Economique & Social

warning: Creating default object from empty value in /home/kingbep/eurocitoyenne/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 33.

Vote sur l'industrie sidérurgique

Le secteur de l’acier, bien qu’indispensable à l’industrie européenne, est en crise depuis de nombreuses années. Pour remédier à cette situation, nous ne cessons de le répéter au sein de la GUE/NGL, il faut un plan d’envergure pour la relance du secteur.
Le rapport d’initiative adopté par le Parlement européen ne répond en rien aux exigences nécessaires pour l'emploi dans le secteur et n’est pas à la hauteur des enjeux ni des attentes des salariés.

Les amendements déposés par mon groupe en commission industrie ont tous été rejetés. Ils demandaient le maintien de l'emploi dans ce secteur, la consultation et l'accord obligatoire des représentants des salariés lors d'un projet de délocalisation et  l’obligation pour les constructions publiques d'utiliser de l’acier européen.

Intervention sur les travailleurs saisonniers migrants

05/02/2014 - Le texte dont nous débattons aujourd'hui accorde, enfin, un certain nombre de droits aux quelques 100 000 travailleurs saisonniers qui vivent sur le territoire de l'Union européenne. Il devrait mettre fin, du moins je l'espère, aux pires abus pratiqués en Italie, en Grèce et en Espagne mais aussi ailleurs puisque tous les pays de l'UE sont concernés.

Il est le fruit de longues négociations avec le Conseil, les États membres étant bloqués sur ces affaires.
Mais il entérine aussi un statut précaire pour ces migrants qui sont parmi les plus vulnérables, un statut utilitariste qui se résume à "venez quand on a besoin de vous et débarrassez le plancher quand ce n'est plus nécessaire".

Cette vision Kleenex des questions migratoires ne peut être la mienne. Ce texte assurera des droits aux migrants, quand ils ont un contrat de travail, mais les renverra à la clandestinité à la fin de ceux-ci.

Vote pour une stratégie européenne pour les sans-abris

Le nombre de sans abris est en progression dramatique dans les États membres les plus touchés par la crise. 8 % de la population de l'Union européenne vit dans un dénuement matériel extrême et plus de 400 000 personnes dorment à la rue chaque soir. Ce n’est ni un délit ni un choix de vie contrairement aux idées reçues mais des conséquences de la croissance des écarts de richesses.

C'est principalement aux États membres des prendre les mesures ad hoc pour trouver des solutions, l'UE n'a quasiment pas de compétences en matière sociale mais une stratégie européenne pourrait jouer un rôle complémentaire.

Vote : contre la flexisécurité comme seul moyen de protection des travailleurs indépendants

J’ai voté contre le rapport d’initiative concernant la protection sociale pour tous les travailleurs, y compris les travailleurs indépendants.
Initialement, ce projet était prometteur puisqu’il mettait l’accent sur les nécessités existantes et les avancées nécessaires en matière de protection sociale dans l’UE, notamment pour les plus démunis et les plus jeunes. Reconnaissance du fait que l’accès à la sécurité sociale est un droit fondamental et un élément du modèle social européen, reconnaissance de l’apport des investissements en matière de sécurité sociale pour ce qu’ils sont, des investissements, non des dépenses, mise en place d’un socle national de protection sociale assurant un revenu décent et garantie de l’accès à des prestations sociale de base et globalement l’amélioration des régimes de protection sociale, étaient autant de propositions que je ne pouvais que soutenir.

Malheureusement, le projet soumis au vote, a été largement amendé pour glorifier le concept de «flexisécurité » et recommander la mise en œuvre des principes qui en découle. Nous savons bien ce que cela sous-entend : une plus grande facilité de licenciement pour les entreprises, des réformes structurelles comme ils disent notamment l'alignement de l'âge de la retraite sur l'augmentation de l'espérance de vie et des coupes budgétaires.

Vote : contre la participation financière des salariés aux résultats des entreprises

J’ai voté contre le rapport concernant la participation financière des salariés aux résultats des entreprises car, pour moi, il n’est pas, comme le présente ce rapport, un bon moyen de participer à une croissance soit disant intelligente, durable et inclusive.
L’actionnariat salarié, s’il peut apporter des bénéfices quand il y en a (et dans la période de crise que nous traversons, rien n’est moins sûr), fait surtout peser des risques importants  sur les salariés puisqu’ils les placent dans une position pouvant être doublement précaire avec le risque de perdre à la fois son emploi (et donc son revenu) et le capital investi dans l’entreprise.

Cela crée, de surcroît,  l’illusion chez les travailleurs qu’en participant aux résultats de leur entreprise, ils auraient un quelconque pouvoir de décision dans les stratégies de celle-ci. On sait ce qu'il en est dans les grandes entreprises. Et en fait, cela ne sert qu'à masquer le refus d'augmenter les salaires.

Vote : Pour l'amélioration de l'efficacité des inspections du travail à travers l'UE

J’ai voté pour le rapport concernant la mise en place d’inspections du travail efficaces pour améliorer les conditions de travail. De plus en plus de salariés d’un État Membre vont travailler dans un autre État de l’Union, le travail non déclaré augmente de manière significative et le nombre et les formes de contrats de travail précaires se multiplient, favorisant le dumping social notamment par le recours à des travailleurs détachés dans des conditions souvent frauduleuses, il faut donc encourager la création d’un cadre européen concernant les inspections du travail.

Les systèmes en matière d’inspections, la manière dont ces inspections sont effectuées et les domaines qu’elles couvrent varient dans les États membres. Il n’existe pas d’organismes pouvant surveiller et contrôler les conditions de travail au niveau européen et les échanges d’informations en la matière sont difficiles. Afin de garantir de meilleures conditions de travail aux travailleurs de l’Union et surtout aux plus vulnérables d’entre eux, il est grand temps d’agir.

Vote : Pour plus de contrôle du droit du travail sur les routes

Le Parlement européen s'est prononcé le mercredi 15 janvier sur la généralisation de l'utilisation des tachygraphes intelligents. Ces appareils qui enregistrent les informations sur les trajets des poids lourds sont utilisés pour contrôler le respect du droit du travail par les compagnies de transport qui usent, nous le savons bien, de méthodes indignes envers leurs salariés.

J'ai voté pour la généralisation de l'utilisation de cet outil, qui est indispensable dans la lutte contre les trop nombreux abus des entreprises de la route, par nature difficile à contrôler, mais soyons vigilants. Un tel outil collecte de très nombreuses données, en aucun cas il ne doit se retourner contre les salariés.

De plus ne nous faisons pas d'illusion, si c'est un pas positif vers plus de contrôle de la législation existante qui doit être respectée, c'est insuffisant.

Vote : contre le rejet du rapport Estrela sur les droits sexuels et génésiques

10/12/2013 - C'est la deuxième fois en quelques mois que le rapport Estrela sur les droits sexuels et génésiques était soumis au Parlement européen.
Depuis plusieurs semaines, il faisait l'objet d'une campagne mensongère de lobbies et notamment ceux des catholiques intégristes, dont les adversaires du mariage pour tous en France. Ce rapport ne faisait pourtant qu'un état des lieux sur les droits sexuels et génésiques au sein de l'UE en rappelant le droit au respect de la liberté de maîtriser sa contraception et la nécessité de services de santé accessibles à toutes et tous.

La droite de l'hémicycle a prétexté un argument de subsidiarité pour refuser de voter ce rapport qui ne faisait que réaffirmer des positions traditionnelles du Parlement européen et a fait voter en lieu et place une résolution alternative vide de sens avec le soutien de l'extrême droite.
Le Parlement européen passe une grande partie de son temps à voter des recommandations aux États membres. Et l'on n'entend jamais parler de remise en cause de la souveraineté des États membres.

Vote du rapport d'Ines Zuber sur les travailleurs domestiques

11/12/2013 - J'ai voté en faveur de ce rapport présenté par Ines ZUBER, députée portugaise de mon groupe, la GUE NGL. Ce rapport appelle les États Membres à ratifier une Convention de l'Organisation internationale du travail de 2011 concernant le travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques. Cette convention souligne l'urgente nécessité de reconnaitre à ces personnes les mêmes droits, protections et couvertures sociales que tout autre employé. Il est intolérable qu'aujourd’hui encore, des salariés soient laissés sans recours face à des abus de leurs employeurs.

Je me réjouis que ce rapport ait été adopté car il est plus que grand temps que les États membres s'emparent de cette question qui concerne les groupes de population parmi les plus vulnérables. En effet, sont principalement concernées des femmes et notamment des migrantes, souvent sans papier, qui travaillent dans des conditions d'isolement, rendant l’action collective quasiment impossible.

Reste à espérer que cet appel sera entendu par les États membres. Malheureusement rien n’est moins car un tel texte n'a aucune valeur contraignante pour les États membres.

Vote scandaleux au Parlement européen

Communiqué de Marie-Christine Vergiat députée européenne Front de Gauche 10/12/2013 - En cette journée anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme qui proclame l'égalité de tous les êtres humains en droits et en dignité, le moins qu'on puisse dire c'est que le Parlement européen n'a pas été à la hauteur de ses responsabilités. Le rapport de Mme Edite Estrela sur les droits sexuels et génésiques en débat au Parlement européen depuis quelques semaines, vient d'être mis à bas par le groupe PPE (où siège l'UMP) associé à la droite extrême et souverainiste de l'hémicycle.

Ce rapport faisait un état des lieux de la situation des femmes et des droits sexuels et génésiques de l'UE en y apportant certaines recommandations, comme le respect de la liberté de chacun de maîtriser sa contraception et la nécessité de services de santé accessibles à toutes et tous.

La droite de l'hémicycle a prétexté un argument de subsidiarité pour refuser de voter ce rapport progressiste qui ne faisait que réaffirmer des positions traditionnelles du Parlement européen en ce domaine.

Syndiquer le contenu
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche