliards annuel. Austérité oblige.

Mais il y a pire, pendant deux jours les chefs d'Etat et de gouvernement se sont livrés à de vraies négociations de marchands de tapis. C'est à celui qui obtiendrait le plus de "rabais" comme on dit dans le jargon européen. C'est-à-dire de retour sur la monnaie investie. Le "I want my money back" de Margaret Thatcher est,    30 ans plus tard, au cœur des institutions européennes.

Et les politiques européennes dans tout cela ?
Il semble qu'il n'en fut guère question au cours de ce Conseil européen. Et ils ont même délibérément tourné le dos à toutes politiques de solidarité européenne. Les choix opérés dans les coupes sont pour le moins significatifs, et ce résultat est une véritable caricature.

Quelques exemples parmi d'autres :
- le Programme d'aide aux plus démunis (PEAD) passe de 3.5 milliards à 2.5 milliards alors qu'il est étendu géographiquement de 17 Etats membres à l'ensemble des Etats membres de l'Union européenne ;
- les politiques dites de cohésion, celles qui visent à rattraper les retards entre régions riches et régions pauvres sont réduites de 8% et les réductions frappent aussi bien les unes que les autres ;
- pire encore : le fonds d'ajustement à la mondialisation, dont le nom est déjà tout un programme, mais dont l'objet est de financer un certain nombre de plans sociaux et qui bénéficient donc aux salariés victimes de délocalisations, est réduit de 70%.
A l'inverse, les grands projets industriels type ITER ou Galileo ne sont pas remis en cause, pas plus que les aides aux grands de l'agro-alimentaire (compromis avec l'Allemagne oblige).
Alors que le mini budget de l'UE (désormais moins de 1% du PIB de chaque Etat) devrait plus que jamais être marqué du sceau de la solidarité, c'est encore l'austérité qui est au programme.

Les députés du Front de Gauche ont clairement annoncé la couleur. Pour nous, ce sera non tant que les intérêts de ceux qui trinquent le plus des conséquences des politiques austéritaires ne seront pas pris en compte.

Le Parlement européen qui, pour la première fois de son histoire, a la possibilité de mettre son véto sur ce budget doit prendre ses responsabilités. Je me félicite donc qu'il ait, à une assez large majorité, refusé d'adopter ce budget.
J'espère que ce n'est pas qu'un coup d'esbroufe, et que le Parlement européen n'acceptera aucun compromis tant que les coupes budgétaires qui sacrifient les citoyens européens et notamment les jeunes, les chercheurs, les agriculteurs, tout comme les collectivités territoriales et les projets environnementaux ne seront pas retoquées.
On peut être sceptique quand on sait qu'au cours de la même plénière, le Parlement européen a validé définitivement le "two-pack" qui n'est rien d'autre que la transcription du Traité budgétaire dans le droit de l'Union européenne.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche