Environnement

Pour une accélération de la lutte contre la perte de biodiversité - explication de vote

Strasbourg, le 02/02/2016 : Après l'échec de la précédente stratégie de l'UE contre la perte de biodiversité d'ici à 2010, la Commission a adopté une nouvelle stratégie en 2012 dont le Parlement européen évalue la mise en œuvre à mi-parcours.

Après l'échec de la précédente stratégie de l'UE contre la perte de biodiversité d'ici à 2010, la Commission a adopté une nouvelle stratégie en 2012 dont le Parlement européen évalue la mise en œuvre à mi-parcours. Nous savons toutes et tous que des espèces continuent de disparaître à un rythme élevé laissant craindre une extinction massive d'espèces partout dans le monde y compris dans l'UE. La biodiversité est toujours partout fortement menacée notamment par les activités humaines.

Pour des normes environnementales plus strictes dans le secteur automobile - explication de vote

Strasbourg, le 03/02/2016 : À la suite du scandale des fraudes aux tests anti-pollution dans le secteur automobile, qui concerne au premier rang le constructeur allemand Volkswagen, la Commission européenne a proposé un projet de règlement pour relever les normes existantes d'émissions de gaz à effet de serre des véhicules légers.

À la suite du scandale des fraudes aux tests anti-pollution dans le secteur automobile, qui concerne au premier rang le constructeur allemand Volkswagen, la Commission européenne a proposé un projet de règlement pour relever les normes existantes d'émissions de gaz à effet de serre des véhicules légers.

Pour l'interdiction des OGM à fin d'alimentation humaine - explication de vote

Strasbourg, le 22/12/2015 : Le Parlement européen a rejeté l'autorisation de la Commission d'importer deux OGM (NK603 et T25) à des fins d'alimentation humaine, usant de son droit de s'opposer à des mesures réglementaires de la Commission.

Le Parlement européen a rejeté l'autorisation de la Commission d'importer deux OGM (NK603 et T25) à des fins d'alimentation humaine, usant de son droit de s'opposer à des mesures réglementaires de la Commission. Ceci montre le peu de cas que fait la Commission du positionnement du Parlement européen en matière d'OGM. La Commission a toujours autorisé les demandes déposées, et l'EFSA a toujours donné des avis positifs aux demandes d'autorisation.

Stratégie pour le bien-être animal - explication de vote

Strasbourg, le 26/11/2015 : Depuis plus de trente ans, l'UE développe une législation visant à mieux protéger les animaux. Plus de trente textes prévoyant des degrés variables de protection des animaux, ont déjà été produits mais leur mise en œuvre et leur application dans les Etats membres reste très irrégulière.

Depuis plus de trente ans, l'UE développe une législation visant à mieux protéger les animaux. Plus de trente textes prévoyant des degrés variables de protection des animaux, ont déjà été produits mais leur mise en œuvre et leur application dans les Etats membres reste très irrégulière. La stratégie de l'Union européenne pour la protection et le bien-être des animaux pour la période 2012-2015 définissait une vingtaine d'actions prioritaires mais seules neuf d'entre elles ont été portées par la Commission jusqu'à présent.

Contre le recyclage des des phtalates - explication de vote

Strasbourg, le 25/11/2015 : Le Parlement européen a rejeté à une très large majorité (603 voix pour, 86 contre) la demande d'autoriser spécialement le recyclage de "plastiques PVC contenant du DEHP", substance chimique appartenant au groupe des phtalates servant à rendre le plastique plus flexible.

Le Parlement européen a rejeté à une très large majorité (603 voix pour, 86 contre) la demande d'autoriser spécialement le recyclage de "plastiques PVC contenant du DEHP", substance chimique appartenant au groupe des phtalates servant à rendre le plastique plus flexible. Cette substance est un perturbateur endocrinien qui dérègle le système reproductif humain. Considérée comme dangereuse, elle est progressivement retirée du marché européen depuis 2014, mais peut être utilisée sur la base d'une autorisation spécifique.

COP21 : limites de la diplomatie climatique, nécessité de l'implication citoyenne

Le journal La Marseillaise m'ouvre ses pages en ce mois de novembre 2015 pour son numéro spécial COP21. Voici ma tribune :

Contre des solutions de capitalisme vert à la COP21 - explication de vote

Bruxelles, le 14 octobre 2015 : Ce rapport traite de la préparation de la 21e conférence des Nations unies sur le climat qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015 et se veut la feuille de route du Parlement dans cette perspective.

A raison, ce rapport appelle le texte final de la COP21 à être juridiquement contraignant pour éliminer les émissions mondiales de CO2 d'ici 2050, de manière à maintenir le réchauffement climatique en-dessous de la barre des 2°C. Il préconise un triple objectif : une réduction d'au moins 40% des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990, un objectif de 40% d'efficacité énergétique et un objectif de 30% d'ici à 2030 pour les énergies renouvelables.

Pour la réduction des émissions de gaz polluants - explication de vote

Strasbourg, le 7 octobre 2015 : Ce rapport propose de limiter les émissions de gaz à effet de serre des installations de combustion dite moyennes, c’est-à-dire qui ont une puissance thermique comprise entre 1 et 50 mégawat.

Cette catégorie n’était jusque-là pas encadrée par des normes européennes alors qu’elle est une source importante d’émission de gaz et qu’elle concerne près de 150 000 installations dans l’Union Européenne utilisées à des fins domestiques ou industrielles. Je regrette que le texte n’ait pu imposer des seuils d’émission plus réduits comme nous le souhaitions, mais il est important de continuer de fixer des limites pour des installations nouvelles comme celles-ci.

Pour le respect du principe de précaution en matière de clonage - explication de vote

Strasbourg, le 09/09/2015 : Les interrogations éthiques et morales concernant le clonage des animaux sont nombreuses, que ce soit pour des raisons éthiques et morales que pour des raisons concernant la santé et le bien-être des animaux.

Les citoyens européens y sont majoritairement opposés. Il n'existe d'ailleurs toujours aucune preuve que ces pratiques ne soient pas dangereuses tant pour la santé des consommateurs que pour l'environnement ou pour le bien-être des animaux. Ainsi, ce rapport permet d’assurer le respect du principe de précaution concernant la santé publique des citoyens européens.

Commerce des produits dérivés du phoque - explication de vote

Strasbourg, le 08/09/2015 : Depuis 2009, et en raison de la menace qui plane sur l'espèce et de la chasse notamment, le commerce des produits dérivés du phoque est interdit dans l'Union européenne.

Certains États et notamment le Canada et la Norvège, ont demandé des dérogations à la législation internationale auprès de l'OMC pour permettre à certaines communautés, comme les Inuits de continuer à pratiquer cette chasse mais aussi pour maintenir les stocks de pêches qui seraient menacés par l'augmentation du nombre des phoques.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche