Le gouvernement s'oppose à l'amnistie, pourtant très restreinte, votée par le Sénat au bénéfice des militants