Economique & Social

Pour la traçabilité de l’alcool éthylique d’origine agricole - explication de vote

Il y a quelques mois, la Commission a transmis au Parlement européen un acte délégué qui devrait permettre de supprimer l’obligation de présenter un certificat pour l’importation d’alcool éthylique d’origine agricole dans l’Union.

Ce texte propose également de supprimer l’obligation trimestrielle pour les États membres de fournir des informations sur la production, l'écoulement et les stocks d'alcool et de publier des bilans.

Pour un déblocage de la directive "congé maternité" - explication de vote

Cette résolution demande au Conseil de reprendre les pourparlers avec le Parlement européen concernant le congé maternité. Cela fait quatre ans que le Conseil bloque toute discussion et refuse donc d’officialiser non seulement son refus de la proposition du Parlement, mais également l’idée de toute directive en ce domaine.

Financement des PME - explication de vote

Ce rapport d’initiative fait le constat sur les difficultés des petites et moyennes entreprises face à la concurrence internationale et au manque de financements dont elles bénéficient.

Cela vaut pour l’accès à la recherche et au développement. Mais en réponse à ce constat, le rapport ne fait que ressasser les mêmes vieilles recettes néolibérales sans remettre en cause les politiques de l'Union européenne et la fameuse « stratégie 2020 ».

Explication de vote : pour une stratégie européenne en matière d'alcool

L’Organisation mondiale de la santé s'inquiète de la hausse de la consommation d'alcool dans le monde et du nombre de décès qu'elle provoque. 3,3 millions de personnes sont décédées à cause d'un usage nocif de l'alcool en 2012. 5,9 % des décès dans le monde seraient liés à l'alcool et plus de 200 maladies seraient liées à la consommation d'alcool.

Cette résolution du Parlement demande aux États membres :

- de lancer des campagnes d’informations sur les risques liés à un usage nocif de l’alcool

- de renforcer l’information et l’étiquetage et de réguler la publicité notamment à l’égard des jeunes.

Explication de vote : pour un vrai encadrement des fonds monétaires

En 2013, la Commission européenne a proposé un projet de règlement sur les fonds monétaires, qui fournissent des financements à l'économie et aux administrations publiques. Il vise à règlementer le "shadow banking", le financement non bancaire, qui fonctionne comme des banques parallèles et offre une rémunération constante malgré la fluctuation des marchés, afin de renforcer la stabilité du système financier.

Cette proposition vise trois fonds monétaires à valeur constante (C-NAV), sans toutefois les encadrer comme les banques classiques. Les députés tant de droite que sociaux-démocrates ont voté contre l’obligation de réserves de fonds, comme dans les banques classiques et la limitation de la rémunération des gestionnaires des fonds et interdisant aux fonds monétaires opérant sur le territoire de l’UE d’opérer aussi dans des paradis fiscaux.

Explication de vote : rapport annuel de la Banque européenne d'investissement

La banque européenne d'investissement (BEI) est une institution financière européenne qui finance des projets, tant en Europe que dans des pays tiers, en matière d'infrastructures, d'énergie, de recherches et d'innovation, etc.

Le rapport annuel du Parlement européen sur les activités de la BEI en 2013 demande le soutien aux investissements publics et privés et contient quelques critiques sur le plan d'investissements lancé par la Commission Juncker en juillet 2014 et notamment le fait qu'une partie des financements alloués sont pris sur d'autres projets.

Interview dans l'Humanité : "TAFTA, ou comment organiser l'impunité des multinationales"

Vadim Kamenka de l'Humanité m'a interviewée aujourd'hui 17 avril 2015 sur le Tafta, à la veille de la journée internationale de mobilisation contre ce dernier et quelques jours avant un nouveau round de négociations.

Ce 18 avril, une journée internationale de mobilisation contre le traité de libre-échange transatlantique (TAFTA) doit se tenir en Europe et aux États-Unis. Les négociations reprennent de l autre côté de l Atlantique, à la fin du mois, et personne n arrive à savoir si le texte sera ou non prêt pour la fin de l année. Toujours aussi mystérieux, cet accord rend les États comme des VRP de luxe pour les multinationales.

Explication de vote sur le rapport du Parlement européen concernant les lignes directrices du budget de l'UE pour 2016

Une très large majorité du Parlement européen (PE) a voté ce rapport sur les lignes directrices du budget de l'UE pour 2016, tout en soulignant les difficultés que fait peser le budget pluriannuel 2014-2020 et ce, alors même qu'au mépris de ses pouvoirs propres (et pourtant tout neuf), le PE a adopté ladite programmation sans remettre en cause les coupes budgétaires des Etats membres.

D'autres problèmes sont soulevés comme les conséquences de la fraude et de l'évasion fiscale sur les budgets nationaux, mais aucune volonté réelle d'infléchir les choses et surtout de proposer des mesures concrètes sauf à renvoyer la balle vers le Conseil et les Etats membres en leur demandant de cesser leur incohérence budgétaire. C'est faible...
 

Explication de vote sur le rapport du Parlement européen concernant le Semestre européen pour la coordination des politiques économiques: emploi et aspects sociaux dans le cadre de l'examen annuel de la croissance 2015

Le semestre européen n'est rien d'autre qu'une des traduction du Traité budgétaire en droit européen. Qu'il en reconnaisse les conséquences en termes de chômage et de précarité, est donc la moindre des choses mais il n’en tire aucune leçon et suggère même au contraire de continuer dans la même voie.

Symptomatique de cette hypocrisie, un paragraphe reconnait que les Etats membres, dont les budgets sont amputés par l’austérité, ne sont pas en mesure de protéger et de promouvoir les secteurs pourtant primordiaux de l’éducation, de la recherche et de l’innovation mais la majorité des parlementaires européens ont refusé d'entirer les conséquences en les excluant du calcul des déficits publics.

Idem en matière de dumping social que l'on veut bien reconnaître à condition d'en exclure la lutte contre le dumping salarial,

Explication de vote sur le rapport annuel sur la politique de concurrence de l'Union

Ce rapport sur la politique de concurrence, publié chaque année est dans la droite ligne des rapports de ces prédécesseurs adoptés ces dernières années. Il prône comme toujours encore plus d’ouverture à la concurrence, met en cause les aides d’Etat, et demande plus de libéralisation avec à la clé le démantèlement méthodique de ce qu’il reste de nos services publics.

Dans son viseur : les transports et notamment les services ferroviaires ainsi que la gestion des réseaux portuaires et aéroportuaires. on s'en serait douté... La demande de « services publics universels et de grande qualité », déposée par la GUE/NGL, a bien évidemment été rejetée au profit d’une logique de privatisation maximum des profits et de socialisation des pertes.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche