Environnement

Vote sur les réseaux intelligents d'electricité

04/02/2014 - Je me suis abstenue sur le rapport d’initiative, très technique, concernant les conséquences locales et régionales du développement de ce qu'il est convenu d'appeler des réseaux intelligents d’électricité (dans le jargon de l'Europe de la connaissance, tout devient "intelligent"...).
Il s'agit en fait des réseaux qui utilisent les nouvelles technologies pour - je cite - "optimiser la production, la distribution et la consommation d’électricité afin d’aboutir à un réseau d’électricité plus durable, moins coûteux et plus efficace". Il suffit de lire de telles phrases pour craindre le pire.

Si je ne peux que soutenir l’idée d’une approche résolument plus durable concernant la consommation d’électricité, ce rapport n’a, à mon avis, pas pris la bonne direction.
Il met, d'abord, en exergue, comme presque toujours, la question de la concurrence et propose de développer, là encore comme d'habitude, les partenariats publics-privés.

Vote : pour une stratégie européenne en matière de déchets plastiques dans l'environnement

J’ai voté en faveur du rapport concernant une stratégie européenne en matière de déchets plastiques dans l’environnement. Notant que les déchets plastiques s’accumulent en grandes quantités et qu’ils persistent dans l’environnement pendant des centaines d’années, tuant la vie marine, provoquant des réactions toxiques et libérant des perturbateurs endocriniens et cancérigènes et que leurs incidences sur l’environnements bien que connue reste encore sous-estimée, il est important de se mobiliser pour contrôler ce flux de déchets.

Ce rapport propose de concevoir une politique plus ciblée et plus efficace sur la collecte, le tri, le recyclage, la valorisation et l'élimination des matières plastiques, ainsi que la mise en œuvre stricte des règles qui prévalent actuellement en la matière.

Vote sur les infrastructures vertes

13/12/2013 - La Commission Européenne, à la suite d'une question orale de la commission "Environnement, santé publique et sécurité alimentaire" du Parlement européen, a donné quelques précisions quant aux orientations des politiques européennes en faveur de ce que l'on appelle les infrastructures vertes et ce sont ces orientations que le Parlement européen a examiné dans ce rapport.

Ces infrastructures sont définies comme « un réseau constitué de zones naturelles et semi-naturelles et d'autres éléments environnementaux » et sont censées protéger la nature dans le cadre de l'aménagement et le développement du territoire. Dont acte.
La mise en œuvre des mesures préconisées ont toute leur importance en particulier dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, la prévention de catastrophes naturelles comme les inondations ou encore la restauration de la biodiversité et notamment des forets.

Vote sur le marché carbone

10/12/2013 - Il aura donc fallu un deuxième passage devant le Parlement européen pour que celui-ci adopte ce qu'il est désormais convenu d'appeler une réformette du marché carbone ou quotas de CO2 dans le cadre du système d'échanges de quotas de gaz à effet de serre. (ETS). Il s'agit essentiellement d'un gel des systèmes d'échange pour la période 2014-2016 mais les quotas seront remis en vente après 2019. Ce vote entérine l'accord conclu entre le Parlement européen et le Conseil le 20 novembre dernier.

Ce gel devrait certes contribuer à faire remonter le prix du CO2 mais c'est oublier que les quotas sont bloqués par les industriels eux même.

La GUE/NGL est hostile au marché carbone et la maigre réforme proposée par la Commission européenne amoindri par le dialogue avec le Conseil et le Parlement européen n'est pas à la hauteur des enjeux pas plus que le piètre résultat de la COP de Varsovie.
Le climat et la planète ne peuvent se contenter de mesures à la marge. Il y a urgence. Je me suis donc abstenue.

Vote : Pour le programme LIFE (lutte contre le réchauffement climatique)

21/11/2013 - J'ai voté en faveur du programme LIFE, programme budgétaire de l'UE en faveur de projets dans les domaines de l'environnement et de la lutte contre le changement climatique. Si la dotation globale du programme LIFE est inférieure à 1% du budget de l'UE, comme le demandait le Parlement européen, elle passe de 2,2 milliards d'euros pour la période 2007-2013 à 3,1 milliards d'euros pour la période 2014-2020, soit prés de 50% d'augmentation ce qui est à souligner dans le contexte des coupes budgétaires imposées par le Conseil.

Grace à la bataille du Parlement européen contre le Conseil, un nombre plus importants de projets en faveur de sauvegarde de la biodiversité et de la protection de la nature pourront voir le jour grâce au soutien de l'UE. De surcroît,  les projets seront sélectionnés uniquement sur la base de leur qualité et donc de leur potentiel à atteindre les objectifs environnementaux et climatiques. On peut s'en féliciter.

Vote du Parlement européen sur le réchauffement climatique

23/10/2013 - J’ai voté en faveur de cette résolution qui réaffirme la nécessité de prendre à bras le corps les questions du changement climatique. Une nouvelle Conférence dite des parties sur ces questions sera organisée à Varsovie en novembre 2013.  La dernière conférence de Durban, de même nature, n’a guère apporté d'avancées. Ces conférences intermédiaires visent à préparer celle de Paris en 2015 qui revêtira une importance tout particulière après les échecs de Copenhague et de Doha.

J’ai apporté mon soutien à ce rapport qui insiste sur les effets catastrophiques du changement climatique, et qui soutient une responsabilisation de tous les États dans la coopération afin de prendre des mesures urgentes.
Comme l’indiquent les conclusions du 5ème rapport du GIEC, l’activité humaine est bien responsable du changement climatique. L’augmentation des températures pourrait être supérieure aux 2 degrés, niveau admis pour ne pas tomber dans le dérèglement climatique aux conséquences insoupçonnables.

Vote : Pour la directive prévoyant des études d'impact environmental pour les grands projets d'infrastructures

10/10/2013 - Le Parlement européen a adopté le 9 octobre un projet de directive qui a fait l'objet de beaucoup d'attention de la part des grandes entreprises comme des ONG environnementales : la directive sur les Études d'Impact Environnemental (EIE).
Avec ce texte, de grands projets publics comme privés (construction de ponts, de ports, d'autoroutes,décharges de déchets, élevages intensifs de poulets ou de porcs,....) devrait faire l'objet d'études d'impacts environnementales avant leur réalisation.

Les activités d'exploration et d'extraction de gaz de schiste sont notamment concernées par cette réglementation. On ne peut que s'en féliciter au regard des résultats désastreux constatés aux États-Unis y compris parce que leur interdiction n'est pas réglée au niveau de l'UE.

Vote pour la protection des ressources de pêche

10/09/2013 - Le Parlement européen a adopté ce mardi 10 septembre un rapport sur la protection de certaines ressources de pêche. Ce rapport simplifiera les possibilités d'agir pour éviter la pêche des alevins en ce qui concerne la répartition des régions en zones géographiques, l'utilisation de combinaisons de maillages, la détermination du pourcentage des espèces cibles capturées par plusieurs navires de pêche, les règles concernant les descriptions techniques et la méthode d'utilisation des engins autorisés susceptibles d'être fixés sur le filet de pêche.

Par une harmonisation des législations en ce domaine il devrait donc éviter les confltis entre États-membres préjudiciables aux pêcheurs.

Si je suis généralement réservée sur l'utilisation des actes délégués par la Commission européenne, qui limite fortement le contrôle du Parlement européen, le rapport précise que la délégation de pouvoirs devrait être limitée dans le temps pour permettre de procéder régulièrement à des évaluations.

Vote sur la qualité du carburant et les énergies renouvelables

11/09/2013 - J'ai voté en faveur de cette révision de deux directives relatives à la promotion et à la qualité des agro-carburants. Les études sur les agro-carburants montrent que des facteurs complémentaires doivent être pris en compte pour améliorer leur efficacité énergétique et les économies d'énergie dans la lutte climatique. L'utilisation croissante de terres agricoles pour la production d'agro-carburants provoquent des émissions de GES, appelé phénomène CASI (changements indirects dans l'affectation des sols - ILUC en anglais).

Si le Parlement européen a voté en faveur de 6% d'intégration d'agro-carburants d'origine alimentaire dans les carburants fossiles, il ne prend en compte le facteur CASI qu'à compter de 2020.
Il soutient les agro-carburants dits avancés, produits à partir d'autres sources qu'alimentaires.

Ce résultat en demi-teinte est le fruit d'un fort lobbying, mais aussi de la proposition timorée de la Commission européenne, qui, bien que reconnaissant le phénomène du CASI, a seulement proposé de faire rapport des émissions des agro-carburants liées au CASI !

Vote sur la pêche en mer adriatique et ionienne

10/09/2013 - Le Parlement européen a voté ce mardi 10 septembre un rapport du député socialiste italien Milana, qui vise à affirmer le rôle du Parlement européen  concernant les orientations européennes sur la pêche en mer adriatique et ionienne. Par ce rapport le Parlement européen appelle la Commission européenne à lancer une proposition de stratégie macro régionale avec une priorité pour la pêche et l'aquaculture, en respectant l'environnement et les engagements pris dans la Politique commune de la pêche (PCP).

La volonté du Parlement européen de peser en ce sens est honorable, mais le rapport aborde la possibilité de l'utilisation de partenariats publics-privés comme outils privilégiés de financement, ce qui m'empêche de soutenir ce rapport en l'état et me parait dangereuse pour l'ensemble de la PCP.
Je me suis donc abstenue lors de ce vote.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche