A la une

warning: Creating default object from empty value in /home/kingbep/eurocitoyenne/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 33.

Renault : contre le subventionnement par l'UE des licenciements boursiers

Intervention 15-12-2011 - Renault est un cas d'école, l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire. Sur les bancs de mon groupe, nous sommes assez partagés et je vais donc m'exprimer au nom de la délégation française. Renault est une entreprise saine économiquement. Elle dégage chaque année plusieurs milliards de bénéfices, trois milliards pour la seule année 2009. Renault fait ce que nous appelons ici des licenciements boursiers.

Chaque année, depuis plusieurs années, ce sont des milliers de salariés qui sont licenciés pour le seul bénéfice des actionnaires, dont l'État français. Ce n'est pas une question de calendrier électoral. Cela se répète depuis plusieurs années chez Renault. Et en ce qui me concerne, mes votes sont constants en la matière. Je ne vois pas où est l'intérêt des salariés en l'espèce.

Stratégie européenne pour les Droits de l'Homme : Des ambitions pour le moins limitées

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de Gauche - Coordinatrice pour la GUE-NGL au sein de la sous-commission Droits de l'Homme - 13 décembre 2011

En juin 2010, la Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité‎ et la vice-présidente de la Commission a annoncé son ambition de mettre en œuvre une nouvelle stratégie de l'UE en faveur des droits de l'Homme et de la démocratie. Dix-huit mois plus tard nous y voici.

Ce qu'il est convenu d'appeler le printemps arabe a, semble-t-il, encore renforcé cette ambition.

Dans l'hémicycle, Mme Ashton a rendu hommage aux acteurs du printemps arabe et à leur courage. C'est le moins qu'elle puisse faire car comme le dit à juste titre la communication de la Commission que nous venons enfin de recevoir, "l'UE n'a pas toujours agi de manière aussi efficace et coordonnée qu'elle aurait pu". Et l'Union européenne n'est pas pour grand chose dans les avancées démocratiques dont la haute Représentante se félicite.

Fonds d'ajustement à la mondialisation : Nouvelle cacophonie au Conseil des ministres européens

Communiqué de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de gauche - Bruxelles 2 décembre 2011

Depuis le lancement du fonds européen d'ajustement à la mondialisation, je pointe du doigt l'hypocrisie de ce fond. Son nom est déjà tout un programme. Dans la réalité, il s'agit d'aider au financement de plans sociaux et ce, selon une logique assez impénétrable quant aux choix des salariés finalement "accompagnés".  Cela touche à l'absurde quand, comme nous l'avons encore vu cette semaine avec le secteur automobile au Portugal, l'on en vient à aider des grandes entreprises largement bénéficiaires à pratiquer des licenciements boursiers et des délocalisations (en l'espèce au Maroc).

Comment, dès lors, ne pas considérer que l'UE par ses aides légitime ces méthodes au lieu de les combattre.

Vote : contre l'encensement du rôle de la BCE

J'ai voté contre ce rapport qui entérine largement le rôle de la Banque Centrale Européenne et son action négative dans la gestion de la crise actuelle, allant y compris au-delà des traités. Pire, ce rapport se félicite de l'attitude "constante et rigoureuse" de la BCE et de son combat réussi sur l'inflation. Pire encore, le rapport promeut un nouveau rôle politique de la BCE lui demandant d'élargir son action.

Pour moi, la question essentielle est au contraire de placer la BCE sous contrôle politique et de l'obliger à intervenir non pas pour soutenir les marchés financiers et les banques mais les Etats, l'emploi et la cohésion sociale. Il faudrait donc d'abord lui permettre de prêter directement aux Etats au lieu de laisser ces derniers dépendre des taux pratiqués sur les marchés.

Contrôle des étrangers : un pas de plus de Guéant vers l'illégalité ?

Communiqué LDH- Paris, le 30 novembre 2011

Hier, à Créteil, le ministre de l'Intérieur a persisté dans sa politique. Il a affirmé ne pas cibler les étrangers, alors qu'il vient de donner l'ordre – illégal – de croiser le fichier de la sécurité sociale et celui des étrangers. Pourtant, prendre le fichier qui recense un ensemble de personnes caractérisées par leur nationalité étrangère pour le mettre à l'épreuve d'un autre qui servira de filtre, n'est-ce pas cibler cette catégorie ? Qui M. Guéant croit-il tromper ?

Bien sûr, le ministre de l'Intérieur sait parfaitement ce qu'il fait. Un homme de sa responsabilité peut-il ignorer que la France a déjà été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour son traitement discriminatoire des étrangers non communautaires ? Que la France s'est vu rappeler à l'ordre par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour la stigmatisation de certaines populations à laquelle se livre régulièrement ministres et députés du même bord ?

La Cour de justice de l'UE condamne le filtrage généralisé des internautes

La CJUE (Cour de justice de l'Union européenne) a rendu publique sa décision sur l'affaire SABAM - Scarlet. Avec son arrêt du jeudi 24 novembre 2011, la CJUE confirme que le filtrage obligatoire des internautes par un fournisseur d'accès internet est illégal et contre les lois européennes. Cette décision est un pas important dans la protection des droits des internautes contre les tentations diverses et variées de police directe par les entreprises.

La justice européenne condamne le filtrage généralisé des internautes

Convention internationale des droits de l'enfant : les enfants kurdes doivent être protégés

Bruxelles 22 /11/2011 - A l'occasion de l'anniversaire de la Convention internationale pour les droits de l'enfant,  Marie-Christine Vergiat, coordinatrice de la sous-commission droits de l'Homme pour le groupe GUE-NGL a invité au Parlement européen Esra Ciftci et Hüseyin Aykol, journalistes et chercheurs, et Eyyup Doru sur la situation des enfants kurdes.

Pour Esra Ciftci,"Dans les Etats de droit, avant de déclarer un enfant coupable d'un délit,  on prend en compte des critères sociologiques et psychologiques afin de pouvoir évaluer s'ils peuvent être tenus responsables pour leurs actes. Dans la région kurde de Turquie, non seulement les enfants ne bénéficient pas de ces droits mais ils sont l'objet de violations des droits de l'Homme à travers des actes de torture ayant dans certains cas conduit à la mort.

Le silence du Parlement européen sur l'Irak

Intervention 16-11-2011 - Monsieur le Président, nous examinons aujourd'hui une résolution sur l'Iran dans le cadre des résolutions d'urgence pour la sixième fois depuis le début de la législature et pour la troisième fois depuis le début de l'année. Je m'associerai à cette résolution dont je partage bien évidemment les termes. Mais je vais, une fois de plus, m'insurger sur la vision de "deux poids, deux mesures" qui prévaut dans cet hémicycle en matière de droits de l'homme.

Partout dans le monde, des hommes, des femmes, des enfants sont arrêtés, torturés, exécutés, mais dans de nombreux pays, cela se fait dans un silence oppressant, y compris du Parlement européen.

Libéralisation du rail : ils s'acharnent

Communiqué de presse - Strasbourg 16-11-2011 

Avec ce quatrième paquet ferroviaire adopté, le Parlement européen poursuit la mise sur les rails de la libéralisation et de la privatisation du secteur ferroviaire. Au menu, la séparation des entreprises entre "gestionnaires de réseaux" et "opérateurs de transport", le renforcement de la compétitivité et l'harmonisation des régimes sociaux.

Ce nouveau paquet répond d'une bien triste manière à de nombreux défis:

- la sécurité en suivant la voie de la privatisation forcenée du chemin de fer par Mme Thatcher qui a entraînée de multiples accidents ferroviaires au Royaume-Uni ;

- l'environnement en condamnant l'avenir du  FRET et de nombreuses petites lignes sur l'autel d'une libéralisation synonyme de rentabilité à tout prix ;

- la mobilité en ouvrant la porte aux augmentations tarifaires que ne manqueront pas d'engendrer l'entrée dans la sacro-sainte concurrence libre et non faussée ;

Les militants de la flottille pour Gaza "freedom waves" enfin libres

Communiqué de presse de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de gauche - Elue du Sud-Est - Bruxelles 11 novembre 2011

Mon collègue et ami Paul Murphy député européen du parti socialiste irlandais vient finalement d'être libéré après une semaine de détention dans les geôles israéliennes. Paul Murphy et 20 autres militants ayant participé à l'opération "freedom waves" essayaient d'apporter des médicaments et de l'aide humanitaire à la population de Gaza. Deux bateaux le MV Saoirse (liberté) et le Tahrir (libération) des organisations irlandaise et canadienne "un bateau pour Gaza" ont été arraisonnés dans les eaux internationales en parfaite violation des traités internationaux.

Les militants revenus hier soir rapportent que les forces israéliennes ont encerclé les deux bateaux et les ont visés avec des jets d'eau à très haute pression, détruisant et faisant disjoncter les appareils électroniques à bord, créant des explosions et mettant feu au pont du bateau.

Les militants ont été détenus une semaine alors même que la durée légale d'une garde à vue en Israël ne peut excéder 72 heures. Mon collègue député européen a dénoncé des conditions de détentions difficiles, avec des privations de sommeil et des techniques de désorientations.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche