Tribune pour le Patriote n°1 - Plus que jamais, nous avons besoin d'une autre Europe

Tribune pour le Patriote n°1 - Plus que jamais, nous avons besoin d'une autre Europe

L'Union européenne est capable du meilleur comme du pire.

En ce moment, le moins que l'on puisse dire, c'est que nous n'en voyons guère que le plus mauvais  côté. On multiplie les instruments de contrôle économiques et financiers. Ils ont pour nom : pacte économique, semestre européen, « Pack 6 », gouvernance économique. Ils n'ont qu'un objectif : réduire les marges de manoeuvre politiques pour mieux poursuivre des politiques ultralibérales aux conséquences sociales de plus en plus néfastes. Et aussitôt adoptés, ils sont déjà dépassés. C'est une fuite en avant qui ne fait qu'accélérer l'affolement des marchés.

Les plans d'austérité se succèdent. Les peuples doivent payer chaque jour un peu plus lourdement les conséquences de cette crise qui n'est pas la leur, qui est avant tout due à l'incurie de ceux qui les gouvernent qui suppriment peu à peu toute régulation des marchés depuis plus de 30 ans…

Et si crise il y a aujourd'hui, crise de la dette publique comme ils disent, c'est notamment parce qu'en 2008, malgré quelques promesses vite oubliées (rappelez-vous Nicolas Sarkozy voulant réformer le capitalisme), ils ont volé au secours des banques, victimes de leur spéculation sur les dettes privées, en leur distribuant des milliards sans contrepartie. Et elles sont parties spéculer sur les dettes publiques. Lesquelles s'envolent ce qui contraint les Etats à emprunter à des taux de plus en plus élevés pour le plus grand bonheur des marchés. C'est une spirale infernale qui s'enclenche, le triste exemple de la Grèce est là pour le montrer.

Les gouvernements tombent et l'on ne voit plus guère de différence entre la gauche et la droite. Au Danemark et en Gréce, ce sont ceux de droite qui sont tombés alors qu'au Portugal et en Espagne, ce sont ceux de gauche. L'extrême droite entre de plus en plus dans les majorités y compris dans des gouvernements d'union nationale.

Pourtant les peuples résistent mais ceux qui les gouvernent restent autistes, non seulement ne pennent plus la peine de les consulter mais pire ont peur de ces consultations (la polémique autour du référendum grec mort né est là pour le montrer). La démocratie est de plus en plus confisquée au bénéfice de soi-disant experts, en fait très politiques,  tels Mario Monti en Italie et Lucas Papademos en Grèce.

Et de plus en plus de voix se font entendre dans ce qu'il est convenu d'appeler la société civile pour dire que l'on va droit dans le mur.

Loin de nous démoraliser, cette situation doit au contraire nous donner du courage pour porter haut et fort nos valeurs et nos propositins alternatives. Car oui, d'autres politiques sont possibles.

L'Union européenne est la 1ère puissance économique du monde mais c'est aussi un espace au sein duquel les écart de revenus se sont profondément détériorés. Pour en convaincre ceux qui doutent , renvoyez-les rapports de l'ONU et de l'OIT. Une autre redistribution des richesses est possible grâce à d'autres politiques fiscales. D'autres politiques peuvent être mises en place pour servir les peuples et non les intérêts financiers.

La campagne qui s'annonce ne doit pas oublier l'Europe où la France doit pouvoir porter une autre voix. Tel est aussi un des enjeux des mois qui viennent.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche