Culture & éducation

La présentation de mon avis sur l'Année Européenne de la citoyenneté

Voici la présentation de mon avis sur le projet de résolution relatif à l'Année Européenne de la citoyenneté en commission culture et éducation du Parlement européen le 24 janvier 2012

Mes chers collègues,

Il me revient de vous présenter aujourd'hui le projet d'avis législatif relatif à l'Année européenne de la citoyenneté que devrait être l'année 2013. D'abord, ce projet d'avis se situe dans la droite ligne du rapport que nous venons d'adopter sur les obstacles à la citoyenneté, présenté par notre collègue M. Lokkegaard. 2013 sera l'année du 20éme anniversaire de l'instauration de la citoyenneté européenne et précédera l'année de renouvellement du Parlement européen.

 

Cela devrait donc être un moment fort pour valoriser la citoyenneté européenne sur la base de l'article 1er du Traité de Lisbonne qui présente le-dit Traité comme "une nouvelle étape dans un processus créant une Union sans cesse plus étroite entre les peuples de l'Europe, dans laquelle les décisions sont prises dans le plus grand respect possible du principe d'ouverture et le plus près possible des citoyens".

Les faits sont là pour nous montrer ce qu'il en est mais tel n'est pas l'objet de notre discussion.

L'Année européenne 2013 aura-t-elle vraiment pour enjeu la citoyenneté?

Communiqué de presse de Marie-Christine Vergiat - députée européenne Front de gauche - Commission culture et éducation - 26 janvier 2012

2013, année du 20ème anniversaire de l'instauration de la citoyenneté européenne, devrait être proclamée AEC ("Année européenne de la citoyenneté"). C'est ce qu'avait suggéré le Parlement européen dès 2010 et la Commission a repris cette proposition. Mais la proposition de décision soumise au Parlement européen et au Conseil par la Commission donne une vision pour le moins étroite de la citoyenneté puisqu'elle propose même une année européenne des citoyens, ce qui n'est pas tout à fait la même chose.

Pour la Commission, il y a un problème de déficit de confiance entre les institutions et les citoyens. Pour y remédier, la solution est simple : il faut faire connaitre leurs droits aux citoyens. Mais, pour des raisons de base juridique, on se limitera aux droits en matière de libre circulation et aux freins qui empêchent nos concitoyens d'aller s'installer dans un autre pays.  

Difficile de se reconnaitre dans cette vision de la citoyenneté.

Processus de Bologne: la commission "Culture et éducation" persiste et signe !

Hier, la commission "Culture et éducation" du Parlement Européen a adopté un rapport sur "La contribution des institutions européennes à la consolidation et au progrès du processus de Bologne". Si de belles intentions sont affichées dans ce rapport comme la lutte contre les discriminations, la nécessité d'un enseignement accessible "aux catégories défavorisées" ou encore la volonté de faciliter les échanges à l'étranger pour les étudiants et les enseignants, le compte n'y est toujours pas.

C'est toujours le même leitmotiv qui est mis en avant. Il faut sans cesse renforcer les liens entre universités et entreprises, y compris maintenant dans l'élaboration des programmes.  Pourtant, c'est cette logique qui est aujourd'hui mise en échec dans presque tous les pays de l'Union Européenne, le "partenariat" entreprises/universités se traduisant trop souvent par la subordination  des dernières aux premières au motif de s'adapter toujours plus aux besoins immédiats du marché.

Vote : Pour la lutte contre l'abandon scolaire

J'ai voté en faveur de ce rapport sur la lutte contre l'abandon scolaire qui persiste voir s'aggrave dans tous les Etats membres de l'UE. Les propositions de ce rapport sont positives comme la nécessité d'identifier les "élèves à risque", la demande d'une approche personnalisée et ouverte à tous en matière d'éducation, le développement des services d'éducation et d'accueil publics et gratuits notamment pour les jeunes enfants.

Nous avons besoin d'une école qui sera réellement une école de l'égalité, de l'inclusion de tous et de toutes et de la réussite scolaire.

Reste aux Etats membres de traduire ces propositions en actes alors que les politiques d'austérité s'attaquent en priorité aux services publics de l'éducation.

Marie-Christine Vergiat

2011-12-01

Vote : pour la neutralité du net

J'ai voté en faveur de cette résolution. Elle est positive globalement car ce texte réaffirme sa position forte en faveur de la neutralité d'Internet et de la garantie d'un Internet ouvert et demande notamment à la Commission d'évaluer rapidement le besoin de toute nouvelle législation européenne pour garantir cette neutralité. Toutefois, je regrette l'approche économiciste de la résolution, l'absence de référence aux négociations sur l'accord ACTA et surtout l'ambigüité de la résolution quant à l'interprétation possible de restrictions par les opérateurs en matière d'accès à l'Internet mobile en cas de congestion des réseaux.

La résolution réaffirme différents principes, comme la liberté d'expression, le respect de la vie privée et met en garde contre les risques qui guettent plus globalement la promotion et le respect des droits de l'Homme en matière d'accès et d'utilisation d'Internet.

Vote : la TVA numérique

Je me suis abstenue sur la résolution portant sur la modernisation de la législation sur la TVA dans le but de stimuler le marché unique du numérique. Cette modernisation repose sur le seul fait de réduire la TVA sur les biens culturels vendus sur l'espace numérique et sujet à une faible consommation. Cette proposition ne se base malheureusement pas dans l'optique d'une diffusion des œuvres en tant que service public pour un accès au plus grand nombre, ni même sur la logique de la TVA en tant que taxe injuste qu'il faut baisser pour qu'elle pèse moins sur les revenus des plus démunis.

Au lieu de cela, cette résolution se base sur la volonté de stimuler un marché numérique unique, considérant les biens culturels comme n'importe quel autre bien commercialisable. Et ce, sans même que les négociateurs qui ont mis en place le compromis ne daigne s'adresser à notre groupe politique.

Marie-Christine Vergiat

2011-11-18

Vote : Pour le soutien au cinéma européen

J'ai voté pour la proposition de résolution qui appelle les Etats Membres à soutenir le cinéma européen face au défi de l'ère numérique. Ce rapport souligne le rôle socioéducatif du cinéma et insiste sur la nécessité de préserver sa diversité. Le défi du numérique doit donc profiter à tous. Or, la bonne santé du cinéma en Europe ne profite malheureusement quasiment qu'aux grands cinémas multiplex et laisse le reste de la profession, constituée essentiellement de petites entités, dans une situation de grande fragilité dans un environnement ultra-concurrentiel.

 Il faut donc protéger les petites salles le cinéma et notamment celles d'Art et d'Essai tout comme celles des zones rurales (les deux n'étant pas incompatibles) par un soutient fort des Etats.
 
Il s'agit aussi de soutenir une "éducation cinématographique" pour le plus grand nombre en facilitant notamment la diffusion la plus large possible des films à l'intérieur de l'Europe. C'est aussi un appel à mieux utiliser la base de données Europeana pour les films et tout support multimédia.

Marie-Christine Vergiat

Le Prix Lux aux neiges du Kilimanjaro: un film qui dénonce l'Europe de la compétitivité

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de gauche - Elue du sud-est - Membre de la commission Culture et éducation - Strasbourg 16-11-2011

Robert Guédiguian a reçu aujourd'hui au Parlement européen le prix Lux pour le film marseillais : " les neiges du Kilimanjaro". C'est un film engagé, comme ses auteurs. Dans un monde où règnent la compétitivité et l'individualisme, il met en avant des valeurs humaines de solidarité et de compréhension de l'autre.

J'ai soutenu ce film et invité mes collègues de la GUE-NGL à faire de même. Je me félicite donc qu'il ait été primé par le Parlement européen et vous recommande vivement d'aller le voir.

La lutte contre l'abandon scolaire doit passer par l'Etat

Tous les pays de l'UE sont confrontés au phénomène de l'abandon scolaire. Les politiques publiques sont loin d'être à la hauteur des enjeux et pire, elles aggravent souvent la situation en accélérant le démantèlement de casse du service public de l'éducation. Pour intervenir au niveau européen, il faut cependant tenir compte des différentes situations des Etats membres.

La Commission européenne a récemment publié une communication sur la lutte contre l'abandon scolaire faisant de propositions sur un grand nombre de mesures et d'instruments en vue d'inciter les États membres à élaborer des politiques efficaces pour agir en ce domaine. Ces propositions ont été soumises à la commission "Culture et éducation" du Parlement européen dans laquelle je suis coordonatrice du groupe GUE/NGL.

Vote : le rapport de Marisa Matias sur le financement de la recherche et de l'innovation

Les parlementaires européens se sont montrés aujourd'hui plus exigeants que la Commission en définissant les priorités du futur cadre stratégique commun de recherche et d'innovation face à la situation alarmante du secteur dans l'UE.

Ce rapport présenté par ma collègue et amie Marisa Matias se fixe comme objectif principal l'augmentation des dépenses consacrées à la recherche et au développement d'une culture scientifique à 3% du PIB de l'Union d'ici 2020 ce qui permettrait d'améliorer considérablement l'infrastructure et la capacité de financement dans le secteur, de lutter contre la situation de précarité que subissent les chercheurs, de remplacer la mise en concurrence des régions ou des établissements p

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche