C'est à Microsoft de payer pour les travailleurs qu’elle a voulu sacrifier