Quand l’Etat « perd » 500 000 euros sur l’accès à l’information et l’éducation à la sexualité, c’est sa jeunesse qu’il sacrifie !