A la une

Le prix Sakharov à « l’opposition au Venezuela » : un « jour noir » au Parlement européen

Je vous invite à lire cet article publié par l'Humanité suite au choix (d'une partie) du Parlement européen d'attribuer le prix Sakharov à "l'opposition vénézuélienne".

Ce prix est sensé récompenser les personnes qui luttent contre l'injustice et pour les droits de l'Homme. Mais comme je l'ai souligné "ce sont les considérations politiciennes qui l’ont emporté".

A juste titre, l'article indique que "le Parlement européen a choisi d’utiliser les droits de l’Homme comme une arme politique au service d’un camp".

L'article est disponible ici

Prix Sakharov : La Gauche va boycotter la cérémonie du politisé prix Sakharov

Je suis profondément déçue par la décision du Parlement européen d'attribuer le prix Sakharov à l'« opposition vénézuélienne ». Il s'agit là d'un choix purement politique qui éclipse des candidats méritants.

C'est pourquoi je condamne l'instrumentalisation à des fins politiques d'un prix pourtant sensé récompenser les personnes qui luttent pour le respect des droits de l'Homme dans le monde.

 

Le communiqué de presse est disponible en anglais ici

Retrouvez ci-dessous la version française du communiqué de presse du groupe GUE / NGL appelant au boycott de la cérémonie de remise du prix Sakharov.

La Gauche va boycotter la cérémonie du politisé prix Sakharov

Le groupe GUE / NGL a regretté la décision du Parlement européen d'attribuer le prix Sakharov de cette année à la soi-disant « opposition vénézuélienne » en raison de sa participation aux récentes élections du pays*.

En leur accordant cet honneur, il sape non seulement les chances de dialogue, mais aussi la paix dans toute démocratie. Les droits de l'Homme sont une question trop sérieuse et ne devraient pas être instrumentalisés à des fins politiques par le Parlement.

Rencontre avec les Jeunes d'Allonnes au Parlement européen à Strasbourg

Je suis fière d'avoir accueilli les jeunes du Comité Jeunes Allonnes au Parlement européen à Strasbourg ce mardi 24 octobre 2017.

Espace Schengen : Contrôle migratoire à la frontière franco-italienne

Je me suis adressée à la Commission européenne le jeudi 12 octobre 2017 en Commission LIBE concernant le rétablissement temporaire du contrôle aux frontières dans l'espace Schengen.

L'occasion pour moi de souligner le cas particulier de la frontière franco-italienne. J'ai notamment interrogé la Commission pour savoir sur quelle base s’appuie la France lorsqu'elle demande à faire du contrôle systématique aux frontières.

Contre la peine de mort : une baisse relative des exécutions et des inquiétudes qui persistent

Je me suis exprimée en Commission DROI le mercredi 11 octobre 2017 à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort.

J'ai fait état de mes inquiétudes quant à l'augmentation des condamnations à la peine de mort, malgré une baisse relative du nombre d'exécutions. Je me suis notamment penchée sur la mise à mort de personnes mineures et des personnes, souvent pauvres, liées au trafic de drogue. J'ai enfin encouragé le Parlement à se mobiliser collectivement autour de la question.

Il est temps d’agir pour l’économie sociale et solidaire. Elle le mérite !

Madame la Présidente, je tiens tout d’abord à remercier Jens Nilsson, car je crois que c’est à lui que nous devons l’inscription à l’ordre du jour de ce débat consacré à l’économie sociale et non aux entreprises sociales.

Oui, l’économie sociale est un secteur important qui n’a pas la reconnaissance qu’il mérite. Oui, c’est deux millions d’entreprises, 14,5 millions de salariés, 8 % du PIB de l’Union européenne, une forte résilience à la crise, comme vient de nous le dire Mme Bilbao.

Ce sont des entreprises qui se définissent d’abord par leur statut: coopératives, mutuelles, associations, fondations, et qui ne se réduisent pas seulement à des PME, Madame la Commissaire!

Sécurité sur les routes de l'Europe : éviter les drames quels qu'ils soient

Intervention en séance plénière le 04/10/2017 sur la sécurité sur les routes de l'Europe

Je pense que mon intervention va être un tout petit peu en décalage.

La sécurité sur les routes de l'Europe mais surtout vers l'Europe est un vrai problème.

Calais est un point de fixation depuis une vingtaine d’années, illustrant les conséquences des politiques européennes et tout particulièrement franco-britanniques.

Le nombre de migrants à Calais, je vous rassure chers collègues, a fortement diminué depuis la fin 2016. On est passé environ de 7000 à quelques centaines mais ce nombre tend à augmenter de nouveau.

Intervention pour la présentation de Figen Yuksekdag et Selahattin Demirtas pour le prix Sakharov

Je suis fière d'avoir présenté les candidatures de Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag pour le Prix Sakharov au nom de mon groupe, la GUE/NGL.

Voici l'intervention que j'ai prononcée en commission des affaires étrangères pour leur présentation.

Figen Yuksekdag et Selahattin Demirtas sont des symboles de celles et ceux qui luttent pour la reconnaissance des droits des minorités mais aussi des victimes de la terrible répression qui s'abat sur tous les démocrates en Turquie depuis la tentative de coup d'État raté de juillet 2016.

Ils sont kurdes et luttent depuis longtemps pour les droits des minorités kurdes en Turquie mais aussi dans toute la région, combat qui vient de nouveau d'être mis sous les feux de l'actualité après la victoire le 25 septembre dernier avec 92.73% des voix du Oui au référendum sur l'indépendance du Kurdistan en Irak.

Accord UE-Turquie : le cynisme des chiffres alors qu'il y a toujours plus de morts en Méditerranée

Je me suis adressée à la Commission européenne en commission LIBE jeudi 28 septembre sur le rapport de la Commission concernant l'accord UE-Turquie.

Mes questions sont les suivantes :
-  Qui peut bénéficier du système de relocalisation ?
- Quel suivi pour les personnes renvoyées en Turquie ?
- Un certain nombre d’enfants sont victimes d’exploitation et de travail forcé. Quelles garanties l’UE a ou essaie d’obtenir en la matière depuis la Turquie ?

ETIAS : autorisation de voyage ne veut pas dire contrôle aux frontières

Je suis intervenue en Commission LIBE jeudi 28 septembre 2017 sur le système européen d'autorisation et d'information concernant les voyages (ETIAS).

L’objectif du document européen de voyage n’est pas le contrôle aux frontières, il ne vise qu’une autorisation de voyage pour les ressortissants des pays tiers qui n’ont pas besoin de visa pour entrer sur le territoire. Ce n’est donc pas un document de contrôle des migrations, et il n’y a pas de raison que les autorités migratoires aient accès à ce système-là, elles ont accès à d’autres fichiers qui sont faits pour ça.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche