Mes chroniques

Du Grexit au Brexit : Illustration du deux poids, deux mesures des dirigeants de l’UE - chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, mars 2016 : L’Union européenne est-elle en train de se désintégrer ? Certains s’en félicitent tant à droite qu’à gauche.

Les critiques à l’égard de l’Union européenne ne cessent de monter. A juste titre tant les politiques conduites sont mortifères y compris au sens propre du terme en raison de l’incapacité des dirigeants européens à traiter la question des réfugiés.

Doit-on réagir en considérant que la sortie de l’Union européenne est la seule solution. Je ne le crois pas. Ce dont nous souffrons, c’est d’une « mal Europe ». GREXIT et le BREXIT ou plus exactement la façon de réagir des dirigeants européens en sont pour moi une illustration.

Urgence sociale, démocratique et humanitaire - chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, février 2016 : En quelques jours, la pétition des Goodyear a récolté près de 150 000 signatures. On ne peut que s'en féliciter tant la criminalisation du mouvement social est grave.

Mais, dans le même temps, la pétition « Nous ne céderons pas » lancée il y a plusieurs semaines par un collectif de plus de 100 organisations contre l'Etat d'urgence n'a reçu que 44 000 signatures .

Il n'est pas question de hiérarchiser les luttes et encore moins de les opposer mais comment ne pas s’inquiéter de cette sorte de « deux poids, deux mesures » alors que le mouvement social est et sera plus encore demain la première victime de ces politiques liberticides.

Vive la Gauche et ses valeurs - chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, janvier 2016 : Qu’il est difficile au seuil de cette nouvelle année d’exprimer des vœux. Je vais pourtant tenter de le faire. Nous vivons une période particulièrement difficile où nous nous interrogeons toutes et tous sur ce qu’il convient de faire. Beaucoup de gens ont l’impression d’être en perte totale de repères et c’est particulièrement vrai pour celles et ceux qui ont des responsabilités politiques quelles qu’elles soient.

En 2009, vous m’en avez confié une et vous m’avez renouvelé votre confiance en 2014.

Lutte contre le terrorisme et Etat d'urgence : plus que jamais raison garder - chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, décembre 2015 : Après les terribles attentats de Paris, mes pensées vont d’abord aux victimes et à leurs familles : celles de Paris et de Saint Denis bien sûr, mais aussi toutes celles qui ont été et sont encore touchées par cette barbarie, en Tunisie, en Turquie, au Yémen, au Kenya, au Liban, en Égypte,  au Mali , comme en Irak et en Syrie.

Après les terribles attentats de Paris, mes pensées vont d’abord aux victimes et à leurs familles : celles de Paris et de Saint Denis bien sûr, mais aussi toutes celles qui ont été et sont encore touchées par cette barbarie, en Tunisie, en Turquie, au Yémen, au Kenya, au Liban, en Égypte,  au Mali, comme en Irak et en Syrie(1).

Une très grande majorité de la population a peur. C'est normal pour ne pas dire naturel.

De retour de Turquie, drôle de climat !- Chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, novembre 2015 : Ce 1er novembre, j’étais en mission au Kurdistan dans le cadre d'une délégation de la GUE/NGL pour observer les élections législatives en Turquie. Nous avons effectué cette mission à Sur, la vieille ville-centre de Diyarbakir où l'on a pu voir les traces des récents affrontements entre la police et les jeunes du YDJ-H quand une partie de la ville a été close durant plusieurs jours mi-octobre.

Le bilan fût lourd. Au moins 3 morts dans la population civile dont une enfant de 12 ans et un jeune homme de 27 ans qui "nourrissait des pigeons" abattu par un snipper. Diyarbakir n'est pas la ville kurde qui a payé le plus lourd tribu après la reprise des violences qui ont fait, selon le bilan officiel 150 morts parmi les forces de sécurité et plus de 2 000 parmi les « rebelles » kurdes.

Où va l'Europe ? - chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, octobre 2015 : Ma dernière tribune s'inquiétait des évolutions européennes après le chantage honteux auxquels se sont livrés les États membres de la zone euro sur la Grèce osant soumettre les résultats du référendum grec à la logique des Traités.

Depuis lors, Alexis Tsipras a une nouvelle fois remporté les élections.

Les esprits chagrins diront que SYRIZA a fait un moins bon score qu'en janvier dernier (35,5 % contre  36,3 % en janvier dernier et 145 sièges au lieu de  149 en janvier) et qu'il y a eu un fort taux d'abstention (43 % contre 36% en janvier).

Dur été, dure rentrée : Plus que jamais, parlons d'"Europe" - chronique pour le Travailleur alpin

Travailleur alpin, septembre 2015 : En janvier dernier, la victoire de SYRIZA a été porteuse d’un immense espoir pour toute la Gauche européenne, pour tous les partisans d’une autre Europe. Puis il y a eu les 6 mois de négociations et leurs rebondissements se terminant par le référendum du 5 juillet et 61,3  % de votes en faveur de l'OXI.

Pour autant, quelques jours plus tard, le gouvernement d’Alexis Tsipras signait un 3ème mémorandum avec les institutions. 32 députés de SYRIZA votaient contre, dont Zoé Konstantopulou et Yannis Varoufakis, ouvrant la voie à un vaste débat.

Celui-ci est nécessaire. Mais gardons-nous de tout jugement hâtif, nous qui ne sommes pas grec(que)s et posons-nous les bonnes questions.

De Paris à Athènes : solidarité avec le peuple grec - chronique pour le Travailleur alpin

Depuis la victoire de SYRIZA, c’est à un vrai bras de fer que se livrent le gouvernement grec et ses créanciers. A en croire certains, le nouveau gouvernement devait plier rapidement et se rendre à la raison économique. Que nenni, quatre mois plus tard, il tient bon envers et contre tous.

Le débat a d’abord enfin été amené devant l’opinion publique et au niveau politique.

Fort du mandat que lui a confié le peuple grec, Alexis Tsipras a refusé de plier aux diktats des créanciers contrairement à ses prédécesseurs et comme l’a fait, d’une autre manière, François Hollande avec le Pacte budgétaire.

Morts des migrants en Méditerranée : Le Conseil européen de la honte - chronique pour le Travailleur alpin

Depuis des années maintenant, les chiffres macabres s'ajoutent les uns aux autres. Sans doute désormais, plus de 30 000 personnes (hommes, femmes et enfants) ont trouvé la mort en Méditerranée au cours des 20 dernières années.

Il a fallu le naufrage d'un bateau, dans la nuit du 18 au 19 avril, provoquant la mort de 700 personnes enfermées à fond de cale pour que le Conseil européen se décide enfin à réagir du moins l'espérions-nous a minima après l'annonce d'une réunion extraordinaire dudit Conseil le 23 avril.

De retour du Forum social mondial à Tunis - chronique pour le Travailleur alpin

Le 13ème Forum social mondial s’est déroulé du 24 au 28 mars 2015 de nouveau à Tunis comme en 2013.

C’est plus que jamais déterminée à montrer ma solidarité à mes amis tunisiens que j’ai tenu à participer à ce Forum qui s’est déroulé quelques jours après l’attentat du Bardo.
Malgré ce contexte politique difficile et avouons-le des conditions climatiques plutôt défavorables, ce forum a, malgré quelques problèmes organisationnels que l’on peut comprendre, été une belle réussite avec plus de 45 000 participants et près de 6 000 organisations venant de 120 pays.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche