Droits et libertés

Création d’une "facilité européenne de soutien de la paix" : Son réel but est de financer des actions de défense et des implications militaires

Explication de vote sur la recommandation du Parlement européen du 28 mars 2019 pour établir une facilité européenne pour la paix.

La politique de sécurité et de défense commune est devenue l'une des principales priorités de l'UE.

Le Conseil, seul compétent en ce domaine, va franchir une nouvelle étape avec la création d’une « facilité européenne de soutien de la paix (FEP) » autrement dit un fonds spécial doté de 10,5 milliards d’euros hors budget ordinaire.

Son but est de financer des actions dans le domaine de la défense et des actions opérationnelles ayant des implications militaires.

Coopération entre Eurojust et la Libye : qu'en est-il concernant le trafic de migrants ?

Je suis intervenue en commission LIBE le 2 avril 2019 au sujet de la coopération entre Eurojust et la Libye.

Mon intervention est accessible sur YouTube.

Selon la définition d'Eurojust, sa mission est de "promouvoir et renforcer la coordination et la coopération entre les autorités nationales dans la lutte contre la criminalité transfrontalière grave engagée dans l’Union européenne".

Mais en l’occurrence, Eurojust coopère aussi avec la Libye alors qu'il n'y a pas de système judiciaire dans ce pays. Donc en quoi consiste les cas qu'Eurojust traite avec la Libye concernant le trafic de migrants comme cela a été mentionné ?

L'UE n'a pas été à la hauteur des enjeux de la crise mondiale en matière de réfugiés

Je suis intervenue cette semaine en commission LIBE pour réagir face aux propos du Commissaire Avramoupoulos en charge des questions sur les migrations. Et je ne partage pas son bilan.

Mon intervention est accessible sur YouTube.

Il est clair qu'on a renforcé l'Europe forteresse mais pour tout le monde. On distingue entre "bons migrants économiques" et "mauvais réfugiés", et non pas l'inverse

On voit bien que la première nationalité migrant vers l'UE est l'Ukraine et que ces migrants sont accueillis en Pologne. Ce sont les "bons migrants économiques". Ceux à qui on ferme les portes ce sont les "mauvais réfugiés".

Libéralisation des visas dans les Balkans : Le Kosovo ne doit pas faire figure d'exception

Je suis intervenue le 27 mars 2019 en session plénière au sujet de la libéralisation des visas pour les ressortissants du Kosovo. Mon groupe est largement favorable à la libéralisation des visas et à la liberté de circulation et pour notre plus grand nombre, nous ne souhaitons pas faire d’exception pour le Kosovo.

Mon intervention est également accessible sur ma page YouTube.

Monsieur le Président, le Kosovo est un pays de moins de deux millions d’habitants. La guerre, qui a ensanglanté le pays, a fait plus de 13 000 morts. C’est le seul État des Balkans à ne pas avoir bénéficié d’une libéralisation des visas de court séjour, bien évidemment, puisque ce sont les seuls visas qui sont de la compétence de l’Union. Macédoine du Nord, Monténégro et Serbie l’ont depuis 2008, Albanie et Bosnie depuis 2010.

Démocratie et Etat de droit : Nous n'en serions pas là en Hongrie et dans d'autres Etats membres si la Commission avait réagi

Je suis intervenue le 21 mars 2019 en commission "libertés civiles" pour faire le point sur la situation de l’État de droit et de la démocratie notamment en Hongrie.

Cette vidéo est également accessible sur ma page YouTube.

Le Conseil est réticent à démarrer la procédure de l'article 7 à l'encontre du gouvernement hongrois alors même que le Parlement européen s'est prononcé en septembre dernier pour demander l'activation de l'article 7.

Nous n'en serions pas là en Hongrie et dans beaucoup d'autres Etats membres de l'UE si la Commission européenne avait réagi aux premiers avertissements du Parlement européen dès 2011.

 

Système de sanctions pour violations des droits de l’Homme : Le deux poids deux mesures prévaut déjà et les droits de l’Homme servent parfois de prétexte pour l'UE

Explication de vote sur le régime de sanctions européen pour les violations des droits de l’Homme adopté par le Parlement européen le 14 mars 2019

Le Parlement européen a adopté une résolution proposant l'instauration d'un régime européen de sanctions pour violations des droits de l’Homme.

Je suis a priori favorable aux sanctions ciblées contre des personnes ayant gravement violé les droits de l’Homme mais la généralisation d'un tel système, hors ONU, m'interroge en l'absence notamment de voies de recours. De surcroît, il risque d'être instrumentalisé à des fins purement politiques pour cibler certains pays.

Stratégie de contre-propagande de l’UE : Sans définition claire de la "propagande" et des "fake news", il y a un risque majeur pour la liberté d’expression

Explication de vote  sur le suivi donné par le Service européen pour l’action extérieure deux ans après le rapport du Parlement européen sur la communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers

Ce rapport fait le bilan de la mise en place de l’agence de contre propagande de l’Union européenne « Stratcom ». Je continue de m’interroger sur les notions de propagande et de contre propagande d’autant que l’action européenne est totalement manichéenne et focalisée uniquement sur la Russie. La seule « task force » active de Stratcom agit d’ailleurs uniquement contre la propagande russe. Cette focale n’est qu’un élément de plus dans la stratégie de tension avec ce pays au mépris des slogans sur « l’Europe de la Paix ».

Initiative Citoyenne Européenne : L’ICE avait soulevé de nombreux espoirs, mais on reste loin d’un instrument de démocratie participative

Explication de vote sur la proposition de règlement sur l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) adoptée le 12 mars 2019 par le Parlement européen

L’initiative citoyenne européenne permet « théoriquement » aux citoyens de déposer des propositions législatives directement à la Commission. Cela pourrait être un mécanisme précieux de démocratie transnationale mais sa mise en œuvre trop restrictive l’a rendu décevante surtout parce que la Commission européenne reste seule décisionnaire.

Seules six ICE sur 67 lancées ont réussi à obtenir le nombre de signatures nécessaires pour être examinées par la Commission et deux ont abouti à des transcriptions législatives (eau et glyphosate) mais bien loin des ambitions d’origine.

Afrophobie : Parlons de l'Histoire sans tabou et condamnons les discriminations et violences

Je suis intervenue le 14 mars 2019 en session plénière au sujet des droits fondamentaux des personnes d'ascendance africaine et de l'afrophobie dont elles sont bien souvent victimes.

Retrouvez cette intervention sur YouTube.

"Monsieur le Président, pour la première fois, nous avons, dans cet hémicycle, un débat sur l’afrophobie, ce racisme essentiellement fondé sur la couleur de la peau. Les afro-descendants sont immigrés, descendants d’immigrés mais aussi européens, certains, depuis plusieurs générations, tels nos concitoyens ultramarins.

Fonds de gestion des frontières : Ce fonds est l’instrument financier de l’Europe forteresse !

Je suis intervenue le 12 mars 2019 en session plénière au sujet de l'instrument de soutien financier dans le domaine de la gestion des frontières et des visas.

Retrouvez cette intervention sur ma chaîne YouTube.

"Madame la Présidente, merci à notre rapporteure, qui a déployé beaucoup d’énergie pour rendre ces fonds -acceptables, disons, moins pires.

Cependant, le FGIF, le Fonds pour la gestion intégrée des frontières, n’est ni plus ni moins l’instrument financier de l’Europe forteresse que nous dénonçons.

Pour mener à bien cette logique sécuritaire, il y a toujours des fonds disponibles.

Un budget multiplié par cinq, soit 9,3 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter les 12 milliards de Frontex, soit environ 2 % du budget de l’Union.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche