A la une

Non à l'hypocrisie de l'UE qui utilise l'aide au développement durable pour imposer sa politique migratoire

Explication de vote sur le rapport adopté par le Parlement européen le 24 octobre 2017 concernant le projet de budget rectificatif nº 5/2017: financement du Fonds européen pour le développement durable et augmentation de la réserve d'aide d'urgence

Le Parlement a adopté une résolution sur le financement du Fonds européen pour le développement durable (FEDD) dans le cadre de la politique étrangère européenne.

Sur le fond, je salue le financement pour le développement durable, en signe de solidarité de l’Union envers les pays tiers pour la mise en œuvre de projets locaux.

En revanche sur la forme, je m’inquiète du manque de contrôle parlementaire sur la mise en place de ce type de fonds qui ne cesse de se multiplier et qui permet entre autres d'échapper au contrôle budgétaire du Parlement européen.

Oui à une protection efficace et ambitieuse pour protéger les lanceurs d'alerte !

Explication de vote sur le rapport adopté par le Parlement européen le 24 octobre 2017 au sujet des mesures légitimes visant à protéger les lanceurs d'alerte qui agissent au nom de l'intérêt public

Comme on l'a vu après les révélations de Snowden, le LuxLeaks ou les Panama Papers, les lanceurs d’alerte prennent des risques importants pour leur liberté et même leur vie comme on vient de le voir avec l’assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia qui travaillait notamment sur les Panama Papers. Sous la pression, la Commission européenne a dû lancer une consultation en vue d’une législation spécifique sur la protection des lanceurs d’alerte.

Oui à un revenu minimum décent pour lutter efficacement contre la pauvreté !

Explication de vote sur la résolution du Parlement européen adoptée le 24 octobre 2017 au sujet des politiques en matière de revenu minimum en tant qu'instrument de lutte contre la pauvreté

L’Union européenne compte environ 120 millions de personnes menacées de pauvreté et d'exclusion sociale. Si certains États membres de l'UE disposent d'un système de revenu minimum, les indices sociaux ont considérablement diminué à cause des politiques libérales, entraînant une augmentation réelle de la pauvreté et de l'exclusion sociale.

Ce constat cinglant dans l’aire géographique pourtant la plus riche du monde appelle au renforcement des politiques sociales dont un revenu minimum décent est l’un des aspects essentiels.

Favoriser l'intégration des Roms et lutter efficacement contre l'anti-tsiganisme !

Explication de vote sur la résolution adoptée au Parlement européen le 25 octobre 2017 sur l'intégration des Roms dans l’Union du point de vue des droits fondamentaux et la lutte contre l'antitsiganisme

Les discriminations envers le Roms sont un sujet récurrent au sein de l'Union. La polémique entre Vivian Reading et Nicolas Sarkozy en 2010 avait mis cette question sous le feu des projecteurs. Depuis communications et rapports se sont multipliés sans que les choses bougent de façon fondamentale malgré quelques procédures d'infraction et le ciblage d'un certain nombre de crédits dans le cadre des fonds structurels. En effet l’anti-tsiganisme est structurel dans tous les pays de l'Union et la rapporteure connaît bien le sujet puisqu'elle est elle-même issue de cette communauté.

Opérations de titrisation : non à la spéculation, oui à la taxation des transactions financières

Explication de vote sur le rapport pour un cadre européen pour les opérations de titrisation simples, transparentes et standardisées

Ces rapports présentés en première lecture de procédure législative ordinaire s’inscrivent dans le projet actuel de la Commission de développer un cadre commun dit de titrisation, c'est à dire la création à partir d'actifs financiers de titres dérivés et de produits financiers complexes et opaques. Ils peuvent faire l’objet de défauts et sont associés à des risques importants comme on l’a vu dans le cas de la crise des "subprimes" en 2008.

Harcèlement et abus sexuels dans l'UE : La peur doit changer de camp !

Explication de vote sur la résolution du Parlement européen en faveur de la lutte contre le harcèlement et les abus sexuels dans l'UE adoptée le 26 octobre 2017

Le mouvement de prise de conscience initié par la campagne #metoo après les révélations de l'affaire Weinstein a montré une fois encore l’ampleur du harcèlement et des violences sexuelles subies par les femmes partout dans le monde et quelles que soient les lieux et les catégories sociales.

Les institutions européennes et le Parlement européen n’échappent pas à cette réalité. La loi du silence ne doit plus prédominer et des garde-fous efficaces doivent permettre de rompre enfin l'omerta.

Les politiques économiques de la zone euro en droite ligne avec l'austérité

Explication de vote sur le rapport concernant les politiques économiques de la zone euro.

Le Parlement européen veut renforcer son rôle et appuyer les recommandations du semestre européen. Dès lors, il va sans dire que ce rapport s’inscrit dans la droite ligne des politiques d’austérité et des réformes structurelles qui en découlent.

Certes, quelques éléments sont positifs pour tenter d'empêcher un nivellement par le bas des normes sociales et encourager la mise en place de régimes de revenu minimal suffisants et adéquats.

Application du droit de l'UE : un rapport en demi-teinte

Explication de vote sur la résolution adoptée au Parlement européen le 26 octobre 2017 au sujet du contrôle de l'application du droit de l'Union en 2015

Cette résolution, portée par mon collègue grec Kostas Chrysogonos, porte sur le contrôle de l’application par la Commission européenne du droit de l’Union dans les États membres en 2015 et met en évidence un certain nombre d'insuffisances dans l’application du droit de l'Union.

Le projet de résolution soulignait entre autres l’impact néfaste des politiques d’austérité et des coupes budgétaires sur le niveau de protection des droits des citoyens. Bien évidemment, cette partie du projet n'a pas été adopté et le Parlement a même rejeté toute référence faite à l’austérité.

Système EES : Sous couvert de sécurité, l'Europe bafoue ses valeurs

Retrouvez mon intervention en séance plénière, le 25 octobre 2017 sur le système d'entrée/sortie (EES).

Retrouvez la vidéo de cette intervention ici

Madame la Présidente, ce texte est le premier volet du paquet «Frontières intelligentes», tout un programme. Cette nouvelle gestion des frontières, ce sont de nouveaux fichages numériques, de nouvelles connections et plus de données et, notamment, désormais, des empreintes palmaires et des images faciales.

Frontières dans l'Europe : Vers la création d'un système informatique unifié

Je vous invite à lire cet article publié par RFI qui fait état de mon intervention en plénière le mercredi 25 octobre 2017. Je me suis exprimée sur la création du système d'entrée/sortie (EES), système qui est supposé  enregistrer les données des ressortissants de pays tiers qui franchissent les frontières extérieures de l'Union.

L'article est disponible en intégralité ici, voici ci-dessous mes propos recueillis par RFI

Les informations stockées dans le nouveau registre seront accessibles aux autorités frontalières et à Europol, ce qui dérange Marie-Christine Vergiat, députée européenne de la Gauche unitaire qui s'est également exprimée devant ses collègues eurodéputés : « Sous couvert d'un droit à la sécurité bien légitime, on va multiplier les accès des forces répressives à des données sensibles, y compris en coopération avec les pays tiers. Sur ces bancs, nous refusons cette Europe "bunkérisée" qui bafoue ses propres valeurs. »

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche