Mes interviews

Interview au Journal Le Temps (Tunisie): "Les gouvernements européens et les institutions financières internationales savent très bien que derrière Ennahdha il y a des politiques économiques qui les arrangent "

31/03/2013 - Cette interview a été realisée pendant le Forum social mondial par le journal tunisien Le Temps. Cet entretien avec Faouzi KSIBI m'a donné l'occasion de donner mes impressions sur le forum social, et au-delà et de faire le point sur les relations UE maghreb.

"Notre rubrique de cette semaine prend les couleurs du Forum Social Mondial et emprunte l’allure de l’altermondialisation, puisque notre invité est l’une des participantes à cette rencontre planétaire anti-Davos de la société civile mondiale luttant contre la politique injuste du néolibéralisme et pour une distribution équitable des richesses dans le monde, pour une démocratie économique et politique.

La Marseillaise : nouvelle fin de non-recevoir en préfecture pour les ex-Chaberte

Le mercredi 27 février 2013, avec une petite délégation d’élus – les conseillers régionaux Philippe Chesneau (Europe Écologie, Les Verts), Alain Bolla et Luc Leandri (Front de gauche) – nous avons été reçu en préfecture par la directrice de cabinet du préfet du Var, afin de défendre la situation de ces familles auprès des pouvoirs publics. La délégation s’est heurtée à une fin de non-recevoir : la préfecture du Var, tout comme TPM, refuse de prendre en considération l’existence de gens du voyage sédentarisés. Voici l'article publié dans le journal La Marseillaise suite à cette action.

A l’intégration prônée par l’UE le Var répond « assimilation » par Romain Alcaraz, La Marseillaise, 28 février 2013

Les jours passent et malheureusement se ressemblent pour les ex-Chaberte. Attendre une décision de justice, recevoir le soutien des associations ou d’élus, mais finalement constater que les choses n’évoluent guère en leur faveur. C’est le quotidien des familles Karl et Erter, installées depuis dix ans sur le terrain gardéen de La Chaberte avant que TPM, propriétaire, ne les en expulse.

Culture et multilinguisme : entretien

Voici un entretien réalisé début 2013 pour le site internet CARAYOL.

À travers la diversité du rock européen, que mon blog illustre régulièrement, c’est toute la diversité linguistique de notre continent qui se donne à voir. Or, de la même façon que la diversité réelle du rock est occultée au niveau international (seuls les groupes anglophones étant distribués au-delà des frontières), des obstacles pèsent de plus en plus lourdement sur le multilinguisme européen. Pourtant, dans un contexte de crise et de désenchantement vis-à-vis de l’UE, n’est-il pas la plus sûre garantie d’une intégration culturelle efficace ?

Débat sur France 24 : "Europe ta culture fout le camp ?"

Début janvier 2013, j'ai participé à un débat sur France 24 animé par Caroline de Camaret, avec Ana Gomes, Députée européenne, Alliance des socialistes et des Démocrates (Portugal) et Alexander Graf Lambsdorff, Député européen, Alliance des Démocrates et libéraux (Allemagne). Nous avons débattu des coupes budgétaires dans le domaine de la culture. Nous avons également parlé de Marseille capitale europénne de la culture 2013.

Pour regarder l'emission cliquez ici

France 3 émission "La voix est libre" sur les Roms

Le 17 novembre 2012 j'étais l'invitée de "La Voix est libre "émission de France 3 Provence-Alpes-Côtes d'Azur sur les Roms, pour un débat sur notamment l'utilisation (ou non) des fonds européens disponibles.

Pour regarder le débat CLIQUEZ ICI.

BFMTV : Débat sur l'attribution du prix nobel de la paix à l'UE

Suite à l'attribution controversée à l'Union européenne du prix Nobel de la paix, j'ai participé à l'émission "500 millions d'européens" sur BFMTV diffusé les 20 et 21 octobre 2012. Lors de ce débat animé par Yann Antony Noghès, étaient également présents Graham Watson, eurodéputé britannique libéral, et Jurek Kuczkiewicz, du journal belge Le Soir.

Pour regarder ce débat CLIQUEZ ICI .

Interview pour la Revue politique du trombinoscope sur les politiques européennes en matière d’éducation

27/09/2012 - L’éducation  devrait être une priorité absolue pour l’Union européenne. Or, en ce domaine comme dans beaucoup d’autres, il y a loin de la théorie à la pratique.
Si l’on tient aux déclarations, l’éducation et la formation font partie des priorités de l’Union.
Alors que le Traité de Rome ne prévoyait aucune compétence en ce domaine, ceux de Maastricht, d’Amsterdam et de Lisbonne ont fait évoluer les choses, y compris avec un rôle accru du Parlement européen. Mais la responsabilité de ces politiques reste entre les mains des Etats et les disparités restent très importantes.
La stratégie « Education et formation 2010 » n’ayant pas atteint ses objectifs, elle a été revue mais à la baisse pour 2020. C’est très significatif. Il suffit d’en lire les objectifs chiffrés pour voir qu’ils ne sont pas à la hauteur des enjeux y compris de ceux de l’Europe de la connaissance.

• 95% des enfants de quatre ans en enseignement préscolaire,
• Moins de 15 % des jeunes de 15 ans ayant des lacunes en lecture, en mathématiques et en science,
• Moins de 10 %  de décrochage scolaire,
• Au moins de 40% d'adultes de 30 à 34 ans ayant un niveau de troisième cycle,
• 15% des adultes (25 à 64 ans)en formation continue.
Cela se passe de commentaires.

Europarl TV : interview sur la protection des enfants sur internet

A l'occasion de la discussion en commission culture et éducation d'un rapport sur la protection des enfants dans le monde numérique, j'ai été interviewée par europarl TV.

Pour visionner la vidéo CLIQUEZ ICI.

Entretien pour l'Humanité : « Une Europe politique devrait être solidaire »

Entretien réalisée par Julia Hamlaoui pour l'Humanité le 26/06/2012.

La mobilisation de 1 % du PIB européen pour la croissance peut-elle exonérer d’une renégociation du traité Sarkozy-Merkel ?

Marie-Christine Vergiat. Non. Il faut renégocier le traité austéritaire et revoir de fond en comble les politiques européennes. On peut reconnaître que, dans une Europe dominée par des gouvernements de droite, la marge de manœuvre de François Hollande est restreinte. Mais ne plus évoquer, d’entrer de jeu, la renégociation du traité et se contenter d’un volet croissance, ce n’est pas satisfaisant. Le pacte Sarkozy-Merkel prévoit des mécanismes de contrôle de plus en plus poussés des budgets nationaux, non seulement celui des États mais aussi des collectivités, des administrations publiques, de la Sécurité sociale…

Au-delà, des directives et des règlements européens, comme le six-pack ou le two-pack, organisent également ce contrôle généralisé. Si on laisse faire, il finira, à terme, par empêcher toute marge de manœuvre politique des États membres. Or les élus de la nation ne le sont pas pour voter un budget sous contrôle d’une instance technocratique comme la Commission européenne.

Toute l'Europe en débat : le Conseil et le Parlement européens s'opposent sur Schengen

Le 14 juin 2012 j'étais l'invitée de Toute l'Europe pour un débat avec Gabriele Albertini député européen italien membre du PPE (groupe ou siège l'UMP), sur la réforme des accords de Schengen. Le débat portait sur les questions suivantes :

Devra-t-on bientôt se munir de ses papiers d’identité pour circuler au sein de l’Union européenne ? C’est ce que pourrait laisser à penser les conclusions du dernier Conseil de l’Union européenne consacré la semaine dernière à la réforme de l’Espace Schengen. Amorcée par la gestion des flux migratoires vers les pays européens suite aux révolutions arabes et accélérée par une lettre commune envoyée en avril par le couple franco-allemand à la Commission européenne, la remise en cause de la libre-circulation des personnes au sein de l’Espace Schengen pourrait bien se concrétiser suite aux conclusions du Conseil des Affaires intérieures des 7 et 8 juin derniers.

Un Conseil qui cherche aujourd'hui à écarter le Parlement de la codécision sur ce dossier, provoquant l'ire des eurodéputés.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche