International

Lettre ouverte au ministre tunisien de l'intérieur: Radhia Nasraoui, défenseure des droits de l'Homme, empêchée de quitter le territoire tunisien

Avec mes collègues Hélène Flautre (Verts/ALE) et Catherine Trautmann (S&D), nous adressons cette lettre au ministre tunisien de l'intérieur, M. Rafik Belhaj Kacem, après l'interdiction de quitter le territoire qui a été opposée à Maître Radhia Nasraoui, présidente de l'Association Tunisienne de Lutte contre la Torture, mardi 20 octobre dans la matinée à l'aéroport de Tunis.
Radhia Nasraoui serait une des intervenants à la conférence "Tunisie - Redeyeh: le combat de la dignité" organisée le mercredi 21 octobre au Parlement européen et concernant le soulèvement en 2008 des habitants du bassin minier de Gafsa qui ont voulu protester pour leur droit au travail et à la dignité.

Strasbourg 21 octobre 2009
Lettre ouverte au ministre tunisien de l'intérieur et du développement local

 

Monsieur le Ministre,

M. Rafik Belhaj Kacem,

Nous vous sollicitons quant à l'interdiction de quitter le territoire qui a été opposée à Maître Radhia Nasraoui, Présidente de l'Association Tunisienne de Lutte contre la Torture, mardi 20 octobre dans la matinée à l'aéroport de Tunis. 

Urgence pour les droits de l'Homme en Guinée - Conakry ! Le Parlement européen doit s'engager

Le 28 septembre dernier, une manifestation pacifiste de la société civile guinéenne a été réprimée dans le sang : plus de 150 morts, plus de 1.250 blessés auxquels doivent s'ajouter de nombreuses femmes violées.
Depuis lors, la répression dont il ne fait aucun doute qu'elle a été organisée par des proches de la junte militaire au pouvoir depuis décembre 2008 n'a pas cessé.

La société civile guinéenne appelle au secours la communauté internationale. Le Parlement européen qui se fait le chantre de la défense des droits de l'Homme au Moyen-Orient, en Europe de l'Est et en Amérique latine doit tout mettre en œuvre pour répondre à cet appel.

Le groupe GUE/NGL au Parlement européen a obtenu un débat sur ce sujet en séance publique ce mercredi 7 octobre, en demandant :

Mon intervention sur la répression en Guinée

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, chers collègues, nouvelle parlementaire comme beaucoup d'autres ici, j'ai été frappée par la place faite aux droits de l'homme dans les discours tenus dans cet hémicycle, et notamment dans ceux de notre Président Buzek. J'y souscris tout à fait car, si je suis ici, si j'ai conduit une liste aux élections européennes en France, c'est avant tout parce que je suis une militante associative et, justement, une militante des droits de l'homme.

À ce titre, les événements de Guinée ne peuvent me laisser indifférente car ce sont les militants des droits de l'homme, et plus généralement les représentants de la société civile, qui se sont fait arrêter, violer quand c'était des femmes, massacrer le 28 décembre dernier: plus de 150 personnes tuées par balles, plus de 1 250 personnes blessées – vous nous l'avez dit Madame la Ministre – dans cette seule journée. La répression a continué dans les jours qui ont suivi, et continue encore, alors que ces personnes – cela a été dit aussi – venaient pacifiquement rappeler M.

Les députés européens défendent le journaliste Alfredo Molano

En Colombie, en plus des assassinats de syndicalistes, de paysans et d’indiens, la répression du gouvernement d’extrême droite du président Uribe affecte la liberté de la presse. Le président lui-même a insulté et menacé divers journalistes critiques, (Hollman Morris, Daniel Coronell,…) les traitant de terroristes, ce qui constitue un imminent danger de mort dans un pays où les escadrons de la mort ont la main haute. Mais pour tenter d'éviter les critiques internationales, le pouvoir a aussi recours à la persécution « judiciaire » conte les gens qui critiquent les abus des classes dirigeantes.

Ainsi après avoir écrit dans le journal El Espectador du 25 février 2007 une de ses colonnes hebdomadaire dans laquelle il dénonçait le pouvoir régional de certaines familles qui construisent leur pouvoir économique en privant les indiensde leurs terres, et leur pouvoir politique en ayant recours  aux escadrons de la mort, le journaliste et écrivain Alfredo Molano est poursuivi en justice. Il risque 6 ans de prison. C'est une nouvelle mesure visant à museler ce qui reste de journalisme d’opinion ou journalisme critique en Colombie.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche