Economique & Social

Vote : contre le semestre européen

J'ai bien évidemment voté contre ce rapport sur le Semestre européen qui vise à surveiller la mise en œuvre des programmes d'austérité à coup de demandes de "réformes structurelles". Ce rapport ne fait rien moins que saluer "les réformes structurelles ambitieuses mises en œuvre par les États" et "souligne que les efforts doivent être poursuivis avec détermination". On peut y lire que "l'économie de l'Union doit accroître davantage sa compétitivité en adaptant les coûts de la main-d'œuvre à la productivité et en assurant la réduction des déséquilibres macroéconomiques".

La majorité des membres du Parlement européen dont l'UMP et les socialistes français ont voté pour ce rapport, passant par pertes et profits les plus de 8 millions de personnes ayant perdu leur emploi depuis 2008,  les plus de 25 millions d'Européens  actuellement sans emploi dont 10 millions de jeunes et les 25% de la population européenne qui a désormais un revenu inférieur au seuil de pauvreté contre 17% en 2008.
Ce n'est pas l'introduction de quelques indicateurs sociaux dont on ne tire aucune conséquence qui  peuvent rendre acceptable l'inacceptable.

Vote sur les lignes directrices pour les politiques de l'emploi

03/03/2014 - Ces lignes directrices pour les politiques de l'emploi appellent les États-membres à "améliorer la mobilité de la main-d'œuvre", à "réexaminer les systèmes de protection sociale" ou encore à "moderniser les systèmes de protection sociale, y compris les régimes de retraite et l’accès aux soins de santé ".
On sait ce qui se cache derrière ces mots : les réformes structurelles et les politiques austéritaires.

C'est d'autant plus vrai que ces lignes directrices doivent, en application des Traités,  être compatibles les grandes orientations des politiques économiques et donc respecter le pacte de stabilité.

À la GUE-NGL, nous refusons globalement ces politiques et ne nous contentons pas de quelques corrections à la marge essentiellement verbales, à l'inverse des groupes socialistes et verts qui ont voté comme un seul homme en faveur de ce texte.

Vote : contre le rapport sur "les aspects sociaux" du semestre européen

03/03/2014 - J'ai voté contre ce rapport relatif aux "aspects sociaux" du Semestre européen dont l'objectif est de surveiller la mise en œuvre des programmes d'austérité.

Il ne suffit pas de reconnaître que le chômage,  la pauvreté et l'exclusion augmentent  en raison de l'impact de la "consolidation fiscale " pour que les choses changent.
Et l'on a envie de s'arracher les cheveux quand on constate que loin de condamner les politiques austéritaires,  ce rapport recommande de les poursuivre, ce qui veut dire plus de flexicurité, de réduction des salaires, de réduction des cotisations sociales et d'augmentation de l'âge de la retraite.

On peut s'interroger sur le vote favorable des socialistes français à ce rapport porté par un de leurs homologues espagnols, alors qu'ils appellent sans cesse à "renforcer la dimension sociale de l’UEM" à longueur d'interventions et de communiqués de presse.
A la GUE/NGL en général et du Front de gauche en particulier, nous sommes cohérents et continuerons à refuser globalement toutes ces politiques et à promouvoir des politiques alternatives basées sur la solidarité et une autre répartition des richesses.

Vote : Contre le rapport sur la gouvernance dans le cadre du semestre européen

28/02/2014 - J'ai voté contre ce rapport relatif à la gouvernance du marché unique dans le cadre du Semestre européen dont le titre se suffit à lui-même. Ce rapport plaide pour le "respect intégral des libertés économiques" - on sait de quelles "libertés" il s'agit - et analyse l'approfondissement du marché unique comme seul moyen de "sortie de crise".

Comble de l'hypocrisie, ce rapport affirme que "la coordination des priorités du marché unique dans le contexte du semestre européen devrait être ancrée dans un processus démocratique plus approfondi avec la pleine participation des parlements nationaux et le respect des prérogatives du Parlement européen", en accord avec les gesticulations du PPE et du PSE qui parlent d' "impératif démocratique" pour mieux voter tous les blancs-seings à la Commission européenne.

Quatrième paquet ferroviaire : envers et contre tout, ils poursuivent la libéralisation du rail

Communiqué de presse de Marie-Christine Vergiat députée européenne Front de Gauche – Strasbourg 26/02/2014

Le Parlement européen a voté ce mercredi 26 février à Strasbourg le "quatrième paquet ferroviaire", soit un ensemble de 6 directives et règlements poursuivant la libéralisation du rail. Les trois "paquets" précédents ont déjà fait exploser les prix pour les usagers, mis en danger leur sécurité et renforcé la concurrence et la compétitivité au détriment des services publics. La coopération dite transfrontalière privilégie chaque jour plus les grandes lignes type TGV aux petites lignes déjà fragiles. 

Présente la semaine dernière à Breil-sur-Roya, j'ai rencontré les usagers de la ligne Nice-Vintimille dans la vallée de la Roya, victimes de ces politiques. Un éboulement a eu lieu sur la ligne et on laisse les choses en l'état.

Agiraient-ils de même sur une ligne TGV ?
Poser la question, c'est donner la réponse.
Les usagers ne sont déjà plus égaux devant le service public ferroviaire.

Par ce vote, le Parlement européen a entériné la poursuite de ces politiques et la GUE-NGL s'est sentie bien seule pour s'y opposer.

Un FEAD préservé voté au Parlement européen

25/02/2014 - Communiqué de presse Younous Omarjee, Patrick Le Hyaric, Marie-Christine Vergiat, Jean-Luc Mélenchon et Jacky Hénin - Strasbourg

Aujourd’hui le Parlement européen a adopté le rapport sur le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD). Les députés Front de Gauche/Alliance des outremers se félicitent que ce débat se trouve enfin clos, ce malgré la lenteur législative qui a pesé sur ce dossier et qui nous conduit à l’adopter alors que l’hiver est déjà presque fini.
Les députés Younous Omarjee et Patrick Le Hyaric s’étaient opposés au consensus émanant de la commission emploi et affaires sociales et qui voulait se contenter de 2,5 milliards d’euros. Lors du précédent vote en plénière le 12 juin 2013, les députés de la GUE/NGL ont réussi à faire adopter un nouvel amendement qui précisait clairement que le budget devait être maintenu à 3,5 milliards d’euros pour 7 ans.

Cet amendement a été adopté à la quasi-unanimité du Parlement européen, et le Conseil européen a dû accepter ce montant de 3,5 milliards d’euros exigés par le Parlement européen.

La mobilisation des associations a permis d'éviter le pire et c'est une victoire dont elles peuvent être fières. Mais on pourrait faire plus.

Alors qu'aujourd'hui un quart des personnes vivent sous le seuil de pauvreté dans l'Union européenne, et que l'UE est la deuxième puissance économique mondiale, les moyens financiers ne manquent pas.

Conférence de presse TTF à la veille du Sommet franco-allemand avec la CES, ATTAC et OXFAM

Intervention 12/02/2014 - La taxe TOBIN a profondément évolué depuis la proposition initiale de James Tobin dans les années 70.  J'appartiens à un groupe qui a toujours soutenu cette initiative de la société. Depuis lors, l'économie mondiale a profondément évolué. La richesse mondiale ne cesse d'augmenter. Elle a été multipliée par deux en 10 ans. Cette richesse mondiale est de plus en plus détachée de l'économie réelle (entre 2 et 4% selon l'OIT), de plus en plus basée sur une économie financiarisée, spéculative.

Les propositions de taxation sur les transactions financières ont eu du mal à voir le jour mais, en prime, elles ne cessent de se réduire à peau de chagrin.

Dans la proposition enfin votée par le Parlement européen en 2010, cette taxe devait rapporter 200 milliards!
En 2011, la Commission européenne a fait une première proposition qui ne rapportait déjà  plus que 50 milliards, proposition rejetée par le Conseil sous la houlette notamment des Britaniques.

Vote sur les sanctions applicables aux opérations d'initiés et manipulations de marché

04/02/2014 - Je me suis abstenue sur cette directive relative aux sanctions pénales applicables aux opérations d'initiés et aux manipulations de marché. Ce texte devait venir amender une première directive adoptée en 2003 qui établissait un cadre général de lutte contre les délits financiers. Inutile de dire que celle-ci n'a pas atteint ses objectifs.  Il s'agissait donc ici de renforcer les régimes de sanctions des États membres et de durcir des sanctions insuffisamment dissuasives

Mais des sanctions ne touchant que les individus ne peuvent être suffisantes pour résoudre les abus des marchés financiers.
 
Pour avoir un minimum d'efficacité, la lutte contre les délits financiers doit passer par des sanctions contre les institutions qui sont impliquées dans de telles activités et ces sanctions doivent pouvoir aller jusqu'à la fermeture des établissements concernés.
 

Vote sur l'union bancaire

06/02/2014 - Depuis plusieurs mois des discussions ont lieu au sein de l'UE pour établir un "mécanisme unique de résolution des crises bancaires". Cette union bancaire doit soi-disant pouvoir régler les crises en volant au secours des banques en difficulté. Concrètement il s'agit de la mise en place d'un nouveau fonds, alimenté en premier lieu par les banques, dont on connait d'avance l'insuffisance et qui sera donc principalement abondé par des fonds publics.

Comme d'habitude peu de conditions sont mises à ce sauvetage des banques qui a d'ores et déjà couté plus de 4 500 milliards d'euros et aucune remise en cause de la dépendance des États aux marchés financiers n'est faite ici.

Le Parlement européen a mené une bataille mais ce n'est en rien pour critiquer le manque cruel d'ambition de cette réforme présentée comme révolutionnaire en période électorale.

Vote sur les petites exploitations agricoles

04/02/2014 - J’ai voté pour ce rapport d’initiative concernant les petites exploitations agricoles. Comme ce rapport est avant tout une liste de bonnes intentions sans valeur juridique, il aurait pu être considérablement amélioré. C'est pourquoi j'ai soutenu la proposition de résolution alternative proposé par mon collègue portugais, membre de la GUE/NGL, Joao Ferreira qui allait dans ce sens.

Le texte adopté par le parlement européen va cependant globalement dans le bon sens.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche