Billets d'humeur

Dans la rubrique député

Quelques précisions après le vote de mon rapport sur migrations et droits de l'homme

Ayant été interpellée sur le vote de mon rapport au Parlement européen après une polémique entre Benoit Hamon et Alexis Corbière, je me suis dit que le mieux était que je réponde moi même aux interrogations et que j'en profite pour amener quelques précisions. Les voici

Pourquoi je suis allée au meeting de Saint-Denis du 11 décembre dernier ? « Pour une politique de paix, de justice et de dignité »

Depuis ce "diabolique" meeting du 11 décembre auquel j'ai participé, j'ai été pas mal interpellé sur les réseaux et mise en cause par une certaine presse. J'assume complètement cette participation et je ne regrette rien mais il me semble naturel d'expliquer cette participation.

Ce meeting était organisé par un certain nombre d’organisations et de personnalités avec qui je travaille depuis longtemps autour de la nécessité de lutter contre l’islamophobie et la montée des discriminations dont sont aujourd’hui victimes les musulmans « réels ou supposés ». Devait en outre y intervenir un représentant de la LDH dont je suis membre depuis plus de 30 ans.

Quelques impressions au retour de Tunisie

J'étais en mission d'observation électorale pour le Parlement européen lors des élections législatives en Tunisie du 26 octobre 2014 dernier et je voulais vous faire part de quelques commentaires.

Avec ces élections législatives, la Tunisie a franchi une nouvelle étape vers la démocratie après la mise en place de sa nouvelle Constitution.

Tunisie : trois ans après, la Révolution à nouveau sur les rails

14/01/2014 - La Révolution tunisienne fête aujourd'hui ses trois ans. Trois ans depuis que Ben Ali s'est réfugié chez son allié saoudien et que le peuple tunisien apprend à se gouverner, avec les embardées et autres sorties de route qu'une telle voie courageuse comporte. Les cas égyptien, libyen et syrien sonnent d'ailleurs comme autant de coups de semonce. Un bilan de la voie tunisienne s'impose donc et je vous livre ici mon analyse de la situation, alimentée par les déplacements que j'ai pu effectuer ces derniers mois dans ce pays ainsi que par les échanges que j'ai eu avec des militants politiques et de la société civile tunisienne.

La sortie de crise politique

Depuis février 2013 et l'assassinat de Chokri Belaïd, suivi en juillet de celui de Mohamed Brahmi, on pouvait craindre que le champ politique tunisien soit condamné à la violence et à l'enlisement. Le bras de fer qu'ont mené un certain nombre de députés contre l'emprise d'Ennahda au premier rang desquels nos amis du Front populaire tunisien, l'appui que leur a apporté la société civile et notamment l'UGTT (Union générale tunisienne du travail) et la LTDH (Ligue tunisienne des droits de l'Homme) ont débloqué la situation.

De retour de Hongrie : partagée entre inquiétudes, rage et impuissance

27/07/2013 - J’ai passé quatre jours en Hongrie autour du week-end dernier.J’étais invitée pour la clôture de la Green academy des Verts d’Europe centrale et orientale et j’en ai profité pour rencontrer un certain nombre d’interlocuteurs et faire le point avec eux notamment après le vote par le Parlement européen d’un rapport sur la situation des droits de l’Homme dans ce pays auquel j’ai largement participé comme porte-parole de la GUE/NGL. Je rappellerai que ce rapport a été adopté à plus de 380 voix, soit une très forte majorité ce qui n’en fait en rien un rapport de gauche. Contrairement à ce que s’ingénie à faire croire Viktor Orban et le FIDESZ, ce rapport a bel et bien été voté par une partie de la droite.

Je veux d’abord remercier les Verts hongrois de m’avoir invitée à leur Green academy qui est en quelque sorte leur Université d’été au bord du lac de Velence. Nous avons eu un débat riche autour des questions de citoyenneté et de démocratie dans l’UE et j’ai pu une fois de plus constater que, sur ces sujets, Gauche européenne et Verts européens convergeaient largement.Mais je veux surtout vous rapporter ici le sentiment global sur ce que j’ai pu recueillir en ce qui concerne la situation en Hongrie.

Tunisie : FMI - UE, même combat contre les peuples

21/06/2013 - Le 7 juin, le FMI a annoncé un plan d’ "aide" à la Tunisie de 1,3 milliard d’euros afin de "soutenir" la transition engagée depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011. Ce programme sur deux ans sera remboursable en cinq ans, et un premier prêt de 114 millions d'euros a été immédiatement versé aux autorités tunisiennes. Voilà pour l'appât. Les prochaines tranches sont subordonnées à huit rendez-vous dénommés revues et ne seront versées qu’à condition que Tunis respecte le programme de réformes structurelles élaboré par le FMI.

La lettre d’intention du gouvernement tunisien, dans laquelle sont décrites les politiques que la Tunisie entend mettre en œuvre, permet de se faire une idée assez précise de ces réformes drastiques qui tiennent en trois piliers:
1. réduction de la masse salariale et des subventions aux produits de première nécessité (qui permettaient de rendre les prix abordables pour les ménages les plus modestes) ;

Pour que 2013 soit une année de mobilisation citoyenne

Cette nouvelle année a bien mal commencé.
C’est avec stupeur que nous avons effectivement appris l’assassinat de trois militantes kurdes en plein Paris. Je connaissais bien l’une d’entre elles, Rojbin. J’ai donc été particulièrement touchée par cette horreur. Pour moi, elle était et restera le symbole du combat des femmes kurdes pour leur dignité et le respect des droits du peuple kurde.
Samedi dernier, lors du rassemblement de solidarité avec nos ami(e)s kurdes, Leila Zana m’a dit : « Pourquoi trois femmes ?». Je crois que c’est effectivement une bonne question tant le combat des femmes kurdes est à l’opposé des tentatives de retour en arrière que mènent non seulement les intégristes mais ceux qu’il convient d’appeler les conservateurs musulmans proches des conservateurs chrétiens qui veulent nous faire prendre ces partis pour des modèles pour ceux et celles qui veulent construire la démocratie après les « printemps arabes ».

Cela ne m’empêchera pas cependant de vous  vous présenter à tous et à toutes mes meilleurs vœux pour 2013. D’abord sur le plan personnel pour vous et vos proches car quel que soit les engagements des un(e)s et des autres, il importe que chacun(e) puisse se réaliser pleinement sur le plan personnel et bénéficier d’un environnement serein.

Billet d'humeur n°3 : le pacte franco-germanique : dénonçons cette ignominie!

Jugez vous même du contenu du Pacte franco-germanique en cliquant sur le lien ci dessous.
http://www.euractiv.fr/plan-franco-allemand-zone-euro-questions-article

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel proposent entre autres :
- L’abolition de l’indexation des salaires sur l’inflation
- L’ajustement des systèmes de retraites sur le développement de la démographie
- L’obligation pour les Etats membres d’inscrire dans leur constitution une «règle d’or» sur le respect des règles budgétaires européennes

Billet d'humeur n°2 : Délégation du PE en Tunisie : une composition contestable

Le Parlement européen vient enfin de finir d'organiser sa délégation en Tunisie, celle-ci se déroulera finalement du 3 au 6 février. Je ne peux que me féliciter de cette initiative du Parlement européen que j'ai réclamée à corps et à cris depuis mon élection en juin 2009. Dommage qu'elle n'ait pu avoir lieu avant la chute du régime de M. Ben Ali.

Elle comptera douze députés européens issus des groupes politiques PPE, S&D, ALDE, Verts, ECR et auquel a été ajouté un député non-inscrit.
Je me dois donc de regretter l'absence de tout représentant du Groupe GUE/NGL dans cette délégation alors que j'ai, au nom de mon groupe, sans cesse mené, avec les seuls Verts, la bataille pour que le Parlement européen et plus largement l'UE tiennent compte de la dégradation de la situation démocratique, sociale et des droits de l'Homme en Tunisie.

Billet d'humeur n°1 : Les Roms et l'Europe, affaire à suivre

J'ai été scandalisée par la façon dont les autorités françaises, à commencer par le Président de la République, et deux de ses plus serviles ministres, Eric Besson et Pierre Lellouche, se sont comportés au sein des institutions européennes.

Le 9 septembre, le Parlement européen vote une résolution à une très large majorité (plus de 80 voix), condamnant la politique de la France à l'égard des Roms. La Commissaire Reding, présente en séance, défend comme elle le peut la position du gouvernement français se fiant aux déclarations des ministres susnommés, ce que nombre de parlementaires lui reprochent.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche