Rapport annuel sur les droits fondamentaux dans l’UE : Une approche axée sur l’État de droit, la migration et la « radicalisation »

Rapport annuel sur les droits fondamentaux dans l’UE : Une approche axée sur l’État de droit, la migration et la « radicalisation »

Explication de vote sur le rapport adopté par le Parlement européen le 1er mars 2018 concernant la situation des droits fondamentaux dans l’Union européenne

Dans ce rapport annuel sur les droits fondamentaux dans l’Union, le rapporteur a choisi de concentrer son approche sur l’État de droit, la migration et la « radicalisation ». C’est un rapport plutôt équilibré.

Comme toujours, l’extrême droite a déposé à la dernière minute des amendements et a tenté de supprimer les passages les plus positifs du rapport. Sans succès.

Je me réjouis de l’adoption des paragraphes sur les discriminations contre les LGBT et notamment la demande d’interdiction de ce que l’on appelle les « thérapies de conversion » qui n’existe que dans quelques rares pays européens (Royaume-Uni, Malte et quelques régions espagnoles) et pas en France. 

Le rapport réaffirme la nécessité du recours aux voies légales et sûres en matière migratoire et de lutter contre les discours de haine.  

Le texte soutient également l’activation du mécanisme de l’article 7, concernant les violations des « valeurs » dites fondamentales de l’Union, qui vient d’être déclenché contre la Pologne. Sans illusion sur la suite qui sera donné à cette procédure, il me parait néanmoins utile de soutenir ces mécanismes.

J’ai voté en faveur de ce rapport.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche