Mes chroniques

Chronique d'une eurodéputée n°18 - Service public ferroviaire : ils s’acharnent

C’est avec constance que, depuis plus de 20 ans maintenant, les institutions européennes démantèlent le service public ferroviaire.
La 1ere directive européenne date en effet du 29 juillet 1991 et enjoignait déjà de rendre les entreprises ferroviaires indépendantes des Etats, d’ouvrir leurs réseaux à la concurrence des entreprises des autres Etats-membres et de séparer gestion des infrastructures et exploitation des services de transport. Il s’agissait, selon le titre même de cette directive, de « développer les chemins de fer communautaires ».

A partir de 1995, le mouvement s’est accéléré avec la publication d’un « Livre blanc », pour reprendre le jargon communautaire, dans lequel la Commission faisait clairement part de ses propositions.

Tribune pour le patriote n°2 - Ils veulent se débarrasser des peuples

Décidemment, l'actualité résonne plus que jamais de musique européenne mais la partition n’est pas bonne et les couacs se répètent de plus en plus rapidement.

De Sommet en Sommet, les dirigeants européens arrivent de moins en moins à masquer leur impuissance et ne sont obsédés que par une seule question : comment imposer toujours plus d'austérité à leurs peuples.

Nous sommes nombreux en France à avoir combattu et rejeté le Traité constitutionnel. Nous étions même majoritaires mais ils ont passé outre et nous ont imposé le Traité de Lisbonne par la voie parlementaire et aujourd'hui cela ne suffit pas plus. Ils ont inventé un nouvel outil magique : la modification des Traités pour y intégrer la fameuse règle d'or sur l’encadrement des déficits et des dettes publiques. On constitutionalise ce qui a été déjà mis en place dans le « Paquet gouvernance ». Et donc, dans les faits, rien de nouveau.

Chronique d'une eurodéputée n° 17 - Jusqu'où iront-ils ?

J'ai souvent coutume de dire que l'Union européenne est capable du meilleur comme du pire et, qu'en ce moment, c'est bien de son pire visage qu'elle nous gratifie. Au fil de ces chroniques, je vous fais part de quelques uns de nos combats au sein du Parlement européen et je suis de plus en plus atterrée par le « triste spectacle » dont nous gratifient ses dirigeants.

Je ne reviendrai pas sur les évolutions en Grèce et en Italie, elles sont largement abordées dans ces colonnes sauf pour dire que, comme c'était malheureusement prévu, Mario Monti vient justement d'annoncer un nouveau plan de rigueur en Italie de 30 milliards d'économies essentiellement sur les retraites et de 10 milliards de hausses d'impôts essentiellement de TVA et il a martelé, bien sûr, qu'il n'y avait pas d'alternative

Tribune pour le Patriote n°1 - Plus que jamais, nous avons besoin d'une autre Europe

L'Union européenne est capable du meilleur comme du pire.

En ce moment, le moins que l'on puisse dire, c'est que nous n'en voyons guère que le plus mauvais  côté. On multiplie les instruments de contrôle économiques et financiers. Ils ont pour nom : pacte économique, semestre européen, « Pack 6 », gouvernance économique. Ils n'ont qu'un objectif : réduire les marges de manoeuvre politiques pour mieux poursuivre des politiques ultralibérales aux conséquences sociales de plus en plus néfastes. Et aussitôt adoptés, ils sont déjà dépassés. C'est une fuite en avant qui ne fait qu'accélérer l'affolement des marchés.

Les plans d'austérité se succèdent. Les peuples doivent payer chaque jour un peu plus lourdement les conséquences de cette crise qui n'est pas la leur, qui est avant tout due à l'incurie de ceux qui les gouvernent qui suppriment peu à peu toute régulation des marchés depuis plus de 30 ans…

Chronique d'une eurodéputée n°16 - Tunisie : mes impressions au retour de la mission d'observation électorale

J'ai participé avec 14 autres eurodéputé-e-s, de tous les groupes politiques à la mission d'observation des élections de l'Union européenne en Tunisie, première mission officielle de l'UE dans ce pays. L'impression la plus forte que nous avons partagé, c'est la joie et la fierté des Tunisiens de voter librement pour la première fois.
J'ai choisi d'aller à Redeyef et Gafsa au Sud-Est de la Tunisie, où ont eu lieu les mouvements de révoltes sociales de 2008, prémices en quelque sorte de la révolution tunisienne. Comme tous les observateurs, nous n'avons pas constaté de fraudes massives mais plutôt des incidents relativement mineurs ressemblants à ceux qui sont inhérents à toute élection et surtout dus à l'inexpérience des Tunisiens. La démocratie ne s'apprend pas en un jour...

Combien de Tunisien-ne-s ont réellement voté. Le chiffre de 90 % ne prend en compte que ceux (et celles) qui se sont inscrit-e-s sur les listes électorales. Sans doute plus vraisemblablement 70 % des électeurs. C'est plutôt bien pour une première expérience de démocratie.

Chronique d'une eurodéputée n°15 - Roms : Assez d'inhumanité !

2011-11-4 Après les propos de triste mémoire du Président de la République qui, partant une fois encore d'un fait divers, a osé prendre les Roms comme boucs émissaires, les politiques européennes ont beaucoup été mises en avant.
Le Parlement européen avait très vite réagi aux propos xénophobes de Nicolas Sarkozy forçant la Commission européenne à sortir du bois. Passons sur les passes d'armes qui s'en sont suivies sauf pour relever qu'en tout état de cause, le gouvernement français n'en est pas sorti grandi au niveau européen et interrogeons-nous sur la réalité des politiques européennes en ce domaine.

Depuis 3 ans, en effet, officiellement, des actions en faveur des populations roms sont mises en œuvre dans l'ensemble de l'Union européenne mais, le moins que l'on puisse dire, c'est que les résultats ne sont guère probants.
C’est sans doute en Hongrie que la situation est la plus dramatique. Il y a des agressions physiques avec mort d’hommes par des groupes fascistes qui interviennent dans les villages. Et le pouvoir en place n'est visiblement guère préoccupé par la poursuite des coupables.

Chronique d'une eurodéputée n° 14 - Difficile rentrée

Ecrire une chronique de rentée n'est pas l'exercice le plus facile qui soit. Je vais donc me garder de m'y atteler pour rendre compte d'une mesure européenne qui me parait symbolique parmi d'autres du climat politique qui règne actuellement. Un mot quand même sur le sujet du mois : la fameuse « règle d'or » qui vise à constitutionaliser la rigueur budgétaire: Rien que ce mot montre avec quel cynisme les gouvernants européens, et notamment les français, trouvent des noms pour faire avaler aux peuples européens leurs mesures d'austérité.

Nicolas Sarkozy en a annoncé de nouvelles fin août allant  jusqu'à taxer les sodas !!! José Luiz Zapatero fait la même chose en Espagne au moment même où il déclenche des élections anticipées et la Grande Bretagne a du faire face cet été à des émeutes sociales d'une rare violence qui ont fait plusieurs morts. Partout on démolit les retraites, on diminue le salaire des fonctionnaires et on casse les services publics. L'Europe s'enfonce dans la crise et ses dirigeants continuent à tergiverser y compris pour verser les aides âprement négociées au bénéfice de la Grèce.

Chronique d'une eurodéputée n°13 - De retour de Tunisie

Du 19 au 23 mai dernier, j'étais en Tunisie à la tête d'une délégation de la GUE/ NGL (Gauche Unitaire européenne- Gauche Verte Nordique) et je voudrais vous faire partager mes premières impressions. Avec mes collègues Paul Murphy du Parti socialiste irlandais, Joao Ferreira du Parti comministe portuguais et Giorgos Toussas du Parti communiste grec, nous avons choisi de silloner la Tunisie pour voir la réalité des problèmes auxquels sont confrontés le peuple tunisien. En quatre jours, ce fut un vrai défi à relever, un voyage fatiguant et même éprouvant mais riche d'enseignements.

Nous avons commencé notre mission à la frontière tuniso-libyenne en visitant les camps de la Choucha, puis nous nous sommes rendus à Gafsa et Redeyef pour rencontrer les syndicalistes, victimes de la répression du mouvement social de 2008. Nous sommes ensuite allés à Kasserine, ville martyre puisque c'est celle qui a compté le plus de morts (plus de 60) dans les jours qui ont précédé la chute du dictateur.

Chronique d'une eurodéputée n°12 - Halte à l'austérité aveugle!

Les peuples ne doivent pas être les seuls à payer la crise. Depuis quelques semaines, les couloirs des institutions européennes sont remplies de discussions autour de la « Gouvernance économique ». Ce nouveau verbiage ne peut que nous interpeller. En effet, s'il est une chose que l'Union européenne semble gouverner depuis l'origine, c'est bien l'économie. On doit donc se demander ce que cela cache.

On pourrait espérer que crise financière oblige, les dirigeants de l'Union européenne allaient enfin tirer les leçons des erreurs du passé, qu'ils allaient prendre acte du fait que la spéculation financière était repartie de plus belle et que les marchés, loin de prendre en compte le sauvetage des banques à grands coups de deniers publics, spéculent aujourd'hui sur la dette publique.

La Grèce, l'Espagne, le Portugal et l'Irlande en sont les premières victimes et sans doute pas les dernières.

Chronique d'une eurodéputée n° 11 - Vous avez dit « services publics »

Encore un champ sur lequel l'Union européenne n'en est pas à une contradiction près.
Tout d'abord, la notion de services publics, et plus exactement de services d'intêret général (SIG), est présente dans les Traités européens depuis l'origine. Et il s'agissait de les écarter, de les protéger de la constrution du marché commun. Ils étaient en dehors.
Il n'était en effet, pas venu à l'idée des père fondateurs de l'Europe que celle ci pourrait un jour fossoyer les grands services publics européens.

Car ces grands services public européens existent ou du moins existaient quasiment partout en Europe jusqu'à une péridode récente. En effet, seuls les Pouvoirs publics avaient été à même peu à peu de mettre en place les grands services publics  : éducation, santé, eau, énergie, transports ferroviaires ou aériens, postes et bien d'autres

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche