Droits et libertés

Centres dits "contrôlés" pour demandeurs d'asile : Le Parlement européen s'oppose à ces centres contraires au droit d'asile et aux droits fondamentaux

Explication de vote sur les règlements délégués de la Commission rejetés par le Parlement européen  le 27 mars 2019 concernant le Fonds «Asile et migration» (AMIF) et le Fonds pour la sécurité intérieure (FSI).

Le 28 juin dernier, la Commission proposait de mettre en place "des plateformes de débarquement en Afrique" pour retenir dans des centres fermés les personnes secourues en mer pour examiner d’abord leur profil et leur demande.
 
Cette proposition a été abandonnée suite aux critiques des ONG et surtout le refus des pays du Nord de l’Afrique d’accueillir ces centres.
 

"New Deal pour les consommateurs" : Ce texte renforce les droits des consommateurs en soutenant les recours collectifs en justice

Explication de vote sur le rapport adopté par le Parlement européen le 26 mars 2019 su rles actions représentatives pour la protection des intérêts collectifs des consommateurs

Après le « dieselgate » (la fraude du constructeur automobile Volkswagen sur la performance d’émission de particules de ses moteurs), le besoin de mettre en place un système de recours collectif pour les consommateurs européens lésés par des pratiques déloyales et illégales s’est fait sentir.

Des ONG, et notamment les organisations de consommateurs, réclament depuis des décennies une action législative de l’UE dans ce domaine.

Etat de droit à Malte et en Slovaquie : Le travail du Parlement n’a donc pas été à la hauteur des enjeux

Explication de vote sur la résolution du Parlement européen adoptée le 28 mars 2019 sur la situation en matière d’Etat de droit et de lutte contre la corruption dans l’Union, notamment à Malte et en Slovaquie

Le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Malte et de Ján Kuciak en Slovaquie a choqué l’opinion et montré les risques que prennent les journalistes en révélant la vérité y compris dans certains pays de l’Union.

En juin 2018, le Parlement européen a mis en place un groupe de surveillance sur l’État de droit pour faire face à ces situations. Mais dès le départ, son mandat n’a pas fait consensus et son travail pèche malheureusement par manque de neutralité.

Création d’une "facilité européenne de soutien de la paix" : Son réel but est de financer des actions de défense et des implications militaires

Explication de vote sur la recommandation du Parlement européen du 28 mars 2019 pour établir une facilité européenne pour la paix.

La politique de sécurité et de défense commune est devenue l'une des principales priorités de l'UE.

Le Conseil, seul compétent en ce domaine, va franchir une nouvelle étape avec la création d’une « facilité européenne de soutien de la paix (FEP) » autrement dit un fonds spécial doté de 10,5 milliards d’euros hors budget ordinaire.

Son but est de financer des actions dans le domaine de la défense et des actions opérationnelles ayant des implications militaires.

Coopération entre Eurojust et la Libye : qu'en est-il concernant le trafic de migrants ?

Je suis intervenue en commission LIBE le 2 avril 2019 au sujet de la coopération entre Eurojust et la Libye.

Mon intervention est accessible sur YouTube.

Selon la définition d'Eurojust, sa mission est de "promouvoir et renforcer la coordination et la coopération entre les autorités nationales dans la lutte contre la criminalité transfrontalière grave engagée dans l’Union européenne".

Mais en l’occurrence, Eurojust coopère aussi avec la Libye alors qu'il n'y a pas de système judiciaire dans ce pays. Donc en quoi consiste les cas qu'Eurojust traite avec la Libye concernant le trafic de migrants comme cela a été mentionné ?

L'UE n'a pas été à la hauteur des enjeux de la crise mondiale en matière de réfugiés

Je suis intervenue cette semaine en commission LIBE pour réagir face aux propos du Commissaire Avramoupoulos en charge des questions sur les migrations. Et je ne partage pas son bilan.

Mon intervention est accessible sur YouTube.

Il est clair qu'on a renforcé l'Europe forteresse mais pour tout le monde. On distingue entre "bons migrants économiques" et "mauvais réfugiés", et non pas l'inverse

On voit bien que la première nationalité migrant vers l'UE est l'Ukraine et que ces migrants sont accueillis en Pologne. Ce sont les "bons migrants économiques". Ceux à qui on ferme les portes ce sont les "mauvais réfugiés".

Libéralisation des visas dans les Balkans : Le Kosovo ne doit pas faire figure d'exception

Je suis intervenue le 27 mars 2019 en session plénière au sujet de la libéralisation des visas pour les ressortissants du Kosovo. Mon groupe est largement favorable à la libéralisation des visas et à la liberté de circulation et pour notre plus grand nombre, nous ne souhaitons pas faire d’exception pour le Kosovo.

Mon intervention est également accessible sur ma page YouTube.

Monsieur le Président, le Kosovo est un pays de moins de deux millions d’habitants. La guerre, qui a ensanglanté le pays, a fait plus de 13 000 morts. C’est le seul État des Balkans à ne pas avoir bénéficié d’une libéralisation des visas de court séjour, bien évidemment, puisque ce sont les seuls visas qui sont de la compétence de l’Union. Macédoine du Nord, Monténégro et Serbie l’ont depuis 2008, Albanie et Bosnie depuis 2010.

Démocratie et Etat de droit : Nous n'en serions pas là en Hongrie et dans d'autres Etats membres si la Commission avait réagi

Je suis intervenue le 21 mars 2019 en commission "libertés civiles" pour faire le point sur la situation de l’État de droit et de la démocratie notamment en Hongrie.

Cette vidéo est également accessible sur ma page YouTube.

Le Conseil est réticent à démarrer la procédure de l'article 7 à l'encontre du gouvernement hongrois alors même que le Parlement européen s'est prononcé en septembre dernier pour demander l'activation de l'article 7.

Nous n'en serions pas là en Hongrie et dans beaucoup d'autres Etats membres de l'UE si la Commission européenne avait réagi aux premiers avertissements du Parlement européen dès 2011.

 

Système de sanctions pour violations des droits de l’Homme : Le deux poids deux mesures prévaut déjà et les droits de l’Homme servent parfois de prétexte pour l'UE

Explication de vote sur le régime de sanctions européen pour les violations des droits de l’Homme adopté par le Parlement européen le 14 mars 2019

Le Parlement européen a adopté une résolution proposant l'instauration d'un régime européen de sanctions pour violations des droits de l’Homme.

Je suis a priori favorable aux sanctions ciblées contre des personnes ayant gravement violé les droits de l’Homme mais la généralisation d'un tel système, hors ONU, m'interroge en l'absence notamment de voies de recours. De surcroît, il risque d'être instrumentalisé à des fins purement politiques pour cibler certains pays.

Stratégie de contre-propagande de l’UE : Sans définition claire de la "propagande" et des "fake news", il y a un risque majeur pour la liberté d’expression

Explication de vote  sur le suivi donné par le Service européen pour l’action extérieure deux ans après le rapport du Parlement européen sur la communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers

Ce rapport fait le bilan de la mise en place de l’agence de contre propagande de l’Union européenne « Stratcom ». Je continue de m’interroger sur les notions de propagande et de contre propagande d’autant que l’action européenne est totalement manichéenne et focalisée uniquement sur la Russie. La seule « task force » active de Stratcom agit d’ailleurs uniquement contre la propagande russe. Cette focale n’est qu’un élément de plus dans la stratégie de tension avec ce pays au mépris des slogans sur « l’Europe de la Paix ».

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche