Et aussi...

La sécurité des patients sera le point de départ de nouvelles mesures visant à lutter contre les médicaments de contrefaçon

Marisa Matias, députée portugaise de la GUE/NGL (Bloc de Gauche) et membre de la commission "Environnement, santé publique et sécurité alimentaire", était rapporteure du Parlement européen sur la modification des textes européens relatifs aux médicaments de contrefaçon. Elle a fait un travail de Titan et a fait adopté son rapport à l'unanimité moins 5 abstentions, sans rien lâcher sur le fond mais en faisant beaucoup de pédagogie et de diplomatie. Qu'elle en soit remerciée. C'est ainsi que nous construisons peu à peu un certain nombre de choses au sein du Parlement européen.

Après le vote d'aujourd'hui sur son rapport relatif aux médicaments falsifiés à la réunion de la commission de l'environnement et de santé publique au Parlement européen, la députée portugaise du GUE/NGL Marisa Matias a dit qu'une "étape importante venait d'être franchie par les députés afin de protéger la santé des patients et d'empêcher les médicaments falsifiés potentiellement mortels d'être commercialisés en Europe".

« Nous refusons la Commission Barroso II »

Le 9 février, le Parlement européen s’est prononcé en faveur de la Commission proposée par M.Barroso. A travers un communiqué au nom du groupe GUE/NGL, j’ai exprimé notre désaccord avec cette proposition : nous souhaitons des politiques ambitieuses tournant le dos au modèle ultra libéral défendu jusqu’ici.

Le Parlement européen s'est prononcé aujourd'hui à une large majorité en faveur du Collège des commissaires proposés par M. Barroso.Cette équipe hétéroclite, savant dosage politique entre PPE, libéraux et socialistes, ne nous a pas convaincus.Les critiques ont été vives vis-à-vis de nombreux commissaires européens, tant lors des auditions que dans l'hémicycle ce matin.

Les députés de la GUE/NGL s'opposent la militarisation de l'UE à caractère interventionniste

Le rapport d'Arnaud Danjean (UMP-PPE), président de la sous-commission "Sécurité et défense" de la commission parlementaire "Affaires étrangères", sur la mise en œuvre de la stratégie européenne de sécurité et la politique de sécurité et de défense commune a rencontré une forte opposition par les députés européens de la GUE/NGL.
Nous étions appelés à voter contre ce rapport pour des multiples raisons expliquées ci-dessous.

Opinion minoritaire déposée par les députés GUE/NGL Sabine Lösing, Willy Meyer et Takis Hadjigeorgiou

Le rapport plaide pour une évolution de la PESD qui encourage la militarisation de l'UE et son caractère interventionniste ; il manque de solutions et d'approches civiles et pacifiques face aux conflits et se concentre, au lieu de cela, sur la défense et la militarisation de l'UE.

Nous sommes opposés au rapport pour les raisons suivantes :

Droits de l'Homme : "La voix du Parlement européen est écoutée"

La GUE/NGL n'a pas souhaité signer la résolution commune sur le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Ella a déposé sa propre résolution et ses propres amendements. L'ensemble de ces amendements a été rejeté par l'ensemble des autres groupes du Parlement européen alors qu'ils portaient sur la prise en compte des conséquences de la crise sur les droits de l'Homme, la situation au Honduras, en Colombie et au Sahara occidental.
La GUE/NGL entend peser autant que possible pour que cesse le bal des hypocrites sur ces sujets au sein de l'Union européenne. Prenons l'exemple de la Tunisie à témoin pour montrer ce qu'il en est réellement et voir si l'Union européenne est aussi attachée à la défense des droits de l'Homme dans les faits qu'elle l'est dans ses déclarations.

Ci dessous, l'interview de la lituanienne Laima Liucija Andrikienė (PPE), vice-présidente de la sous-commission parlementaire des droits de l'Homme, qui se rendra au Conseil des droits de l'homme de l'ONU du 14 au 16 mars.

Droits de l'homme : « La voix du Parlement européen est écoutée »
Droits de l'Homme - 24-02-2010 - 12:15
 

Ma réaction sur la ratification du traité de Lisbonne en Irlande

Le groupe GUE/NGL s’était battu contre la ratification du traité de Lisbonne qui empêche la construction d’une Europe sociale. Malgré tout, la population irlandaise a décidé par voie de référendum de ratifier ce traité : bien que je respecte le choix de la démocratie, certaines décisions me semblent biaisées.

VOIR LA VIDEO

Monsieur Barroso réélu Président de la Commission grâce au soutien des socio-libéraux

Pendant toute la campagne européenne, la majorité des partis politiques français ont promis une autre Europe en assurant qu'elle était possible dans le cadre de plateformes européennes.
Or, qu'a-t-on vu aujourd'hui ? L'élection triomphale de monsieur Barroso par 382 voix pour, 219 contre et 117 abstentions.

Les lois mathématiques sont là. Si l'ensemble des socialistes, des Verts et des «Libéraux » s'étaient jointes à celles de la GUE/NGL pour voter contre l'investiture de monsieur Barroso non seulement il n'aurait pas eu la majorité absolue mais il n'aurait pas été réélu et ne pourrait pas poursuivre sa politique.

Alors quoi que disent les socialistes et le MODEM en France, les faits sont là et ce sont des alliances objectives entre conservateurs, socialistes et libéraux qui empêchent toute alternance politique en Europe.

Election du président du Parlement européen: Consensus contre l'intérêt des peuples.

Alors que l'Europe est frappée de plein fouet par la crise, que les populations espèrent et attendent de l'Europe des décisions pour changer les choses. Alors que les dogmes ultralibéraux ont fait la démonstration de leur nocivité.
Rien ne bouge au Parlement Européen!
M. Busek candidat à la présidence présenté par le PPE et soutenu par les autres groupes du Parlement de droite, socialistes et verts qui à l'exception du Groupe GUE/NGL n'ont pas présenté de candidat a été élu.

Seule candidate alternative, Mme Eva-Britt Svensson présentée par la GUE/NGL portait les couleurs de la gauche. Ses 10 propositions pour l'Europe ont montré la possibilité de changer vraiment pour peu que la volonté politique soit au rendez vous. Elle a représenté le vote de gauche. Avec 89 suffrages, son score va bien au delà du nombre des députés de notre groupe. Un signe que le groupe GUE/NGL est au service de tous ceux qui veulent faire avancer la gauche. 

Election du Président du Parlement : Choisir entre les valeurs ou les postes

L’élection du Président du Parlement européen se déroulera mardi 14 Juillet au siège du Parlement européen à Strasbourg.
Seulement deux candidats restent en lisses. La première est Eva-Britt SVENSON, une féministe et écologiste suédoise, candidate de la Gauche Unitaire Européenne/Gauche Verte Nordique (GUE-NGL). Le second est Jerzy Buzek, ancien Premier ministre polonais proposé par le Parti Populaire Européen (PPE).

Les Socialistes, les Verts et les Libéraux ont décidés de ne pas présenter de candidat et de se rallier au candidat  conservateur du Parti Populaire Européen (PPE).

Jacky HENIN, Elie HOARAU, Patrick LE HYARIC, Jean-Luc MELENCHON, et Marie-Christine VERGIAT, députés européens constatent que l'ensemble des arguments avancés durant la campagne européenne par le Front de gauche se vérifie une nouvelle fois : PPE et PSE continuent de cogérer ensemble le Parlement européen avec l’appui régulier d’un certain nombre de voix des Verts européens.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche